Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 3
novembre 2000

Élections en Yougoslavie : Quand les crédits succèdent aux bombes
Vladimir Caller

Inspection de la base nucléaire de Kleine Brogel, le 1er octobre 2000
Pierre Piérart

L'OTAN et la politique européenne de sécurité commune
Pierre Piérart

L’OTAN n'est pas seulement le gendarme du monde, elle prépare la guerre!
Marcel Poznanski

Quelques considérations autour de l’élargissement de l’OTAN
Yves Rogister

Un témoignage instructif : « Crimes de guerre à L’OTAN »
Claudine Pôlet

Qu’est-ce que l’uranium appauvri ?

Les mensonges de Jamie Shea (2)
Michel Collon


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Afghanistan
Amérique Latine
Bouclier anti-missile
Chine
ex-URSS
Hiroshima - Nagasaki
Iran
Israël
Italie
Kosovo & ex-Yougoslavie
Libye
Mali
Mordechai Vanunu
Otan et ONU
Syrie
TPIY & Milosevic

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L'OTAN et la politique européenne de sécurité commune

Les deux secrétariats de l'OTAN et du Conseil de l'Union Européenne ont signé un accord de sécurité provisoire, en juillet de cette année, visant à interdire l'accès aux documents relatifs à la Politique Européenne de Sécurité Commune. Les deux responsables, Lord Robertson (OTAN) et Javier Solana (Conseil de l'UE) veulent imposer à l'UE le secret défense au sujet de la gestion politique et militaire des crises en Europe et même au delà de ses frontières.

J. Solana, Secrétaire Général du Conseil et haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune, a décidé, ce 27 juillet 2000, qu'il fallait protéger les informations relevant de ses attributions et les considérer comme TRES SECRET, SECRET ou CONFIDENTIEL. Le texte relatif à cette décision a été adopté le 14 avril et publié au Journal officiel le 23 du même mois : il modifie très clairement la décision 93/731/CE relative à l'accès du public aux documents du Conseil et la décision 2000/23/CE concernant l'amélioration des travaux du Conseil et le registre public des documents de ce dernier. L'accès aux documents devrait être réservé aux seules personnes habilitées à en prendre connaissance. Tout document du Conseil concernant la gestion militaire et non militaire ne serait généralement plus accessible aux demandeurs qui en seraient poliment informés.

Lors de la rencontre des quinze ambassadeurs du comité politique et de sécurité provisoire de l'UE (Copsi) avec leurs collègues de l'OTAN les questions de confidentialité ont été évoqués. L'OTAN n'approuve pas du tout les velléités de transparence de l'UE et menace même de rompre le dialogue si les Européens ne se plient pas aux règles du "secret défense" prônées par son ex-patron qui a dirigé les interventions désastreuses dans les Balkans.

On espère que les eurodéputés Heidi Hautala (Verts) et Ana Palacio(PPE) présidente de la commission des Affaires juridiques parviendront à convaincre la présidente du parlement, Nicole Fontaine, de porter plainte devant la Cour de Justice pour violation du principe de co-décision.

L'occultation préméditée de l'information sur la PESC concerne, non seulement le public, mais aussi les eurodéputés et les membres du comité des affaires étrangères qui pourraient apprendre un beau matin, dans la presse ou à la radio, qu'une nouvelle guerre en Europe a été déclenchée par les responsables du Conseil européen et de l'Otan, après manipulation du Conseil de Sécurité

Pierre Piérart
Autres textes de Pierre Piérart sur le site du CSO