Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°0

Le criminel de guerre Wesley Clark témoigne à La Haye
John Catalinotto

Le mensonge, la nausée et les sanctions
Michel Raimbaud

Lettre ouverte au ministre belge des Affaires étrangères
Père Daniel Maes, Communauté du Monastère de Mar Yakub à Qâra, Syrie

USA et Otan évincent l’Ue en crise
Manlio Dinucci

Illégalité du déploiement des armes nucléaires americaines en Europe
Pierre Piérart

Guerres sans fin
Droit international contre droit du plus fort

Diana Johnstone

Les bases nucléaires de l'OTAN en Europe
Pierre Piérart

HIROSHIMA ET LE TRAITÉ DE NON PROLIFÉRATION
Pierre Piérart

Lettre au Général Jones, commandant du SHAPE, pour réclamer le retrait des armes nucléaires des pays de l'OTAN

Mordechaï Vanunu prisonnier d'opinion

L'OTAN et l'Afrique du Nord
Rashid Khashana

OTAN : Vers une expansion planétaire
Michel Collon

OTAN : au service de qui et pour quels objectifs ?
Valérie Peclow

L' Europe de la défense aux lendemains du sommet de Prague
Jean-Sylvestre Mongrenier

Les Etats-Unis, l'Otan et l'armée européenne
Pol De Vos

Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Richard Poulin

Les minutes les plus longues de ma vie...
Michel Collon

Les États-Unis à la conquête de l'Eurasie et du monde
Jean-Marie Chauvier

Le Tribunal Pénal de La Haye de moins en moins crédible
Edward Herman

Bush et l'OTAN

Les nouveaux rôles probables de l’Otan dans les futurs scénarios impérialistes : Comment arrêter l’Otan ?
George Havatzas

50 juristes et avocats de 12 pays lancent un appel contre l’imposition d’un conseil juridique à Slobodan Milosevic

Solidarité avec Hiroshima et Nagasaki
Pierre Piérart

Parodie de procès Milosevic : Déclaration du Comité grec pour la Détente internationale et pour la Paix (EEDYE)

Contre ces lois-là, la Loi Internationale (et Milosevic) n’ont pas l’ombre d’une chance
Stephen Gowans

Une lettre ouverte de Christopher Black, président du Comité légal de l’ICDSM
Christopher Black

L'ancien premier ministre soviétique : « Je n'irai pas témoigner à La Hague dans les circonstances actuelles»
Nikolai Ryzhkov

Refus de participer au 'procès' en tant que témoin de Léonide G. Ivachov

L’ICTY et la décimation de la Yougoslavie – Une histoire de famille
Ian Johnson

Milosevic au TPI : Celui qui doit se taire
Vladimir Caller, Georges Berghezan, Jean Bricmont, Hernn Valverde

Tribunal international ou «Chambre étoilée»?
British Helsinki Human Rights Group

Milosevic se voit refuser le droit universel d'assurer sa propre défense
Sara Flounders

Lettre d'un groupe de témoins des Etats-Unis au président Slobodan Milosevic

La défense de la patrie est-elle un acte criminel ?
Pr. Kosta Cavoski

Ramsey Clark : Le 'tribunal' saborde ses dernières prétentions à la légalité
Ramsey Clark

Le Tribunal Penal International de La Haye : Deux ans d'efforts coûteux pour aboutir a un constat d'échec
Nico Varkevisser

Justice et propagande : L'échec du procès Milosevic

Deux ans de procès Milosevic : fiasco à La Haye ?

La Haye a remplacé la jurisprudence de la paix établie à Nuremberg par une licence à l'Occident de tuer.
John Laughland

Laissez Milosevic se représenter lui-même
John Laughland

Interview de Mordechai Vanunu à la BBC du 24 Octobre 2004

Murmures nucléaires à l'ombre des canons

Vanunu : « J'ai fait ce devais faire »
Baudouin Loos

Nikolaï Ryjkov défend Milosevic et dénonce l'OTAN

La reculade du Tribunal pénal international
Louis Magnin.

Note sur le traité secret conclu entre la Belgique et les Etats-Unis en 1971
Olivier Corten, Eric David, Pierre Klein, Jean Salmon

L’OTAN et la constitution européenne nuisent gravement à la Paix

Deuxième bilan de la Campagne de Solidarité des Bourgmestres des Villes et Communes de la Communauté française de Belgique avec le Maire d'Hiroshima pour un désarmement nucléaire total. (Du 6 août 2004 au 28 février 2005)
Pierre Piérart

Premier bilan de la Campagne de Solidarité des Bourgmestres des Villes et Communes de la Communauté française de Belgique avec le Maire d'Hiroshima pour un désarmement nucléaire total.

Le chef de la mission de contrôle de l'Union Européenne au Kosovo dément toutes les affirmations de Carla Del Ponte
Compte rendu rédigé par Andy Wilcoxson

La Constitution et la Guerre
Diana Johnstone

Campagne « Mayors for Peace »
Pierre Piérart et Henri Firket

Traité constitutionnel européen : Un traité peut en cacher un autre

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (I)
Pierre Piérart

« Si demain, il faut à nouveau manifester pour la paix, j’irai à nouveau. Dans quel état reviendrai-je ? »
Michel Collon

« La future défense européenne est un livre ouvert pour les États-Unis »
Entretien avec le Général Henri Paris, président de la Fédération des officiers de réserve républica

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki se précisait malgré l’écroulement de l’Allemagne nazie. (1e partie)
Pierre Piérart.

