Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 19
septembre 2005

Éditorial

Il y a 60 ans …
Hiroshima, après Alamogordo qui préparait Nagasaki.

Pierre Piérart

Barbarie, menaces, intransigeance, bataille du Bien contre le Mal…
Prochaine étape, Téhéran ?

Roland Marounek

Serbie-Monténégro : La revanche de l’Empire
Georges Berghezan

Milosevic à La Haye : plus c'est intéressant, moins on en parle
Diana Johnstone


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Serbie-Monténégro : La revanche de l’Empire

Le 18 juillet, Vuk Draskovic, ministre des Affaires étrangères de Serbie-Monténégro, et Jaap de Hoop Scheffer, secrétaire général de l’OTAN, signaient un accord autorisant le transit des troupes de l’Alliance atlantique à travers la Serbie et le Monténégro. Garantissant également l’immunité des troupes face à toute poursuite judiciaire dans ce pays, cet accord sur les « lignes de communication » en rappelle étrangement un autre, rejeté par la partie serbe en février 1999 lors des pourparlers de Rambouillet. Ce refus, provoqué par l’intransigeance des Etats-Unis qui reconnurent avoir volontairement « placé la barre trop haut », fut utilisé comme casus belli par l’OTAN qui entama 78 jours de raids meurtriers et finit par s’emparer du Kosovo, pour en faire un haut lieu du nettoyage ethnique, du crime organisé et de la débâcle économique.

Plus de six ans après Rambouillet, le vent a bel et bien tourné à Belgrade. Bien que la Serbie-Monténégro soit un des derniers pays d’Europe à ne pas être membre de l’antichambre de l’OTAN que constitue la structure du « Partenariat pour la Paix » - sous prétexte de coopération insuffisante avec le Tribunal de La Haye –, l’actuelle classe politique au pouvoir ne cesse d’affirmer son allégeance aux structures « euro-atlantiques ». L’accord, signé après quatre ans de négociations secrètes (donc entamées quelques mois après le renversement de Milosevic), a néanmoins soulevé quelques réserves du principal parti gouvernemental de Serbie, le DSS du Premier ministre Kostunica, non sur son contenu, mais sur la procédure d’adoption : le gouvernement fédéral n’aurait pas suffisamment consulté son homologue serbe à ce sujet.

A Belgrade, les défenseurs de l’accord arguent qu’il permettrait d’acheminer plus rapidement des renforts au Kosovo en cas de répétition des pogroms de mars 2004 contre la population serbe. Mais il ne serait fait aucunement mention du Kosovo dans le document signé. Et les troupes de l’OTAN pourraient tout aussi bien utiliser le territoire serbo-monténégrin pour se déployer ailleurs, par exemple en Bosnie-Herzégovine en cas de soulèvement d’une population serbe vivant dans la misère et supportant de plus en plus mal l’autoritarisme du « Haut représentant » britannique qui gouverne le pays. Rappelons que la Bosnie continue à être occupée par une force militaire occidentale, sous commandement de l’Union européenne (UE) depuis la fin 2004, mais que des unités spéciales de l’OTAN y sont toujours déployées. Le commandement de la force européenne est d’ailleurs situé au sein même du QG atlantique à Evere.

Présenté comme purement « technique » par l’OTAN, l’accord doit encore être ratifié par le parlement serbo-monténégrin, ce qui ne devrait pas empêcher, d’après le ministre de la Défense Davinic, qu’il soit mis en œuvre immédiatement. Ainsi, les troupes de l’OTAN peuvent sillonner les Balkans à leur guise, et consolider les communications terrestres avec la super-base états-unienne de Camp Bondsteel au Kosovo. L’accord qui n’avait pu être arraché sous la menace des bombes l’est maintenant grâce à un chantage plus feutré. La victoire de l’OTAN semblerait complète, si l’on pouvait faire abstraction des résultats catastrophiques de l’interventionnisme occidental dans les Balkans, qui finiront – tôt ou tard – par provoquer un effet de boomerang auprès des populations qui en paient la note.

Georges Berghezan
Autres textes de Georges Berghezan sur le site du CSO