Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 18
juin 2005

Éditorial

Les Européens veulent-ils le retrait des armes nucléaires de l’OTAN ?
Pierre Piérart

L’armement nucléaire d’Israël et le cas de Mordechai Vanunu
Claudine Pôlet

Mordechai Vanunu est réduit au silence

La Constitution contribue-t-elle à faire de l'Union européenne une «contre-puissance» face aux Etats-Unis ?
Diana Johnstone

« Kosovo : un voyage pour rompre cinq ans de silence », le rapport


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L’armement nucléaire d’Israël et le cas de Mordechai Vanunu

Au moment où l’OTAN engage discrètement des négociations avec Israël pour préparer son intégration à l’Alliance, il faut cesser de faire silence !

Mordechai Vanunu est le technicien de la centrale nucléaire de Dimona (dans le désert du Neguev) qui fut kidnappé par le Mossad et ensuite emprisonné pour avoir dénoncé publiquement la fabrication d’armes atomiques par Israël. Il avait été condamné pour « espionnage » à 18 ans de prison, dont 11,5 passés dans un total isolement. Il fut « libéré » le 21 avril 2004. Bien qu’il ait purgé l’entièreté de sa peine, il est resté soumis à de nombreuses restrictions, telles que l’interdiction de sortir du pays, de s’approcher de tout aéroport et frontière, de posséder un téléphone mobile, de parler à des étrangers. Au bout d’un an, ces restrictions devaient être levées. Il n’en fut rien. Des interdictions encore plus sévères se sont ajoutées aux précédentes, comme celle d’entretenir une conversation sur les armes nucléaires.

Une campagne mondiale pour la fin des restrictions à la liberté de Vanunu s’est organisée et a reçu l’appui de très nombreuses organisations de lutte pour la paix, contre l’arme nucléaire, pour les droits de l’homme ainsi que de personnalités du monde politique, culturel, universitaire de tous les continents. Rien n’y fait. La Justice israélienne resserre encore l’étau pour une année supplémentaire.

Un tel acharnement ne peut s’expliquer seulement par la paranoïa sécuritaire qui s’est emparée de l’Etat d’Israël, ni par le besoin de punir « un traître » qui a renoncé au judaïsme et s’est converti à l’anglicanisme. C’est avant tout une mesure de répression envers toute opposition à la politique ultramilitariste du gouvernement israélien et d’intimidation envers tout citoyen qui exprime la possibilité de vivre en paix avec les pays voisins, que ce soit la Palestine, ou les autres pays du Moyen Orient.

L’armement nucléaire d’Israël, dénoncé il y a 20 ans déjà par Vanunu et jamais reconnu officiellement, fait de ce pays le premier Etat nucléaire non-déclaré, qui est capable de déployer une flotte de 6 sous-marins nucléaires, et un des rares Etats aptes à lancer des missiles à longue portée chargés de têtes nucléaires à partir de ces sous-marins. C’est le seul pays du Moyen Orient qui possède effectivement des armes de destruction massive.

Israël est, en fait, un pion essentiel pour assurer et perpétuer la domination des Etats-Unis dans cette région du monde, pour mettre en oeuvre la politique de Bush du « Grand Moyen Orient » et préparer les prochaines guerres contre l’Iran ou la Syrie. Les connaissances techniques de Mordechai Vanunu concernant les armes nucléaires sont complètement dépassées, et leur révélation ne constitue aucun danger pour Israël. Par contre, la dénonciation de cette politique ultramilitariste du gouvernement israélien est dangereuse pour lui : elle met en évidence que l’Etat d’Israël se dote d’un armement nucléaire, mais aussi biologique, chimique et conventionnel, totalement disproportionné par rapport aux besoins d’une simple défense territoriale. Sharon vient de conclure de nouveaux accords avec le gouvernement Bush, portant sur la construction d’une grande base militaire dans le désert du Néguev (à côté du réacteur nucléaire de Dimona ?) ainsi que des infrastructures nécessaires pour installer à sa proximité des milliers de nouveaux habitants. Il y a aussi la prochaine fourniture par les Etats-Unis de 100 bombes dites « à forte pénétration souterraine » (qui pourraient viser les usines nucléaires souterraines iraniennes).

Il y a, enfin, les inquiétantes visites que le secrétaire général de l’Otan vient de faire en Israël et les récentes manœuvres militaires de l’Otan avec une importante participation d’Israël, les pressions de plus en plus fortes pour une intégration directe d’Israël dans l’Alliance et une possible intervention de l’Otan pour « garantir » le progrès du processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. L’Otan servirait, une fois de plus, de couverture pour la politique impérialiste des Etats-Unis et de leur pion nommé Israël.

Les militants israéliens qui luttent pour la libération complète de Mordechai Vanunu ont conscience de ces enjeux et ont besoin du soutien de toutes les forces de gauche en Europe et dans le monde. Vanunu ne peut être contraint à se taire, il a le droit de dénoncer « les menaces d’holocauste » que représente l’arme nucléaires, de dénoncer la politique militariste de l’Etat d’Israël . Soutenons ces luttes, en faisant connaître largement « le cas Vanunu », en participant à la campagne mondiale pour sa libération !

Claudine Pôlet
Autres textes de Claudine Pôlet sur le site du CSO