Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 10
mai 2003

Éditorial
Pierre Piérart et René Meunier

Vers une force d’occupation de l’OTAN dans l’Irak "libéré"
Roland Marounek

De la démocratie...
Roland Marounek

L’Irak et le Kosovo
Michel Collon et Roland Marounek


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Afghanistan
Amérique Latine
Bouclier anti-missile
Chine
ex-URSS
Hiroshima - Nagasaki
Irak
Iran
Israël
Italie
Kosovo & ex-Yougoslavie
Libye
Mali
Mordechai Vanunu
Otan et ONU
Syrie
TPIY & Milosevic

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial l L'OTAN, machine de guerre américaine

Pierre Harmel, ministre social-chrétien des Affaires étrangères, signa en juillet 1971 un accord secret avec les Etats-Unis dans le cadre de l'Otan. Il concernait la participation belge à une guerre défensive par solidarité et autorisait par conséquent le transit de troupes et de matériel militaires américains sur le territoire national. Mais pas dans n'importe quelles conditions. Il fallait qu'un des pays soit attaqué.

Cet accord n'a pas été ratifié à l'époque (de la guerre froide). Forcément d'ailleurs, puisqu'il était secret. Mais, secret ou non, il était subordonné au respect de la Charte des Nations Unies. Et celle-ci ne prévoit que deux hypothèses : soit un pays membre est agressé, soit le Conseil de sécurité donne son accord à l'agression armée. L'Irak n'a pas agressé militairement les USA et le Conseil de sécurité s'est encore moins prononcé en faveur d'une agression contre l'Irak.

En promettant de s'opposer au transit illicite des moyens militaires américains à destination de l'Iraq, messieurs Louis Michel et André Flahaut osaient braver la toute-puissante et belliqueuse Amérique du Nord. Le suspense ne dura pas très longtemps. Le Premier Verhoofstadt fit en effet comprendre à nos deux contestataires qu'ils devaient marcher dans les voies du Seigneur, nord-américain en l'occurrence. Avait-il entendu des voix en provenance de Washington ? Peu importe.

En allié servile, notre gouvernement a permis le passage de 170 trains de matériel, 60 colonnes de véhicules et 10.000 militaires. Une fois remis dans le droit chemin, la queue entre les jambes, les ministres chargés de la politique étrangère et de la défense se sont inclinés, en larbins fidèles, devant les décisions de l'administration Bush. On a même vu applaudir un groupuscule, fort clairsemé il est vrai, d'admirateurs extatiques de la politique belliciste américaine.

Vu le contexte électoral, les nombreux opposants à la folie guerrière ne doivent pas se faire trop d'illusions à propos des engagements pris par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, de revoir les fameux accords de juillet 1971. Comment un débat sur la question pourrait-il avoir lieu alors que le secret "défense" est invoqué ? La notion de défense a une fois de plus bon dos. Trouvera-t-on un parti pour se lancer dans une telle démarche ? Quelle en sera l'issue ?

Face à de tels accords secrets, le CSO se doit de prendre le taureau par les cornes et continuera à interpeller vigoureusement les partis et le futur gouvernement sur la présence de bombes atomiques à Kleine Brogel, totalement illicite (comme les substances du même nom) depuis l'entrée en vigueur du Traité de non-prolifération (TNP), lequel date de 1970. Les stratèges otanesques et les (ir)responsables belges dédaignent impunément les interdictions des articles I et II dudit TNP, qui visent formellement entreposage et gardiennage d'armes nucléaires sur le territoire belge.

Ces articles interdisent a fortiori les missions nucléaires sur avions F-16 du 10ème wing tactique de la base limbourgeoise. Le prochain gouvernement sera donc tenu d'exiger le retrait de ces armes de destruction massive. Cette attitude ne nécessite pas la moindre négociation, et encore moins des palabres juridiques sans fin sur la subtilités des termes utilisés dans le traité.

Autre argument, et de taille : le traité de Washington (qui a institué l'Otan en 1949) n'oblige pas les pays membres à détenir des armes nucléaires.

Nos ministres devront également faire ratifier en 2004 l'entrée dans l'Alliance de 7 nouveaux membres (Lituanie, Lettonie, Estonie, Bulgarie, Roumanie, Slovaquie et Slovénie). Plusieurs d'entre eux sont en outre prêts à rejoindre le groupe des ultra-atlantistes en se soumettant à toutes les exigences de l'Organisation patronnée par Washington. Sans aucun doute, la très grande majorité de nos parlementaires voteront encore une fois, à la sauvette et sans débat digne de ce nom, en faveur de ce deuxième élargissement, expansion en fait, à la frontière de la Russie. On peut en prévoir les conséquences : surarmement, manœuvres militaires, délocalisation d'armes nucléaires.

Compte tenu des circonstances de l'après-guerre froide, l'OTAN aurait dû se mettre au service de l'OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) au lieu de pratiquer une politique de plus en plus agressive et envahissante (!). Le septuor a été à peine accepté lors du sommet de Prague que l'Alliance se prépare déjà à accueillir l'Albanie, la Croatie et la Macédoine, sans oublier les dizaines de participants européens et asiatiques au Partenariat pour la paix (créé dans le cadre du Conseil de coopération nord-atlantique), futurs laquais de Washington.

Le mouvement d'opposition à la guerre en Irak repose sur une très large base populaire aux niveaux national et mondial. Il a rassemblé cent millions de manifestants en quelques semaines. D'autres guerres se préparent. Les programmes d'armement, nucléaire ou conventionnel, prévus jusqu'en 2020 en constituent la preuve. Mais la révolte gronde contre les gouvernements va-t-en-guerre.

Pierre Piérart et René Meunier