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (2e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (3e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (4e partie)
Pierre Piérart

Pianosa, le mystère du bateau de l’OTAN
Gianvito Lo Vecchio

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (5e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans ….. Hiroshima, après Alamogordo qui préparait Nagasaki.
Pierre Piérart

D'Hiroshima à Bagdad
Joëlle Penochet

Pourquoi le bombardement de Nagasaki ?
Pierre Piérart

Milosevic à La Haye : plus c'est intéressant, moins on en parle
Diana Johnstone

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (6e partie).
Pierre Piérart

Un témoignage accablant pour l'accusation
D'après les comptes rendus de Andy WILCOXSON

Armes nucléaires : une parodie politique se transforme en poursuites judiciaires.

Karel De Gucht démis de ses fonctions : Déclaration publiée par le comité intérimaire le 24 novembre 2005

Intervention sur la « perception de l'OTAN par la société civile »
Arnaud Ghys, CNAPD

L'Afghanistan et son «processus démocratique»
Latif Pedram

Guerre nucléaire contre l'Iran
Michel Chossudovsky

Une nouvelle OTAN pour un nouvel ordre mondial ?
Hans Lammerant et Fabien Rondal

Bientôt la prison pour la dénonciatrice du premier crime de guerre en Yougoslavie ?
Georges Berghezan

Deux minutes, une vie
Michel Collon

Le grand jeu des bases militaires en terre européenne
Manlio Dinucci

Déclaration de l’assemblée des mouvements sociaux – 4e Forum social européen

La désinformation en ex-Yougoslavie et au Kosovo
Jean Toschi

Kosovo : une nécessaire décentralisation
Frédéric Saillot

Europarlement • Aide au pacifisme condamnée
Pol De Vos

Feodossia: partenariat et politicaillerie
Viktor Litovkine, commentateur militaire de RIA Novosti

A propos de la réunion des parlementaires en commission sur les prochains sommets de l'OTAN (réunion du 6 juin 2006).
Claudine Pôlet

Mordechaï Vanunu condamné pour avoir pris la parole

Massacres discrets dans l'Afghanistan libéré
Roland Marounek

Interventions militaire et humanitaire?
Ludo De Brabander et Georges Spriet (Vrede), Pol De Vos (StopUSA)

Pétition: Pas de F-16 belges en Afghanistan!

Le Kosovo : une colonie de l’Otan dans le Nouvel Ordre Mondial
Diana Johnstone

Le Canada dans la guerre d’occupation en Afghanistan
Collectif Échec à la guerre

La Belgique dans la guerre en Afghanistan : L'opération de désinformation des ministres De Crem - De Gucht
Roland Marounek

Pourquoi les arguments de De Gucht et De Crem ne tiennent pas la route
Vrede, Intal, UCOS...

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Marcel Poznanski pour le CSO
Marcel Poznanski

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Roland Marounek pour StopUSA
Roland Marounek

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Pierre Merveilleux pour Europe for Peace
Gilles Desmet, Parti Humaniste

De Munich au Kosovo
John Laughland

Les roses fanées de la révolution géorgienne
John Laughland

Non au bouclier antimissile !
Patrice Salzenstein

Des Tchèques mobilisés contre le bouclier antimissile U.S.
Patrice Salzenstein

9 Questions sur la Déclaration de Coopération entre les secrétariats de l'ONU et de l'OTAN
Transnational Foundation for Peace and Future Research

L’accord secret entre l’ONU et l’OTAN ne répond pas aux objectifs de la communauté internationale
Karl Müller

L'accord entre les Secrétariats de l'ONU et de l'Otan viole la Charte des Nations Unies
Alfred de Zayas, fonctionnaire de l’ONU à la retraite

Israël a bien utilisé dans la bande de Gaza des armes à Uranium Appauvri

Course au réarmement : au premier rang USA et OTAN
Manlio Dinucci (Il Manifesto)

L’Otan, gardien militaire de la sécurité d’approvisionnement énergétique des pays membres

Le cercle vicieux otanien de la violence
Diana Johnstone

La criminalisation du mouvement de la paix à Strasbourg est inacceptable
Pieter Terlinck

A Strasbourg des dizaines de milliers de citoyens du monde ont osé dire leur opposition à l'Otan
Claudine Pôlet

Une grande mobilisation le 4 avril pour dire « NON à la Guerre, NON à l’OTAN » dans un contexte de répression policière et de tension.
Collectif anti Otan de Strasbourg

Pour un bilan nuancé du Contre-Sommet de Strasbourg
Roland Marounek

Mais que fait donc la Bundeswehr dans l'Hindoukouch ?
Jürgen Rose

Franz Weber : Pour un tribunal de la conscience humaine

L’Iran, la Corée du Nord… et les autres.
Henri Firket

Trafics d’organes : Vers la fin de l’impunité au Kosovo ?
Georges Berghezan

Orwell, l’OTAN et la guerre contre la Libye
Domenico Losurdo

La Libye : Est-ce qu'on nous refait le coup du Kosovo ?
Diana Johnstone

« Femmes pour la Paix » et pas « Femmes pour la guerre »
Anne Morelli

Terrorisme nucléaire
Michel Wautelet

Sept points sur la Libye
Domenico Losurdo

L’OTAN dans sa guerre des menteurs et des lâches
Mohamed Bouhamidi

200 intellectuels Africains contre l'Otan

L’OTAN et la montée en puissance des médias sociaux
Roland Marounek

Dix ans de guerre de l'information en Afghanistan
IRIS - Institut de Relations Internationales et Stratégiques

Message du Président du Venezuela, Hugo Chávez Frías devant l'Assemblée Générale des Nations Unies.

