Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 26
juin 2007

Éditorial

L’ombre des euromissiles
Ben Cramer

Les partis « démocratiques » et le memorandum de la CNAPD
Claudine Pôlet

La dissuasion n'est pas une « réalité implacable »,
elle prépare la guerre atomique

Pierre Piérart

Noam Chomski : Le bouclier étasunien anti-missile en Europe est un acte de guerre

Déclaration de Prague : La paix n’a pas besoin de nouveaux missiles

Darfour : Jeu de Go en Afrique
Roland Marounek

Mission citoyenne au Kosovo, cuvée 2007
Georges Berghezan

Jacques Delattre s'en est allé


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La dissuasion n'est pas une « réalité implacable »,
elle prépare la guerre atomique

Réponse à l'article du Général. Briquemont « La dissuasion : une implacable réalité », paru dans La Libre Belgique du 23 mai 2007.

1.- La dissuasion nucléaire a commencé en 1942 avec le programme Manhattan, qui a été proposé par la lettre de L. Szilard, signée par Einstein lui-même et adressée au Président Roosevelt. Il fallait se munir d'une arme atomique pour dissuader les Allemands dans l'hypothèse où ceux-ci seraient parvenus à la fabriquer.
Cette dissuasion n'a pas fonctionné puisque cette arme de dissuasion est devenue une arme offensive pour, soi-disant, accélérer la fin de la guerre avec les Japonais, alors qu'en réalité elle a été une arme d'intimidation qui a abrégé la guerre de quelques semaines et empêché l'armée soviétique d'envahir le Japon.

2.- Malgré le Traité de Non Prolifération (TNP) les gouvernements et les Etats Majors de plusieurs Etats de l'Union Européenne étudient une défense européenne et américaine toujours basée sur la dissuasion nucléaire sacralisée.

3.- Il existe des armes classiques qui peuvent atteindre un degré de dissuasion équivalant à celle de l'arme nucléaire (mis à part la radioactivité) : Dresde valait bien un Nagasaki, le bombardement de Tokyo correspondait à plusieurs Hiroshima. ...Une dissuasion nucléaire efficace implique des dizaines de bombes pouvant tuer des dizaines de millions de civils dans les grandes cités urbaines et compromettre l'écosystème planète pour plusieurs siècles.

4.- Les effets terrifiants d'une riposte nucléaire n'ont pas empêché Fidel Castro de l'accepter lors de la crise de Cuba en 1962. Si les stratèges américains avaient eu un pouvoir de persuasion un rien plus vigoureux ou si John Kennedy et son frère Robert n'avaient pas résisté aux injonctions des militaires, une attaque américaine sur Cuba aurait déclenché une riposte nucléaire et enclenché une troisième guerre mondiale et probablement la dernière.

5.- Les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies disposant du droit de veto se sont munis de la bombe en signant le TNP et en sachant très bien qu'il ne respecteraient pas l'article VI. Ce traité discriminatoire permet aux cinq membres permanents de lanterner sur l'application de l'article VI malgré leur engagement confirmé à la révision du traité en 2000.

6.- La dissuasion nucléaire principalement basée sur des menaces d'extermination totale durera encore pendant de très nombreuses années avant qu'on ne la prenne plus en considération , malgré les 27.000 bombes encore existantes aujourd'hui dont la majorité sont en état de fonctionnement immédiat. Etant donné l'ignorance du grand public sur ce problème il faudra une mobilisation politique
très forte pour obtenir un traité de désarmement nucléaire total comme cela a été le cas pour l'abolition plus ou moins total de l'esclavagisme.

7.- Lors de la dernière réunion du « Comité de Préparation»(PrepCom) l'Afrique du Sud a demandé qu'on respecte « l'assurance de sécurité négative », soit qu'une puissance nucléaire n'utilise pas son arme contre une puissance non nucléaire. La réponse a été négative de la part des cinq membres du Conseil de Sécurité qui ont déclaré que cette clause affaiblirait la dissuasion nucléaire.
Comme vous le dites très bien, Général Briquemont, ce concept de dissuasion est bien enraciné et il faudra beaucoup d'énergie et de volonté pour éradiquer cette monstrueuse utilisation de la bombe.
De nombreuses ONG de médecins, de scientifiques, de juristes, de pacifistes, de politiciens, de diplomates, ainsi que de chefs d'Etat, de ministres et de généraux à la retraite s'y attellent avec conviction et en gardant dans leur esprit l'adage «si tu veux la paix prépare la paix».

8.- Enfin l'Union Européenne, qui devient le bras armé de l'OTAN, est en pleine infraction vis-à-vis du TNP puisqu'elle ne réagit pas au transfert illégal (art. I et II du TNP) d'armes nucléaires en Allemagne, en Belgique, en Italie et aux Pays-Bas.

Si, malgré la crise de Cuba, la dissuasion a pu fonctionner pendant 50 ans, des luttes féroces, qui utiliseront la bombe atomique, se préparent pour le 21ème siècle pour s'approprier des ressources énergétiques considérées par les chefs d'Etat comme vitales : la bombe atomique ne sert plus à dissuader mais à se prémunir des crises économiques sans précédents dues à l'appauvrissement des gisements de pétrole.

En conclusion citons la phrase du Dr. Abraham Béhar, publiée dans la feuille d'information de Stop Essai, n° 167 de juin 2007 : « Il est urgent d'organiser la riposte à cette nouvelle course aux armements, car non seulement on peut vivre sans armes nucléaires, mais leur élimination est notre seule chance de survie ».

Pierre Piérart
Autres textes de Pierre Piérart sur le site du CSO