Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 25
mars 2007

Éditorial

Étroite collaboration Otan – Israel pour une guerre contre l’Iran
Claudine Pôlet

Independance du Kosovo : Comme une lettre a la poste ?
Georges Berghezan

Déploiement du système antimissile américain en Pologne et en République tchèque, ainsi que ses implications
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

Les troupes belges hors d’Afghanistan !
Marcel Poznanski

L’Otan en infraction avec le Traité de Non Proliferation (TNP) et le droit international
Pierre Piérart

Le grand retour du militarisme nippon ?
Vladimir Caller

La base Italie, de Vicence à Sigonella
Manlio Dinucci (Il Manifesto)

Recommandations de la CNAPD aux candidats pour les élections de Juin 2007


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Les troupes belges hors d’Afghanistan !

L’Afghanistan est nettement moins médiatisé que l’Irak et pourtant c’est bien une guerre avec son cortège de morts, de blessés, de famine, de destructions de villes, de villages, la fuite de millions d’habitants à l’extérieur du pays. En Belgique, un groupe d’Afghans font la grève de la faim dans l’église des Minimes à Bruxelles pour obtenir le statut de réfugié. Comme le gouvernement belge intervient soi-disant en mission humanitaire, il ne peut pas reconnaître qu’il existe des réfugiés. Donc ces immigrés viennent uniquement profiter de l’hospitalité belge. C’est extraordinaire : plus l’OTAN intervient humainement plus les gens fuient le pays !

Jusqu’à présent, les troupes belges n’ont pas perdu un seul militaire, la principale raison de leur sécurité est que les Belges se terrent dans des casemates autour de l’aéroport, ne sortent jamais dans Kaboul de peur d’être une cible pour les résistants afghans.

Deux avions F16 de la force aérienne belge sont basés dans le pays, ils participent au bombardement et au mitraillage des villages et des populations. Pour notre ministre de la Défense, le plomb nourrit, cela va très bien avec la mission humanitaire.

Jusqu’à ces dernier temps, seuls les contingents US, Britanniques et Canadiens sont impliqués dans des opérations de guerre, et comme corollaire, c’est eux qui ont le plus de pertes. Après la réunion de l’Otan à Riga, tous les membres de l’OTAN doivent aller au feu. ISAF est heureux d’annoncer la participation de l’ensemble des troupes de l’OTAN dans une tentative de reconquête d’une des provinces hors contrôle. Il semble donc que l’on va doubler les forces d’occupation.

Les USA et l’ISAF ne peuvent absolument pas faire confiance aux soldats afghans. Pendant la visite de Cheney, un attentat suicide s’est produit. La base est pourtant protégée par trois enceintes militaires. La première enceinte est tenue par les soldats afghans, ceux-ci ont laissé passer le kamikaze qui a explosé sur l’enceinte tenue par les boys US, il n’était pas loin de Cheney.

Plus la violence augmente, plus cela démontre l’incapacité de gagner la guerre. La défaite de l’OTAN est inéluctable, mais quand aura-t-elle lieu et après combien de destructions ? Le gouvernement belge se plaint de l’absence de « stratégie pour sortir d’Afghanistan » de la part de l’Otan. Mais en attendant, il augmente la participation des troupes belges et sa contribution financière. Il faut prendre l’initiative contraire : retirer les troupes belges et les avions F-16 et supprimer ce soutien financier aux opérations de l’Otan en Afghanistan qui n’ont rien d’humanitaire !

Marcel Poznanski

Nous publions ci-dessous une partie de « la demande d’explication de Josy Dubié au ministre de la Défense sur l’accroissement de la présence militaire belge en Afghanistan ». Le texte complet de la demande et de la réponse ministérielle peut être lu sur le site à l'adressewww.csotan.org/textes/doc.php?art_id=332&type=documents

Séance du Sénat de Belgique – 25 janvier 2007

M. Josy Dubié (ECOLO). - Je relève donc que la note d'orientation prévoit une augmentation de nos effectifs de 310 unités à 420 à la fin de l'année, ce qui correspond bien à une augmentation de 35% de notre effectif militaire sur place, sans compter les quatre F-16.
Je suis très surpris de cette réponse extrêmement contradictoire avec une interview publiée dans Le Vif/L'Express, il y a deux mois, le 24 novembre 2006. Sous le titre : « Flahaut :"on est piégé !" », le ministre dénonçait « l'explosion des dépenses causées par le bourbier afghan ». « La fuite en avant m'inquiète », disait le ministre.Deux mois plus tard, il propose au conseil des ministres une augmentation de 35% de nos effectifs militaires.
Dans l'article susmentionné, il disait pourtant : « Les opérations de l'Alliance en Afghanistan sont déjà moins aisées à justifier ». Je suis d'ailleurs un de deux qui s'interrogent. Il poursuivait : « Si la situation sur le terrain tournait mal, c'est moi, ministre de la Défense, qui serait mis en cause », ce qui me semble assez évident.Mais je relève surtout ceci : « J'ai demandé des explications à propos de l'augmentation énorme du budget affecté à la mission en Afghanistan. On se contente de me répondre que l'on ne peut pas tout prévoir quand on lance ce genre d'opération. On est piégé, car les projections budgétaires sont inexistantes ou imprécises. Faute de "stratégie de sortie", comment la Belgique peut-elle planifier son engagement ? »
Ces affirmations du ministre au regard des éléments de réponse que je viens de recevoir sur l'augmentation substantielle de nos forces créent une contradiction extrêmement inquiétante.
La situation en Afghanistan est en train de se détériorer rapidement. Le ministre précise d'ailleurs, et cela me semble important, que « la situation se dégrade et, avec le temps, les forces de l'OTAN risquent d'apparaître comme une armée d'occupation ». J'avais lancé cet avertissement voici quelques mois et c'est maintenant le ministre qui le reconnaît. Comment comprendre alors que, dans le même temps, la Belgique augmente ses forces en Afghanistan ?
Monsieur le Président, chers collègues, je pense qu'il s'agit là d'un sujet extrêmement préoccupant dont la commission de la Défense du Sénat devrait se saisir. Je rappelle qu'au moment même où le Sénat américain s'oppose à la décision du président Bush de renforcer les forces militaires en Irak, la Belgique décide d'accroître ses forces en Afghanistan de manière plus importante encore et que cela se passe dans un silence assourdissant. C'est inquiétant. Je vais donc demander aux présidents des commissions de la Défense et de la Justice que nous examinions en profondeur la politique de la Belgique en Afghanistan et l'évolution de notre engagement militaire dans ce pays. J'espère que d'autres collègues me suivront.

Marcel Poznanski
Autres textes de Marcel Poznanski sur le site du CSO