Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 15
octobre 2004

Éditorial

Imposition du silence à Milosevic :
Le simulacre de procès de La Haye tourne à la farce complète

Roland Marounek

Appel à signer : Le Cas Milosevic au TPIY et le respect des droits de la defense

Contre l'OTAN, mais pour quoi ?
L'armée européenne est-elle une alternative ?

Marcel Poznanski

Solidarité avec Hiroshima et Nagasaki.
Pierre Piérart

Compte-rendu de la journée de commémoration du 7 août à Mons

Après la sanglante prise d'otages en Ossétie du Nord
Solidarité de l'Otan avec la Russie ?

Claudine Pôlet

Appel pour le Kosovo


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Après la sanglante prise d'otages en Ossétie du Nord
Solidarité de l'Otan avec la Russie ?

Au lendemain de la prise d'otages de Beslan, le secrétaire général de l'Otan, Jaap de Hoop Scheffer a fait savoir publiquement la « solidarité de l'Otan avec la Russie  pour faire face au terrorisme ». Une discrète réunion de responsables de l'Otan avec le gouvernement russe s'est également tenue, sans communication de son contenu.

On ne peut que trouver très suspecte cette manifestation de soutien, quand on connaît les manœuvres permanentes de surveillance des frontières de la Russie (dénoncées par Poutine lui-même dans une récente interview à des journaux occidentaux), d'encerclement de la Russie par les accords militaires avec l'Otan et les USA de la part des gouvernements des ex-républiques soviétiques, et les soutiens à peine cachés de dirigeants US et UE à tout mouvement se déclarant séparatiste au sein de la Fédération de Russie (voir Alerte Otan n° 13 et 14).

Le gouvernement et les chefs militaires russes n'ont pas pris cette prise d'otages comme une simple question de « lutte contre le terrorisme ». Ils ont tout de suite mis en garde contre des tentations de retour à la guerre froide : à qui d'autres que l'Otan, et surtout les USA, s'adressaient l'avertissement que la Russie est et restera une puissance nucléaire avec laquelle on ne doit pas jouer, et la menace de liquider les « terroristes » où qu'ils se trouvent dans le monde.

Ces preneurs d'otages de Beslan ne doivent pas être considérés comme un groupe de bandits tchétchènes, mais comme faisant partie d'une organisation internationale, sœur jumelle de celle de Ben Laden, avec ses bases arrières à la frontière de la Russie et de la Géorgie. Quand les militaires russes parlent d'attaquer ces terroristes, hors de la Russie, ils visent la Géorgie en particulier. Le nouveau gouvernement de Géorgie a été mis au pouvoir avec la bénédiction de l'Otan, des Etats-Unis, de l'Union Européenne. Il a déjà demandé la protection de l'Occident en cas d'attaques russes. Où ira la « solidarité » de l'Otan au moment des décisions ?

Pendant que l'Otan parle abstraitement de « lutte contre le terrorisme », les groupes de pression les plus agressifs agissent concrètement en son sein pour stimuler, financer, armer et même créer de toutes pièces, une série de mouvements qui pourraient faire éclater la Fédération de Russie. On connaît déjà le soutien de la CIA et de plusieurs gouvernements américains donné à Ben Laden pour combattre en Afghanistan contre les Soviétiques. Il en fut de même avec l'UCK au Kosovo pour terminer l'éclatement de la Yougoslavie. Il n'en va pas autrement avec les Bassaiev en Tchétchénie pour provoquer une crise majeure dans le Caucase et justifier une intervention américaine et y entraîner d'autres pays de l'Otan. (1)

Les medias en Europe ainsi que nombre d'associations se voulant humanitaires ou pour le droit à l'auto-détermination,mais aussi des mouvements politiques se revendiquant de la gauche, entretiennent une lamentable confusion au sujet de la Tchétchénie et à propos des dramatiques événements de Beslan. Ils font passer ces criminels preneurs d'otages pour des espèces de desperados, poussés à bout par « l'ogre russe » et ils cachent la véritable raison d'être de ces mercenaires : servir d'instruments pour provoquer des crises, aggraver des conflits et justifier de nouvelles interventions guerrières des USA et de l'Otan.

1.  The Guardian du 8.9.04 publie un article très documenté de John Laughland (membre du British Helsinki Human Rights Group), lisible en français sur le site http://www.stopusa.be/scripts/texte.php?section=CMBA&langue=1&id=23045

Claudine Pôlet
Autres textes de Claudine Pôlet sur le site du CSO