La conclusion barbare d’une guerre colonialiste barbare.
Domenico Losurdo

Des guerres de l’opium aux guerres du pétrole
Domenico Losurdo

L'oppression de Kadhafi
Stephen Gowans

Manœuvres de guerre OTAN contre l'Iran
Manlio Dinucci

En Libye, la fin de 42 ans de...
Stephen Gowans

On voit les États-Unis partout...
Stephen Gowans

Syrie : Comment on transforme un homme en un être monstrueux
Mouna Alno-Nakhal

Que se passe-t-il en Syrie ?
Domenico Losurdo

Transcription de l'interview de Françoise Wallemacq de retour de Syrie

Lettre ouverte sur les plans de l'OTAN de défense antimissile et sur le risque accru d'une guerre nucléaire
David Krieger

Les disciples de Goebbels à l’œuvre contre la Syrie
Domenico Losurdo

Course à la guerre par procuration contre la Syrie
M. K. Bhadrakumar

Al-Qaeda’s Air Force
Stephen Gowans

Les USA gardent un oeil sur la Syrie, et tissent leur toile dans le Golfe
M K Bhadrakumar

Une intervention humanitaire en Syrie, il y a 150 ans
Pascal Herren, doctorant en droit à l

Fabrice à Waterloo : L’Occident humanitaire et la Syrie
Diana Johnstone

Un autre regard sur la Syrie
Bahar Kimyongür

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone

1. Matins de Roses
Marie-Ange Patrizio

2. Matin de lumière

3. La volière de Mar Yakub
Marie-Ange Patrizio

4. « Les gens qui ont un livre »
Marie-Ange Patrizio

5. Les gardiens
Histoires du siège de Qâra, et de quelques unes de ses conséquences

Marie-Ange Patrizio

6. Damas des étoiles
Marie-Ange Patrizio

7. Damas à bâtons rompus
Marie-Ange Patrizio

8. Au coeur de la Syrie, Générosité
Marie-Ange Patrizio

Flotte USA avec 1.000 missiles en Méditerranée
Manlio Dinucci

L’Otan a déjà voté, avant nous
Manlio Dinucci

Paquet bombe nucléaire en provenance des USA
Manlio Dinucci

Israël, 200 armes nucléaires pointées sur l’Iran
Manlio Dinucci

Pour l’Italie, nouveau gouvernement, même “allié privilégié”
Manlio Dinucci

“Souveraineté” vis à vis de Bruxelles, pas de Washington
Manlio Dinucci

Derrière la parade du 2 juin
Manlio Dinucci

Néocolonialisme et “crise des migrants”
Manlio Dinucci

Circuit de mort dans la “Méditerranée élargie”
Manlio Dinucci

L’Otan expansible et toujours plus coûteuse s’élargit sur l’Europe
Manlio Dinucci

La réponse guerrière à la négociation
Manlio Dinucci

L’establishment USA derrière le Sommet de Helsinki
Manlio Dinucci

Ponts écroulés et ponts bombardés
Manlio Dinucci

En Toscane la plus grande poudrière USA
Manlio Dinucci

Une Italie souverainiste sans souveraineté
Manlio Dinucci

Articles de la Charte des Nations Unies et du Traité de l'OTAN violés par l'agression contre la Yougoslavie

Annexe B des Accords de Rambouillet

Accords secrets de 1971 entre la Belgique et les USA

Réunion du Comité des plans de défense et du groupe des plans nucléaires, Bruxelles le 12 juin 2003 : Communiqué final

Extension de la zone d'intervention OTAN : Communiqué de l'OTAN

Allocution prononcée par M. Jaap de Hoop Scheffer devant la Commission parlementaire pour les Affaires étrangères
Jaap de Hoop Scheffer

Jaap de Hoop Scheffer : « Un nouvel OTAN est nécessaire »

La force de réaction de l'OTAN : Au centre de la transformation de l'OTAN

Note sur le traité secret conclu entre la Belgique et les Etats-Unis en 1971

Réunion ministérielle du Conseil de l'Atlantique Nord de Madrid - Communiqué final

Discussions à la Chambre belge sur le projet de loi portant assentiment à l'adhésion des nouveaux membres à l'OTAN

Declaration du sommet de Prague sur l'Irak

Traité de Maastricht : Dispositions concernant une politique étrangère et de sécurité commune

Projet de Constitution Européenne et OTAN

Exerpt from IVth Report by the Ombudsperson Institution in Kosovo:The inadequacy of human rights protection mechanisms
Marek Nowicki

Excerpt from IVth Report by the Ombudsperson Institution in Kosovo: The situation of non-Albanian communities in Kosovo

Statut juridique de l'aéroport de Chièvres.
Demande d'explications au Ministre de la Défense

Rôle de la base aérienne de Florennes dans l'OTAN

Votes à l'ONU sur le Désarmement

Directive politique globale entérinée par les chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN lors du sommet de Riga

Demande d'explications de M. Josy Dubié au ministre de la Défense sur «l'accroissement de la présence militaire belge en Afghanistan»

Déclaration du Sommet de Bucarest

Non-prolifération, contrôle des armements et désarmement
Note de Karel De Gucht

Ministère de la défense belge : Note d’Orientation Politique
Pieter De Crem

Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l’OTAN
Jaap de Hoop Scheffer - Ban Ki-Moon

Adresse de Tzipi Livni au Symposium OTAN-Israël, Herzliya

Discours à l'Assemblée générale des Nations unies: «Nous avons peur»
Paul-Henri Spaak

The Continuing Relevance of NATO’s Nuclear Deterrence Strategy in an Uncertain World
Guy B. Roberts, Deputy Assistant Secretary General for WMD Policy at NATO

Déclaration du Sommet de Strasbourg-Kehl

Extraits du Concept Stratégique de l'Alliance de 1999 sur les armes nucléaires

Opérations en zone urbaine en l’an 2020 - Synthèse

De la bonne coopération entre l'Otan et les ONG
Anders Fogh Rasmussen

Une Otan sans armes nucléaires
Lt Col. Michael J. Byrne, Com. Douglas L. Edson, Lt Col Andrea L. Hlosek

Traitement inhumain de personnes et trafic illicite d’organes humains au Kosovo
Commission des questions juridiques et des droits de l’homme

Annexe au rapport de Dick Marty : Carte des centres de détention du nord de l’Albanie

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE : Proposition de résolution concernant la situation en Libye

Mémorandum de la CNAPD dans le cadre du sommet de l’OTAN à Varsovie

Contribution du Comité Surveillance OTAN au Forum Social Européen

Bertrand Russell Peace Foundation, Conférence de Bruxelles les 26 et 27 juin 2003

Après Madrid, Bruxelles ?

