Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 29
mars 2008

Éditorial

La République du Kosovo reconnaîtra-t-elle l'indépendance de la Flandre ?
Roland Marounek

Nouvelle independance du Kosovo
Georges Spriet

Naissance d’un protectorat de l’Otan en Europe
Thierry Delforge

Bouclier anti-missiles : Apocalypse Now ?
Marcel Poznanski

Le bouclier anti-missiles et l'Otan
Georges Spriet


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
Sommet de l’Otan de Bucarest, comment sauver les apparences ?

« La principale mission du sommet de l'OTAN, qui se tiendra au mois d'avril à Bucarest, consiste à montrer à l'opinion publique une Alliance unie », a déclaré le ministre hongrois de la Défense.

La méthode Coué semble effectivement très nécessaire, tant les divisions au sein de l'OTAN se font apparentes, que ce soit sur l'élargissement à l'Est de l'Alliance, le Kosovo ou l'Afghanistan..

L'"indépendance" du confetti kosovar ethniquement purifié n'a pas été accueillie avec le même enthousiasme par tous les membres de l'Alliance, soit qu'ils soient eux-mêmes confrontés à leurs propres sécessions internes, soit qu'ils ne voient pas directement l'intérêt de l'établissement d'un chancre maffieux à leur frontière. La gigantesque base militaire de Camp Bondsteel n'est pas une base de l'OTAN, mais bien une base US avancée en vue d'une confrontation avec la Russie, qui n'est pas nécessairement de l'intérêt de tous.

C'est sans doute pour ces mêmes raisons que certains membres (l'Allemagne en particulier) s'opposent à la nouvelle extension à l'Est de l'OTAN. L'intégration projetée de l'Ukraine et de la Géorgie, voulue par les USA et certains des plus fervents atlantistes de la "Nouvelle Europe" accélérerait en effet dramatiquement les risques de confrontation directe avec la Russie.

Enfin les réticences sont grandes sur l'intégration de l'Isaf dans la désastreuse "War on Terror" en Afghanistan. Condoleeza Rice a mis les points sur les i : "Nos populations [de l'Alliance Atlantique] doivent comprendre qu'il ne s'agit pas d'une mission de maintien de la paix", en contradiction formelle avec la mission originelle de l'ISAF, phagocytée de facto par l'Otan. Robert Gates a été jusqu'à menacer l'Allemagne d'attentats terroristes sur son sol, pour l'encourager amicalement à envoyer des soldats dans les combats du Sud. Pourtant, jusqu'à présent, notre pays est l'un des seuls à accepter de passer du "Peace-Keeping" pseudo-humanitaire à l'implication active dans les zones de guerres.

C'est que l'invasion tourne au fiasco total, et il devient patent que la guerre contre le peuple afghan ne peut être gagnée. L'obstination de l'Occident à subjuguer l'Afghanistan, ne peut à terme que conduire à un désastre. Mais cependant, admettre cette défaire signifierait admettre l'échec des plans de domination impérialiste sur tout le Moyen-Orient, et l'impossibilité pour l'Occident de contrôler l'Eurasie, et ses richesses vitales : d'autant plus grand est alors le risque d'une fuite en avant, vers une attaque nucléaire de l'Iran , et un embrasement mondial.

A Bucarest, le sommet des chefs d’Etat aura également à son agenda le projet d’intégrer le bouclier antimissiles américain à un système pouvant « protéger » l’ensemble des pays européens. Des augmentations des budgets militaires seront donc à l’ordre du jour, vu les engagements financiers importants qui seront pris par les pays « protégés » de cette manière.

Et le « manifeste » des cinq généraux de l’Etat-Major de l’Otan, ne manquera pas de peser sur ce Sommet, même si ces hauts commandants sont à la retraite. Rappelons leurs exigences d’un coup d’accélérateur dans la transformation de l’Otan en « alliance mondiale des démocraties », leur proposition de se passer carrément de l’ONU et de former un triumvirat OTAN-UE-USA pour diriger cette alliance et leur appel sans état d’âme à utiliser préventivement des armes nucléaires pour écraser dans l’oeuf toute vélléité d’opposition.

Ce n’est pas ce que veut la population de notre pays ! Au sein de l’Union Européenne, les mobilisations se multiplient. De la République tchèque et la Pologne contre le bouclier, à l’Allemagne, contre l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan, à la Belgique avec la manifestation du 16 mars contre la guerre en Irak. En unissant toutes ces forces dans un grand mouvement européen et en refusant de lâcher prise, nous forcerons les gouvernements de l’Union Européenne à rompre cette politique de soumission aux va-t-en guerre otaniens.