Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 16
d�cembre 2004

Éditorial

L'OTAN, membre à part entière de la 'Coalition des Volontaires' de Bush en Irak
Roland Marounek

OTAN et constitution européenne
Marcel Poznanski

Abstention constructive : Le mot à la mode
Pierre Piérart


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L'OTAN, membre à part entière de la 'Coalition des Volontaires' de Bush en Irak

Jaap de Hoop Scheffer en allant rendre une visite de courtoisie, le 2 décembre passé, à la marionnette mise en place par les Etats-Unis en Irak, a-t-il eu droit à une visite guidée de Fallujah? Il aurait pu se faire ainsi une assez bonne idée du "travail" pour lequel l'OTAN doit former les forces irakiennes.

Les 10.000 Marines flanqués de 2.000 soldats des forces collaborationnistes irakiennes, viennent d'y commettre un crime dont l'horreur et l'ampleur nous sont dévoilées par bribes1.

Les forces d'occupation ont eu la sagesse d'envahir l'hôpital principal dès le début de l'offensive, pour empêcher que ne filtre toute information sur les morts et les blessés; après avoir bombardé des cliniques, ils ont maintenu les habitants dans le blocus, empêchant les convois d'aide du Croisant Rouge d'entrer dans la ville. Un responsable de la Croix-Rouge à Bagdad évoquait le chiffre de 800 civils tués après deux semaines d'offensive2 .

Le successeur de Solana se souviendra peut-être de " l'horreur qui avait saisi la Communauté Internationale" à l'annonce de la mise en scène de Rajcak, la présentation d'une quarantaine de civils tués par les forces yougoslaves, provoquant la juste intervention de l'Alliance pour arrêter la barbarie serbe… Qui va intervenir aujourd'hui, alors qu'on massacre les civils dans des proportions autrement hollywoodiennes ?

C'est vrai qu'ici, les massacres, les exactions, les destructions ont reçus de la part des médias des noms beaucoup plus rassurants. Il s'agissait de « libérer la ville des insurgés », ou de « sécuriser la ville pour des élections libres », ou bien sûr « lutter contre le terrorisme » de l'abominable (et peut-être inexistant) Zarkaoui – le Méchant du moment. "Résistance" est manifestement un mot imprononçable dans les médias.

Koffi Annan, qui avait pourtant si bien avalé toute sorte de couleuvres, voit actuellement surgir des fantômes de ses tiroirs (accusations de harcèlement sexuel de ses collaborateurs proches, et de corruption de son propre fils) depuis qu'il a eu l'outrecuidance d'énoncer timidement ce qui est une évidence pour tous: que l'invasion de l'Irak était illégale. Les USA et leur soi-disant 'Coalition de Volontaire' ont donc suivi scrupuleusement la définition que donne l'OTAN du terrorisme : « l'emploi illégal ou la menace d'emploi illégal de la force ou de la violence contre des personnes ou des biens afin de contraindre ou d'intimider les gouvernements ou les sociétés dans le but d'atteindre des objectifs politiques, religieux ou idéologiques ». On peut vérifier que dans l'agression contre l'Irak, chaque terme de la définition se retrouve… C'est d'autant plus ironique que l'OTAN elle-même aille prêter main forte à une entreprise typiquement terroriste, au nom de la lutte contre le terrorisme….

Que diable va faire l'OTAN en Irak? La résistance à une occupation illégale est un droit légitime reconnu dans la charte des Nations Unies. Une mission de formation et d'encadrement d'une force chargée d'écraser cette résistance légitime, est clairement une mission de collaboration à l'occupation. M. de Hoop Scheffer a beau prétendre que l'OTAN travaille en Irak "au nom du peuple irakien", les nouvelles "Forces Armées Irakiennes" au service de l'occupant et de ses objectifs géostratégiques en Eurasie, ne sont pas en aucun cas les forces du peuple irakien. Le fait de grimer l'occupation en un affrontement inter-irakien entre résistants et collabos, ne s'appelle évidemment pas "prendre le sort de [son] propre pays entre [ses] propres mains"3 . La situation serait strictement comparable à une mission de formation et d'encadrement de l'Armée Française de Pétain en 1942.

En soutenant le gouvernement fantoche mis en place par l'envahisseur, en appuyant et renforçant ses forces de répression et de lutte contre la résistance, l'OTAN - et notre propre pays à travers l'OTAN – participe directement à cette agression illégale de l'Irak. Non seulement elle se met ainsi au service du plan US de conquête de l'Asie centrale, mais aussi elle se rend directement et officiellement complice des exactions et des massacres commis en Irak. Nous avons le devoir nous, belges, membres de l'OTAN, d'exiger le retrait de notre pays de cette entreprise criminelle.

L'abstention constructive de Flahaut, le refus d'envoyer (pour le moment) des officiers belges en Irak dans le cadre de cette mission, est une piètre feuille de vigne, qui ne peut cacher la responsabilité et la complicité concrète de la Belgique. L'acceptation en juin dernier par notre pays de cette mission de l'OTAN l'expose à un devoir de solidarité, au minimum financier et logistique. De plus, les troupes et le matériel US à destination de l'Irak continuent d'utiliser le port d'Anvers et d'autres infrastructures de notre territoire, et la promesse de révision des fameux accords secrets de l'OTAN qui les "justifient" est complètement passée aux oubliettes. Enfin l'envoi de troupes belges supplémentaires en Afghanistan, où notre contingent a carrément doublé, permet de libérer d'autant les troupes américaines au moment où l'état major US a désespérément besoin de toutes ses forces en Irak.

notes :
1. Des témoignages peuvent être trouvés notamment sur les sites de la BBC (http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/middle_east/4008887.stm) et de Stop.USA (http://www.stopusa.be/scripts/index.php?section=BDBGBB)
2. http://ipsnews.net/interna.asp?idnews=26296
3. http://fr1.chinabroadcast.cn/1/2004/12/04/56@48774.htm

Roland Marounek
Autres textes de Roland Marounek sur le site du CSO