Soutien à la Conférence de Paris sur l'Irak du CSO

Commémoration du 59e anniversaire de la tragédie d'Hiroshima et Nagasaki : Communiqué

Bush Not Welcome

Lever toutes les restrictions à la liberté de Mordechai Vanunu

Contribution du CSO à la Conférence sur les bases militaires dans le monde

LAS BASES MILITARES : UN ASPECTO DE LA ESTRATEGIA GLOBAL DE LA OTAN

Militar bases: An aspect of the NATO strategy

Lettre de protestation du CSO au Ministre des Affaires Étrangères face aux poursuites judiciaires d'un militant de Bombspotting

Message pour la commémoration du 61e anniversaire du lancement de la bombe atomique nord américaine sur Hiroshima et Nagasaki

Mise au point concernant l’essai nucléaire nord-coréen du 8.10.2006

Pourquoi tant de discrétion des négociateurs pour un futur gouvernement sur la politique extérieure et de défense de la Belgique ?

Lettre à l'ambassade de la Répblique tchèque en soutien à la manifestation contre les bases US

Pour un retrait immediat et inconditionnel des troupes belges d’Afghanistan !

L’Otan en Géorgie... sans attendre la Géorgie dans l’Otan ?

Dénonçons la complicité de l’Otan avec Israël !

SORTIR D'AFGHANISTAN MAINTENANT !

Décès de Pierre Piérart

Réponse au communiqué de la CNAPD annonçant son retrait de la conférence sur l’Iran
Comité Surveillance Otan

UN NON SANS EQUIVOQUE A TOUTE INTERVENTION DE L’OTAN EN LIBYE !

Libye, Iraq, Afghanistan : non à la guerre !
Non à toute participation belge !

La Belgique est entrée en guerre contre la Libye ! Stoppons l’escalade !

Non à la reconnaissance du Conseil national de Transition Libyen
Pour le retrait immédiat et inconditionnel de toutes les forces militaires belges engagées en Libye

Ne laissons pas l’Otan nous entraîner dans une nouvelle guerre froide !

L'OTAN a besoin de l'Irak !
Tom Lantos

Thomas Fiedman : plaidoyer que l'Irak, l'Egypte et Israël deviennent membres de l'OTAN...
Thomas L. Friedman

Garder un œuil sur l'ours russe
William Safire

Poutine : L'OTAN n'est plus une organisation hostile...

Aznar : « L'OTAN devrait être en train de bombarder le Liban »

Contenir l'Iran : Accueillir Israël dans l'OTAN
Ronald D. Asmus

CONTRE-SOMMET DE L'OTAN: RESISTANBUL 2004

D'anciens officiers de l'armée grèque parlent

Initiative against the NATO summit in Istanbul
Committees Against Occupation

Initiative contre le sommet de l'OTAN à Istanbul
Comités Contre l'Occupati

Appel de Resistanbul 2004

Des dizaines de milliers de signatures contre l'OTAN envoyées à Ankara
Comités Contre l'Occupation

Contribution à la conférence Anti-Otan d'Istanbul
Roland Marounek

Commémoration du 59e anniversaire de la tragédie d'Hiroshima et Nagasaki - Communiqué

Appel pour le Kosovo

Intervention à l'ONU du Maire d’Hiroshima lors de la Conférence sur la révision du TNP

Déclaration

Forum Social Européen de Londres : Appel de l'Assemblée des mouvements sociaux

Declaration

IRAK : CONTRE L'ESCALADE
Jean Bricmont

Rapport d'enquête sur la population rom au Kosovo et Metohija suite aux événements survenus du 17 au 21 mars 2004
URYD - Union des Roms exilés d’Ex-Yougoslavie en Diaspora

Projet de création a Kosovska-Mitrovica d’un bureau et d’un organisme de défense des droits des Roms
URYD - Union des Roms exilés d’Ex-Yougoslavie en Diaspora

APPEL À L'ACTION de l'ASSEMBLÉE CONTRE LA GUERRE
Forum social mondial 2005, Porto Alegre, Brésil

Plate-forme pour les actions de protestation contre la venue de Bush en Belgique

Le maire d’Hiroshima appelle à participer à la marche pour abolir les armes nucléaires
For Mother Earth

International Conference against Foreign Military Bases
FINAL DECLARATION

Conférence internationale contre les bases militaires étrangères
Déclaration finale

Report on the International Conference against Foreign Military Bases

Non à la guerre contre l'Iran
Prise de position de la plate-forme anti-guerre

Appel pour éviter une guerre nucléaire en Iran

Appel de la Plateforme anti-guerre

Paix au Moyen Orient: maintenant!
Texte de plateforme des mouvements pour la paix

Appel de Stuttgart

Forum Social Européen de Malmö : Appel à rejoindre la mobilisation contre l’Otan d’avril 2009

Appel de la World Afghan Professional Organization contre la guerre en Afghanistan

Des organisations de paix réagissent à l'expansion de la mission belge en Afghanistan
Vrede, Intal, CNAPD, CSO et MIR-IRG.

