Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 37

Éditorial

Une autre forme de militance : Le Bombspotting
Maniseng Peng

Après Kleine Brogel
Claudine Pôlet

La révision du Traité de Non Prolifération doit proposer une convention de désarmement nucléaire total pour 2020
Pierre Piérart

Évolution du rôle de l’OTAN à la faveur des guerres yougoslaves (1991-1999)
Georges Berghezan

Les troupes de l’OTAN doivent partir le plus vite possible !
Bert De Belder, Coordinateur Intal

Sommes-nous vraiment en Afghanistan pour construire des écoles ?
Roland Marounek


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
Désarmement nucléaire, ou nouvelle stratégie nucléaire de l'Otan ?

A l’approche de la Conférence de révision du TNP (mai 2010) et du Sommet de l’Otan à Lisbonne (novembre), les mobilisations se développent en Europe et aux États-Unis contre l’armement nucléaire et contre les guerres de l’Otan. Ce ne sont sans doute pas des manifestations de masses comme nous les avons connues dans les années 70 contre la guerre au Vietnam, ou dans les années 80 contre les missiles, quand il y avait 300.000 manifestants dans les rues de Bruxelles. Mais celles qui se préparent en 2010 témoignent en tout cas d’une importante réanimation des mouvements pour la paix et anti-guerre, et d’une prise de conscience que la fin de la dite « guerre froide » ne nous a pas rapproché de la paix dans le monde.

Déjà en 2009, la pression des mobilisations contre l’installation du bouclier anti-missile en Pologne et en Tchéquie a contribué à un changement de tactique des États-Unis et de l’Otan et à l’annonce de la non-installation des éléments de ce bouclier dans ces deux pays. En Belgique, les mobilisations persistantes contre la présence des bombes nucléaires à Kleine Brogel ont forcé jusqu’à d’anciens ministres et dignitaires de l’Otan (De Haene, Willy Claes) à se prononcer pour la dénucléarisation militaire de l'Europe. Il est possible qu’au lendemain du prochain bomspotting, le gouvernement annoncera au parlement et au pays qu’il est résolu à défendre vaillamment ces positions à la conférence de l’ONU sur le TNP.

Les nouveaux accords de réduction des têtes nucléaires qui s'annoncent entre les USA et la Russie sont certainement une bonne chose. On ne peut que se réjouir d'apprendre que les armes nucléaires qui resteraient ne pourraient plus détruire la terre que 20 fois au lieu de 30.

Mais on ne doit pas se réjouir exagérément, les beaux discours et les prix Nobel ne doivent pas occulter le fait que ni les États-Unis ni l'Otan ne renoncent à la stratégie nucléaire, et donc à la présence d’armes atomiques dans des pays de l’Otan, que ce soit en Belgique ou ailleurs. D’autre part, la réduction des armes nucléaires ira de pair avec un déploiement accru des armes conventionnelles, « devant être capables de frapper n'importe où dans le monde dans un délai d'une heure », selon un responsable US.

Enfin, le 'Bouclier' anti-missiles, qui est le corollaire indispensable d'une première frappe nucléaire, n'est pas du tout abandonné, mais juste délocalisé en Roumanie et Bulgarie. Et très bientôt, la Pologne sera dotée de missiles anti-missiles Patriot perfectionnés en attendant des engins de nouvelle génération qui font l’objet de recherches très importantes aux États-Unis (guerre des étoiles déjà initiée par Reagan).

Si l'annonce, attendue, d'un retrait des armes nucléaires de notre territoire devait "être compensée" par une participation accrue dans le bourbier afghan, ou par la caution à une nouvelle aventure militaire de l'Otan - contre la prétendue menace nucléaire iranienne par exemple-, alors ce retrait laisserait un arrière-goût singulier, et n'aura pas signifié grand chose.

Nous croyons plus nécessaire que jamais de remettre en question l’appartenance de notre pays à l’Otan et cette aveugle soumission à la machine de guerre.