Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 26

Éditorial

L’ombre des euromissiles
Ben Cramer

Les partis « démocratiques » et le memorandum de la CNAPD
Claudine Pôlet

La dissuasion n'est pas une « réalité implacable »,
elle prépare la guerre atomique

Pierre Piérart

Noam Chomski : Le bouclier étasunien anti-missile en Europe est un acte de guerre

Déclaration de Prague : La paix n’a pas besoin de nouveaux missiles

Darfour : Jeu de Go en Afrique
Roland Marounek

Mission citoyenne au Kosovo, cuvée 2007
Georges Berghezan

Jacques Delattre s'en est allé


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
Le «bouclier» anti-missile n'est pas une protection de l'Europe, mais y prépare la guerre

L'OTAN a donc avalisé le bouclier anti-missile que les Etats-Unis veulent implanter en Pologne et Tchéquie, en annonçant qu'elle envisageait un système de défense anti-missile complémentaire et relié au système états-unien, qui devrait être opérationnel dès 2010. Si le premier bouclier sera financé par les pays "bénéficiaires", le second qui en partie devra défendre le premier, sera lui pris entièrement en charge par les citoyens des pays de l'OTAN. Charge tellement lourde qu'elle avait jusqu'à présent freiné les ardeurs des plus atlantistes : l'OTAN repoussait en effet depuis 2002 la demande états-unienne d'installation d'un tel système sur le vieux continent. L'accord polono-tchèque leur force la main.

Dans le même temps, l'OTAN rejetait avec dédain la contre-proposition russe d'un système basé en Azerbaïdjan. Comment mieux faire comprendre que l'histoire de la protection contre la fabuleuse bombe iranienne est de l'ordre de la grosse plaisanterie ?

Les Etats-Unis poursuivent depuis l'effondrement de l'URSS une politique d'agression et d'expansion, visant à faire main basse sur les ressources énergétiques essentielles et leurs voies d'approvisionnement. Cette politique maffieuse explique parfaitement la désintégration de la Yougoslavie, la destruction de fond en comble de l'Irak après un blocus criminel de 12 ans, la chaîne de "révolutions" de toutes les couleurs autour de la Russie, et la présentation actuelle de l'Iran comme la plus grande menace pour l'Occident.

C'est dans cette perspective que s'inscrit le bouclier otano-américain. Car un système anti-missiles, présenté de façon anodine comme une simple protection de l'Europe, signifie concrètement ceci : "Nous avons les moyens de vous attaquer – et vous n'avez aucun moyen de riposter. Il ne vous reste donc qu'à vous soumettre à nos volontés".

En fait de protection de l'Europe, il s'agit de protéger les sites stratégiques et militaires, pas la population.

Cela représente une relance directe de la course aux armements : la Russie va très logiquement devoir se lancer dans un système anti-missile concurrent, et compte tenu du retard accumulé, anticiper les systèmes permettant de frapper les boucliers. Les accords Salt-I avaient justement commencé par prévoir le démantèlement des systèmes anti-missiles de l'époque.

Cette "défense de l'Europe" est donc en fait un accroissement du risque de guerre en Europe. Malgré l'enthousiasme pro-atlantiste de beaucoup de leur dirigeants, les peuples d'Europe n'ont aucun intérêt à suivre la politique d'agression des USA, mais bien au contraire à développer la coopération et l'entente avec la Russie – et tout autre peuple.