Déclaration du Comité International Non à la Guerre - Non à l'Otan

Évaluation des actions par le Comité International de Coordination
Arielle Denis et Reiner Braun

Contre-Sommet de Strasbourg du 2 au 5 avril 2009. - Évaluation des participants de Belgique

Déclaration du Conseil mondial de la paix et du Conseil portugais pour la paix et la coopération en vue du sommet de l'OTAN de Lisbonne
World Peace Concil

Communiqué de presse : « Freeze for peace in Afghanistan »
La Plate-forme Afghanistan

Communiqué de la CNAPD à propos de l’invitation à la conférence – table-ronde de ce vendredi 17 décembre « L’Iran dans la visière de l’Ouest ».

Carte Blanche : La menace nucléaire, d'Hiroshima à … Tihange

Appel à la résistance et à la protestation contre Petersberg II
No To Nato

Appel
Pas de nouvelle guerre au Moyen Orient

Commémoration du 67ème anniversaire de la Tragédie de Hiroshima et de Nagasaki

Lettre ouverte à l'occasion de l'intervention de Jamie Shea au Festival des Libertés

Camp de Pozega : «Nous n'avons besoin de rien, seulement de la liberté»

Leposavic : Visite aux réfugiés roms

Tentative d'intimidation ?

Les États-Unis et le crime organisé

A la rencontre des Croates et des Roms

La KFOR nous photographie et nous empeche de photographier

Ceux d'en haut

Prizren dévastée

Le plus sinistre ghetto du Kosovo

Entretien avec Gušani Skender, Leposavic

Entretien avec Oliver Ivanovic, Mitrovica

Entretien avec Sava Janjic, Visoki Decani

Entretien avec Marek Nowicki, Pristina

Entretien avec Momcilo Trajkovic, Caglavica

Aveux tardifs

Le calvaire des Roms au Kosovo
Marie-Pierre Lahaye

Invisibles et indésirables : les nouveaux réfugiés du Kosovo
Georges Berghezan

Faillite de l'ONU et de l'OTAN au Kosovo
Philippe Scheller

Kosovo, essai en plein champ de l'impérialisme guerrier
Manuel Grandjean

Notre film annonçait ce drame, pourquoi n’avons-nous pas été entendus?
Interview de Vanessa Stojilkovic

Rompre 5 ans de silence
Philippe Scheller

Nettoyage ethnique au Kosovo : Un voyage pour rompre cinq ans de silence
Georges Berghezan

ROMS D’EX-YOUGOSLAVIE (KOSOVO ET METOHIA) :
PEUPLE EN DANGER !

Avec la drogue, les jeunes du Kosovo oublient leurs préjugés ethniques
Tanja Matic et Tanja-Marija Vujisic

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Message de la COLUPA
Présenté par Pierre Debbaut

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Intervention de Sortir du Nucléaire
Louis Verheyden

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Inetrvention du Mouvement Chrétien pour la Paix
Carla Goffi

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Message du CSO
Marcel Poznanski


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018
n°69 : juillet 2018

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L’Iran, la Corée du Nord… et les autres.

Mesdames, Messieurs, chers amis de la Paix.

Plutôt que le titre trop long donné dans le programme, j’aimerais que l’exposé que je vais vous faire porte le titre : L’Iran, la Corée du Nord… et les autres.

Quand je m’adresse à des gens qui ignorent les activités de l’AMPGN, beaucoup me regardent d’abord d’un air incrédule, semblant penser « Encore un qui croit qu’en défendant les bébés phoques, il va sauver l’Humanité ». Je n’ai bien entendu rien contre les bébés phoques, au contraire, mais j’ai la faiblesse de croire que débarrasser la planète de ses armes nucléaires est infiniment plus important. Mes interlocuteurs reprennent vite pied et, se souvenant d‘un article distraitement lu dans le journal, disent : « Ah oui, la Corée du Nord et l’Iran. Ce à quoi je réponds invariablement « Pas du tout. Les grandes puissances, et avant tout les Etats-Unis et la Russie. »

« Nous n’avons l’intention d’assaillir personne, et nos armes nucléaires ont comme unique objectif de décourager les autres de nous attaquer » disent ces grandes puissances. Et le monde officiel et médiatique belge, conformiste, semble trouver ce droit normal au moins à celle d’entre elles, qui lui paraît plus sympathique. Or, tous les pays, nucléaires marginaux, comme l’Iran ou la Corée, font exactement le même raisonnement On appelle ces pays voyoux parce qu’ils ont d’autres conceptions que nous de la vie en société. Leurs armes nucléaires sont - ou seront certes - dangereuses, mais bien moins que celles des grands pays, qui en ont cent fois plus.

Comprendre et analyser leurs motivations et leurs problèmes pour estimer comment éviter les catastrophes et que faire pour les amener à renoncer à leurs armes atomiques.

La Corée du Nord, par exemple a fait preuve, dans ce domaine d’une inventivité perverse. Petit pays, pauvre et peu développé, il a renoncé à un bouddhisme pacifique millénaire. Il essaie de combiner un régime de monarchie absolue héréditaire avec un marxisme poussé à l’extrême. Le dirigeant actuel a remplacé son père à sa mort. Il serait atteint d’un cancer et on prépare son propre fils à sa succession. La population, moitié moindre de celle de sa voisine et ennemie la Corée du Sud, a un et revenu annuel par habitant d’environ un vingtième. Résignée, elle supporte, des disettes périodiques. On joue sur son nationalisme et le souvenir de l’occupation japonaise. Les importations et exportations du pays, replié sur lui-même, sont négligeables (200 fois moindre que la Corée du Sud) et sur beaucoup de points, ses statistiques officielles sont inaccessibles ou inexistantes. On sait cependant qu’il dépense - c’est un des chiffres les plus élevés du monde - un quart de ses ressources nationales pour ses crédits militaires. Soit probablement plus de la moitié du budget de l’Etat, tel que nous le comprenons. Ses essais nucléaires démontrent sa peur extrême d’être envahi par sa riche voisine. Et comme il ne parvient pas à nouer les deux bouts, il emploie ses faibles capacités atomiques, comme moyen de chantage pour obtenir une aide alimentaire, surtout des Etats-Unis. La visite de Clinton, la semaine dernière est peut-être un signe d‘ouverture. La Corée du Nord est l’exemple extrême de ce qui pourrait se passer dans un monde si les armes nucléaires se multipliaient. A bout de ressources, et le chantage ne fonctionnant plus, un tel pays pourrait être tenté d’employer ses quelques têtes nucléaires. La Corée sait que, en en envoyait même une seule, il serait anéanti endéans les 24 heures. En attendant, elle ne constitue en rien un danger, sauf qu’elle fournit un prétexte aux partisans américains des armes nucléaires, pour justifier leur propre refus de désarmement.

