Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 23
septembre 2006

Éditorial

Une guerre criminelle en Palestine et au Liban
Pierre Galand

Parlementaires , l’art de prévoir et le principe de précaution cela existe !
Jacques Delattre

Israël et son chantage nucléaire
Marcel Poznanski

Commémoration du 61e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message du CSO

Message de Pierre Piérart

Message de Pierre Debbaudt, au nom de la Coordination Luxembourgeoise pour la Paix

Message de Pierre Lardot

Plainte contre Karel De Gucht et André Flahaut

Casques bleus au Soudan, première étape vers l'implication directe de l'Otan?
Roland Marounek


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
RIGA : un sommet pour perfectionner la machine de guerre de l’OTAN

Les plus hauts dirigeants des 26 pays membres de l’Otan se réuniront en novembre prochain à Riga pour débattre de « l’avenir de l’Otan ». L’ordre du jour déclaré de cette assemblée est d’envisager un partenariat très élevé ou l’intégration directe, des pays sur divers continents qui sont déjà des amis parfois très actifs , en particulier, ces amis qui collaborent déjà avec l’Otan dans la guerre en Afghanistan : Nouvelle-Zélande, Australie, Japon, Corée du Sud ( ??) et… un ami très cher : Israël. Un autre sujet de débat sera le mode de financement des opérations militaires otaniennes, de plus en plus coûteuses et de plus en plus fréquentes : une cotisation de chaque pays membre ? paiement en espèces ou en nature (soldats, matériel logistique, armes, utilisation des territoires nationaux) ? Et enfin, ils ne manqueront pas de mettre au point la fameuse force de réaction rapide, pour qu’elle soit capable d’intervenir en quelques instants dans n’importe quelle partie du monde, lorsque les intérêts vitaux des pays membres sont en danger.

Depuis la dernière réunion des ministres de la Défense de l’Otan, en juin, les préparatifs s’accélèrent aussi sur le terrain : de la fausse invasion de la Belgique, à la vraie tentative d’invasion d’Israel au Liban, de l’envoi de casques bleus au Liban ou au Soudan, à leur possible remplacement par des casques otaniens.

La Belgique a déjà participé à d’importantes manœuvres militaires en Méditerranée aux côtés de forces israéliennes. Actuellement se déroulent sur notre territoire, des exercices grandeur nature simulant une invasion du pays et l’organisation d’une riposte sous commandement unifié de la Belgique, de l’Union Européenne et de l’Otan. Et 400 militaires belges sont envoyés au Liban pour participer à la force d’interposition de l’ONU, sans aucune clarté sur leur mission , sans garantie pour leur propre sécurité et sans connaissance des risques réels (substances chimiques, uranium appauvri, bombes à sous-munitions disséminées partout par l’armée israélienne).

Autant dire que le sommet de Riga n’a pas pour intention de développer des relations pacifiques entre les pays du monde, mais de mieux roder la machine de guerre de l’Otan. Non seulement nous devons dire « not in my name » en dénonçant les guerres et les agressions organisées ou soutenues par l’Otan, mais aussi lutter pour empêcher l’Otan de sévir plus longtemps.