Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 33

Éditorial

Kosovo, 10 ans après les bombardements de l'Otan : Fruits amers d’une intervention "humanitaire"
Georges Berghezan

La politique militariste et impérialiste de l’OTAN et de l’Union Européenne
Pierre Piérart

18 ans après la fin du «péril rouge», pourquoi encore l'Otan ?
Roland Marounek

L'Europe contre le bouclier antimissile
Patrice Salzenstein (Mouvement de la Paix, France)

Taliban du 3e type

Le Premier Ministre Van Rompuy s’engage !

Strasbourg, du 2 au 5 avril
Contre Sommet de l'Otan

Maurice Malpoix nous a quitté
Extrait du message envoyé par sa compagne, Paméla Higgins


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
Pendant longtemps encore, la stratégie de la peur ?
60 ans, ça suffit !

En 1990, peu après le 40e anniversaire de l’Otan, Giulio Andreotti révélait publiquement l’existence des réseaux militaires secrets de l’Otan « Stay Behind » mis en place dès sa création. L’implication du réseau Gladio dans bon nombre des attentats terroristes des « années de plomb » commis en Italie est désormais un fait connu, et l’accès aux archives soigneusement classifiées de l’Otan permettrait certainement d’en savoir d’avantage sur la stratégie de la tension des années 70-80 dans l’ensemble des pays de l’Europe occidentale.

Episode regrettable, appartenant à l’ère révolue de la guerre froide et de la lutte contre la menace communiste ? Comment en être sûr alors que l’Otan est toujours bien là et continue à affirmer sa nécessité post-mortem bien après la disparition de sa raison d’être officielle pendant 40 ans ? Comment en être sûr, alors que les discours actuels sur le terrorisme mondialisé sont directement calqués sur ceux de jadis de la menace communiste ? Comment même l’espérer alors que la stratégie de la peur s’est montrée tellement profitable, littéralement ? Les industries d’armement qui font des bénéfices colossaux sur la peur, peuvent-ils se permettre d’avoir face à eux une humanité qui n’a plus peur de l’autre érigé en ennemi ? Ce sont des intérêts difficilement concevables qui sont en jeu.

Lors d’un récent discours en France, promue nouvelle fille aînée de l'Otan, Jaap de Hoop Scheffer, vient de réaffirmer que « pour la Communauté Internationale, il est important que l’Otan continue d'être un instrument qui apporte cette contribution [au renforcement de la paix et de la sécurité internationales] pendant longtemps encore »

Cette déclaration nous paraît très ironique au regard de l’histoire passée et actuelle de l’Otan.

Il y a tout juste dix ans, l’Otan fêtait son cinquantenaire en se payant le droit International. L’agression de la Yougoslavie menant à sa destruction finale était emballée dans un droit d'ingérence humanitaire sur mesure, sur allégation de massacres et d’horreurs fabriqués médiatiquement.

Aujourd'hui, le leitmotif de la lutte globale contre la terreur maquille son rôle de sécurisation des sources et des voies d’acheminement des richesses énergétiques en Asie centrale, que l'Occident estime lui revenir de droit.

L'Otan n'est pas du tout un facteur de paix et de sécurité internationales, mais bien un instrument au service des intérêts de puissances impérialistes aux abois face au renversement des rapport de forces dans le monde, prêtes à utiliser tous les moyens, de déstabilisation, de guerre, de terreur, pour maintenir leur main-mise parasitaire sur la planète.

« Pendant longtemps encore », rêve le Secrétaire Général de l’Otan : Pour nous cela suffit amplement comme ça. Rendez-vous en masse à Strasbourg et Kehl en avril pour dire: Non a l'Otan ! 60 ans d'Otan = 60 ans de trop !