Le Moyen Orient est beaucoup plus complexe. Aidé au début par la France, Israël y a développé une force nucléaire d’environ 100-150 têtes, ainsi que les fusées nécessaires pour les envoyer bien au delà de ses frontières immédiates. Curieusement, nos médias conformistes oublient de signaler le danger de cet armement d’Israël, un des trois pays qui n’ont jamais signé le Traité de Non Prolifération. Israël est l’objet d’une hostilité unanime et bien compréhensible de l’Islam tout entier. Mais le monde musulman, infiniment plus nombreux, et trop divers, par endroits très pauvre, en d’autres très riche, est incapable de coordonner l’action de plusieurs Etats pour exercer une action efficace.

Un de ses composants, l’Iran est assez riche, et sa population plus nombreuse que celle de tous les pays du Golfe ensemble. C’est aussi le seul pays resté en pratique indépendant depuis au moins 3000 ans. Ses citoyens sont, à juste titre, très fiers de l’ancienneté de sa civilisation, menacée aujourd’hui par un nouveau riche qui n’existait pas il y a 200 ans. Son développement actuel est très inégal et sa population culturellement très divisée. A côté d’une classe éduquée, ouverte sur le monde, en partie d’origine bourgeoise riche, il y a une masse énorme de petites gens, paysans et autres, peu lettrés, qui adhèrent aveuglément à un Islam shiite, organisée et centralisé, comme était notre église catholique au XIXe siècle. Ce clergé musulman organisé, qui n’existe quasi que là, est plus réactionnaire que jamais. Il passe pour hérétique aux yeux de la grande majorité des arabes, ce qui rend toute coopération difficile. La profonde coupure sociale est visible à la TV lors des manifestations publiques. Seules les femmes partisanes du gouvernement en place portent le voile strict enserrant étroitement le visage, tandis que celles de l’autre groupe, qui sortent souvent de l’université et de visites chez le coiffeur, ont certes une écharpe qui couvre coquettement l’essentiel d’une chevelure bien mise en plis, sans la cacher tout à fait. Le gouvernement est autoritaire, mais pas assez fort pour empêcher toute forme d’opposition. Cette cassure sociale ne signifie pourtant pas qu’il y ait désaccord sur le problème nucléaire.
.
Une part notable des jeunes du groupe éduqué cherche à émigrer et à faire sa vie ailleurs. Et le développement du pays en reste déséquilibré (1). L’Iran s’est lancé seul dans des projets atomiques, entre autres parce que, bien que grand producteur de pétrole, il ne le raffine curieusement guère lui-même. Pour son approvisionnement ordinaire, il dépend surtout d’importations venant des grandes compagnies saoudiennes, liées aux américaines.

L’Iran reproche vivement aux Israéliens, la façon dont ils traitent les Palestiniens. Israël répond sur le même ton, et fait mine de craindre les prétentions de l’Iran qui n’a, rappelons-le, encore aucune bombe nucléaire. Là est un danger majeur. L’un et l’autre sont capables, ou le seront bientôt, de « se défendre » comme ils disent tous, à coup de bombes atomiques. Espérons qu’ils gardent tous leur sang froid.

Tant que les puissants, y compris l’Union européenne, n’auront pas le courage d’arrêter d’abord fermement Israël, qui est prêt, et dans la foulée, l’Iran qui ne l’est pas, un conflit atomique risque de s’étendre à une grande partie du monde. Car un autre pays musulman a déjà des armes nucléaires : le Pakistan.

Le Pakistan a imité sa voisine, l’Inde, second pays du monde par sa population et, bientôt, par sa puissance industrielle. Ce sont deux autres nations qui n’ont jamais signé le traité de Non prolifération. Le Pakistan risque de plus, de tomber aux mains d’extrémistes. Il a vendu les secrets de fabrication à tout va (et le fait peut-être encore), ce qui complique la situation.

Il faut certes persuader tous ces pays, et ceux qui voudraient les suivre, de s‘abstenir, non de se faire la guerre, idéal sans doute trop utopique, mais simplement de renoncer à ces armes qui tuent beaucoup plus de non combattants que de militaires ennemis. Depuis un siècle ou plus, des hommes de bonne volonté ont persuadé les Etats, de chercher à protéger les civils non concernés, services sanitaires, prisonniers, etc., obligation rappelée en 1996, dans ses commentaires de la Cour de Justice Internationale sur le Traité de Non Prolifération.. Les traits internationaux datant du début du XXème siècle ont été plus ou moins appliqués. En 14-18, il y eut un civil tué (dégât collatéral comme dit joliment l’expression militaire) pour dix morts de combattants; en 40-45, 2 à 3 pour dix militaires. Hiroshima et Nagasaki ont inversé le rapport. Huit à neuf civils pour un seul combattant ennemi. Qu’en sera t’il si une guerre atomique se généralisait ? D’autant plus que ces morts sont particulièrement affreuses : la plupart des victimes seront brûlées vives.

