Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 18

Éditorial

Les Européens veulent-ils le retrait des armes nucléaires de l’OTAN ?
Pierre Piérart

L’armement nucléaire d’Israël et le cas de Mordechai Vanunu
Claudine Pôlet

Mordechai Vanunu est réduit au silence

La Constitution contribue-t-elle à faire de l'Union européenne une «contre-puissance» face aux Etats-Unis ?
Diana Johnstone

« Kosovo : un voyage pour rompre cinq ans de silence », le rapport


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
Le non à la constitution européenne est aussi un non à l’OTAN !

Comme tant d’autres citoyens et associations progressistes de Belgique, le CSO s’est réjoui des victoires successives du non aux référendums français et néerlandais sur la Constitution européenne, ainsi que de la forte participation qui a caractérisé les deux scrutins. Cette victoire est d’autant plus remarquable que la grande majorité des médias et des élus politiques avaient mené campagne pour l’approbation du traité constitutionnel. Ce résultat démontre avec éclat que nos sociétés ne sont pas aussi lobotomisées par la « pensée unique » que certains le pensaient.

Les motivations des électeurs français et hollandais, dans leur grande majorité, expriment un rejet de la dérive ultralibérale de l’Europe ces quinze dernières années et le sentiment que la sacralisation du marché et la concurrence mène nos sociétés dans une impasse. En Belgique, grâce à nos partis socialistes et chrétiens-humanistes, la population ne sera pas consultée sur un texte qui, s’il prenait force de loi, déterminerait en profondeur l’avenir des prochaines générations.

Si les questions sociales et économiques ont été au centre des débats qui ont agité nos voisins, d’autres problématiques n’en ont pas été absentes pour autant. Parmi les arguments les plus fallacieux des tenants du oui, celui de l’indépendance de l’Europe face aux Etats-Unis que garantirait cette Constitution est un des plus mensongers. En effet, selon son article I-41, la « politique de sécurité et de défense commune » de l’Union « respecte les obligations » découlant de l’adhésion à l’OTAN de certains de ses membres et est « compatible » avec la politique de défense de l’Alliance atlantique. Autrement dit, la Constitution coule dans le bronze la mainmise des Etats-Unis sur la défense européenne.

En outre, et cela devrait interpeller tous les mouvements de paix, le même article enjoint aux Etats membres d’« améliorer progressivement leurs capacités militaires ». Le projet de traité ne dit rien d’éventuelles mesures de désarmement, à part celles à imposer aux autres, alors que l’Union compte deux puissances nucléaires et que des centaines de bombes nucléaires états-uniennes sont déployées en Belgique et dans d’autres Etats-membres. Seule la croissance des « capacités militaires » est envisagée, alors que les dépenses militaires mondiales ont, pour la première fois en 2004, passé la barre des 1.000 milliards de dollars. Dans ce total, la part des 25 membres du club européen est de 225 milliards, plus de 4 fois les dépenses militaires de la Chine et de la Russie réunies, mais moins de la moitié de celles des Etats-Unis qui ont consacré à leur armée et aux multinationales de l’armement près de la moitié des dépenses militaires de la planète1. Quant à la part des 26 pays membres de l’OTAN, elle en représente près de 72 %, alors que leur population ne constitue qu’un bon dixième de la population mondiale.

Le monde n’a jamais connu de bloc militaire aussi puissant et surarmé, qu’il soit européen ou atlantique. Plutôt que de demander son renforcement, n’est-il pas plus urgent d’exiger son désarmement et sa dissolution ? Un projet européen qui placerait parmi ses priorités de telles exigences serait à coup sûr plus mobilisateur et porteur d’avenir que l’imbuvable texte qui vient d’être magistralement désavoué.

1. 47 %, pour être précis Tous les chiffres cités dans ce paragraphe proviennent du SIPRI Yearbook 2005 ou ont été calculés sur base des données qui y sont publiées.