A présent, les Iraniens et les autres, à venir, ont beau jeu, à l’ONU et ailleurs, de justifier leur armement atomique par un souci de sécurité. Ils déclarent qu’ils ne font en cela qu’imiter les grandes puissances et trouvent toujours du soutien d’autres pays sympathisants à leur cause ou excédés de la mansuétude des puissants vis-à-vis d’Israël. D’autres emploieront des arguments analogues.

Pour les empêcher d’ouvrir la porte à l’irréparable, la seule réponse efficace possible est évidente et très claire. Le seul moyen de les faire renoncer est que les grandes puissances donnent l’exemple. Alors et seulement alors, tous les autres pays qui, par peur ou hostilité envers un voisin ou l’autre, justifiant les dépenses liées à ce type d’armement ne pourront plus le faire et seront contraints, par les Nations Unies et l’opinion publique mondiale, pour une fois unanime, de suivre l’exemple de désarmement donné par les plus grands. La Russie et les Etats-Unis détiennent à eux deux plus de 90 % de l’armement atomique mondial. S’ils se décidaient à désarmer, France, Grande Bretagne et Chine seront aussi obligées, et probablement soulagées, de suivre. Et cela rendra automatiquement caducs les arguments de tous les autres qui voudraient les imiter.

Dès 1983, un étudiant en relations internationales, de Columbia University, brillant mais utopique, publiait dans une revue estudiantine intitulée Sundial (cadran solaire) un article où il étudiait, en pleine guerre froide, les conditions de l’élimination des armements nucléaires américains et russes, pour empêcher une dissémination générale. Il était idéaliste, mais conscient de la difficulté de la tâche. 26 ans plus tard, devenu Président des Etats Unis, il n’a pas changé de philosophie et se trouve aux prises à de puissants obstacles.

Contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire, ceux-ci, ne viennent pas du gouvernement de la Russie ou des autres compétiteurs économiques des USA. Dans chaque pays nucléaire - et aussi dans quelques autres -, des groupes de militaires couverts de décorations ne raisonnent pas en termes rationnels. La tâche assignée de tous temps à ces généraux prestigieux et « expérimentés » est de proposer les mesures qui leur paraissent les plus sûres au cas où leur pays serait attaqué. Ils sont incapables, par leur formation même, d’inclure dans leurs constructions stratégiques, les réactions inévitables, très semblables de leurs homologues des pays considérés comme ennemis potentiels. Ils s’accrochent tous à leurs armes atomiques, se croyant réalistes. Il s’agit pour eux de vendre, dès le temps de paix, ces conceptions aux hommes politiques. Il y a quelques mois encore, des généraux américains ayant exercé de très hautes fonctions dans l’OTAN, déclaraient sans hésiter dans un rapport que « Durant tout le siècle qui vient, ils ne pourraient garantir la sécurité des Etats-Unis si on éliminait leurs têtes nucléaires. » Mais ils sont juges et partie. Cela sert leur carrière personnelle et si la guerre s’ensuit, gratifierait leur soif immodérée de gloire.

D’autres partisans puissants de l’armement nucléaire sont évidemment les industriels concernés, successeurs des « marchands de canons » d’autrefois. Ceux-là raisonnent moins en termes de stratégie que de finances et d’intérêt. Outre la préparation des bombes nucléaires et de leurs explosifs, ils préparent les systèmes de lancement (sous-marins atomiques, fusées à longue distance), les mécanismes d’interception des bombes adverses, les radars ultra perfectionnés, les missiles anti-missiles qui leur sont liés, l’organisation des réponses nucléaires instantanées, etc. Et tout cela coûte horriblement cher (2). Contrairement à ce qu’on croit, près d’un tiers du budget militaire du temps de paix, explicite ou caché sous des intitulés anodins, y était consacré aux Etats-Unis. Cinq ou six très grosses firmes, dont General Electric, Raythéon et Boeing sont concernées. Elles tiennent d’autant plus à ces activités dont ils sont sûrs que leur seul client, l’Etat, les payera, que la crise économique actuelle rend aléatoiresleurs autres ressources.

Les enjeux sont si importants que de nombreux journalistes, sont grassement payés pour défendre ces vues, sur Fox News, par exemple, l’agence républicaine par excellence, et sur d‘autres stations de TV, plus locales, mais omniprésentes. Un de ces commentateurs, dont le style satirique fait le succès sur plus de 500 chaînes, et qui mêle publicité pour les disques qu’il présente et tirades politiques virulentes, déclarait récemment que " le meilleur moyen de réduire le nombre d’armes nucléaires dans les arsenaux est de les jeter sur les ennemis de l’Amérique ». Cela n’a suscité aucune réaction particulière. Le New York Times l’a mentionné, certes en le désapprouvant, mais sans l’indignation que cela devrait susciter.

On sait moins que des controverses analogues ont sans doute lieu en Russie, où le gouvernement réprime mieux les opinions non-conformistes ou peu appréciées. Medvedev et Poutine préféreraient aussi consacrer leurs ressources au développement et à la lutte contre la crise économique, plutôt que d‘entretenir cet armement, coûteux pour tous ceux qui en ont. En Europe, il suffit de comparer les budgets militaires de la France et de la Grande Bretagne d’une part, avec ceux de pays analogues (Allemagne ou Italie) pour voir que en termes de revenu national moyen par habitant, les deux premières dépensent environ un tiers en plus des deux autres. Ni l’armement individuel, ni le confort assuré aux militaires, ne sont meilleurs ou plus abondants en France ou en Angleterre. Le surcoût est en bonne part lié à l’armement atomique, et ses équipements annexes, dont les sous-marins nucléaires. Il faudrait profiter des difficultés financières actuelles pour geler ces dépenses, puis les réduire car ils sont, par définition contre-productifs.

La bataille est loin d’être gagnée tant aux USA, qu’ailleurs. D’où les inhibitions de Barak Obama, notamment dans le beau discours donné à des étudiants russes à Moscou vers le 15 juillet. Il défendait sa vision d’un monde débarrassé conjointement des armes nucléaires russes et américaines, mais refusait de s’engager dès à présent, à renoncer à l’installation de radars et de missiles anti missiles en Pologne et République Tchèque, qui est ressentie comme offensive par les Russes, .

Il est indispensable que tous les pays européens, et en particulier le nôtre, supportent le plus fermement possible les perspectives de désarmement. Il faut répéter au gouvernement belge qu’il est temps de prendre des mesures concrètes pour éliminer complètement l’armement nucléaire sur notre sol. D’abord, c’est juridiquement évident. Quand on a signé un traité général interdisant une certaine type d'action, tout accord secret entre certains signataires prévoyant qu’on ne le respectera pas, est une aberration légale. C’est presque comme si nous avions un traité général, très officiel et médiatisé, de lutte contre la drogue, et que, en même temps, nous nous mettions en secret d’accord avec des trafiquants maffieux, non pour autoriser la vente libre ou reconnaître que la police est incapable de réprimer ce trafic, mais qui officiellement, chargerait l’Etat lui-même d’organiser la distribution des drogues dures. Un tel comportement, prévoyant en cachette qu’on violera volontairement des accords publics généraux, serait nadmissible tant du point de vue moral que et juridique, aussi bien dans des contrats entre particuliers, que dans les traités entre Etats. Devant n’importe quel tribunal, un contrat secret annulant un traité officiel, décidant qu’on ne l’appliquera pas, sera toujours déclaré illégal. C’est la principale raison pour laquelle la Belgique et les autres Etats concernés refusent grotesquement, à la fois « de confirmer et de démentir » la présence des bombes de Kleine Brogel et ailleurs… .

Depuis quelques jours, on sait que le sénateur Philipe Mahoux, médecin membre de notre association, ce dont nous sommes fiers, a brisé des tabous et compte déposer en septembre une proposition de loi interdisant toute arme nucléaire sur notre sol. Comme on l’a fait pour les mines antipersonnel, les obus à l’uranium appauvri ou à sous-munitions, etc. C’est une agence japonaise qui l’a publié, tant le problème est difficile à aborder publiquement ici.

Ce qui a surpris c’est la réaction de quelques représentants politiques, dont le Président du Sénat lui-même. Leur argumentation est d'une particulière ineptie et fondée sur une méfiance invétérée et imbécile de la Russie. Ils ignorent que ce pays se débat aujourd’hui dans la crise financière, comme tous les pays capitalistes. Ils voient la Russie comme l’URSS imaginaire qu’on décrivait pendant la guerre froide, prête à nous envahir, à l’affût pour s’emparer de nos richesses et supprimer nos libertés au nom d’une idéologie militante, d’ailleurs aujourd’hui dépassée en Russie comme ailleurs. En fait, ce pays, même au sommet de la période stalinienne, n’a jamais correspondu à cette image. Les historiens récents le démontrent. La Russie éternelle a toujours été plus attirée par les immenses déserts qui la bordent à l’Est et qu’il lui faut développer. Elle a, par contre, du se défendre d’au moins cinq invasions européennes depuis le début du XVIlème siècle. Ses incursions vers l’Occident (1812, 1914 et 1941) n’ont été que des réponses à des attaques venues de ce secteur (3).

Les raisonnements d’un De Decker et d’autres politiciens sont tout à fait absurdes et tombent à plat. Ils ne servent que les industries de guerre et des généraux américains, et sont contraires aux intentions affirmées du président Barak Obama. Sont-ils stupides ou ont-ils des intérêts personnels dans le maintien de la situation présente ? Je ne crois pas qu’ils soient stupides.

Leterme, nouveau ministre des affaires étrangères, appartient à un parti qui a récemment voté en faveur du désarmement nucléaire. Espérons qu’il sera aussi attentif aux résolutions de la Chambre et du Sénat qui datent déjà de plus de deux ans, à ceux, plus récents du Parlement européen, à la majorité des bourgmestres belges, réunis dans Mayors for Peace, et comprendra mieux l’urgence de ce problème que son prédécesseur. Ce faisant, il suivrait également d’anciens ministres conservateurs américains, dont Henry Kissinger, les quatre cavaliers de l’apocalypse, comme on les nomme, devenus partisans du désarmement nucléaires, ainsi que les ministres des affaires étrangères en fonction en Allemagne, et en Norvège, sans compter en Grande Bretagne où le climat est en train de changer. Et on souhaite que Leterme aura le courage de résister aux pressions inverses de l’OTAN.

Notes
1.- Il y a certes des ingénieurs et des financiers, mais pas en assez grand nombre, et le pays manque, aussi de médecins qui s’expatrient dès la fin de leurs études. Sous le dernier Shah, on disait qu’il y avait plus de médecins Iraniens dans la seule ville de New York que dans l’Iran tout entier. Cela n’est que peu corrigé aujourd’hui.
2.- Les budgets qui couvrent ces systèmes sophistiqués et onéreux sont bien souvent cachés sous des libellés anodins, qui ne dépendent pas du Ministère de la Défense, comme on vient de le révéler au Congrès des USA. Il est par conséquent difficile d‘estimer exactement les montants en cause. Une étude faite sous Clinton, avant les débauches de frais militaires actuels, estimait déjà que près de 30% des dépenses militaires depuis 1950 avaient été destinées au seul nucléaire et à ses annexes. Ce qui produisit à l’époque une certaine sensation à Washington, où on croyait que l'armement nucléaire permettait « d'économiser » d'autres dépenses.
3.- Remarquons aussi que le budget de la défense russe, (rapporté comme plus haut) au nombre de militaires est analogue à ceux d’autres pays européens, et reste le quart de celui des USA

Henri Firket
Autres textes de Henri Firket sur le site du CSO