Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 4

Éditorial

URANIUM : les victimes parlent

L'usage de l'uranium appauvri est un crime contre l'humanité
Pierre Piérart

L'uranium et les risques d'un débat appauvri
Vladimir Caller

Yougoslavie : normalisation ?
Georges Berghezan

L'enclave russe de Kaliningrad : nouvelle cible de l'OTAN ?
Claudine Pôlet

Bombes atomiques toujours présentes en Belgique
Pierre Piérart


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial

L’utilisation de l’uranium appauvri dans les armes et munitions fait partie de la vaste panoplie des moyens mis en œuvre ou étudiés par l’état-major de la plus grande machine de guerre de l’histoire qu’est l’OTAN. C’est pourquoi le Comité Surveillance OTAN veut contribuer à dénoncer les méfaits de l’uranium appauvri et les dangers qu’il fait courir, tant aux troupes de l'OTAN qu'aux populations civiles des régions bombardées et du monde entier. Notre Comité s'est donc associé à diverses ONG pour fonder la "Coalition pour l’abolition des armes à uranium appauvri" et prépare activement la première manifestation publique de cette coalition, une importante conférence qui aura lieu ce 1er mars à l'ULB. Le CSO développe également largement les enjeux de l'utilisation de ce métal hautement toxique dans ce numéro de "Alerte Otan".

Nous ne pouvons nous satisfaire de la positon minimaliste du Parlement européen, qui s’est contenté de demander un moratoire sur l’utilisation des armes à UA, alors que seule leur interdiction et leur abolition pure et simple auraient pu se justifier. De plus, même si le Parlement européen votait l’interdiction, l’OTAN ne serait nullement contrainte d’obéir, vu que ses pouvoirs de décision sont au-dessus des lois de ses membres et que chaque soupir de la Maison Blanche y a bien plus de poids que toutes les résolutions parlementaires.

En ce qui concerne la Belgique, le moratoire signifie moins encore, puisque le gouvernement n’a aucun pouvoir sur la fabrication, la vente et l’utilisation de ces armes. Par contre, il serait important qu’il se prononce enfin sur la présence de bombes nucléaires sur la base de Kleine Brogel dans le Limbourg. Pour avoir des informations officielles sur le sujet et pour réclamer le "retour à l'envoyeur (américain)" de cet arsenal équivalent à plusieurs centaines d'Hiroshima, le CSO participe à la mobilisation pour l’inspection de la base le 16 avril prochain.

Mais ce ne sont malheureusement pas les seuls points d’actualité concernant l’OTAN. Avec l'arrivée de l'administration Bush à la tête des Etats-Unis, les pressions sur l’Union européenne vont encore s'intensifier pour qu'elle se soumette à la logique des intérêts américains qui sous-tend la stratégie de l’OTAN. Malgré le changement de gouvernement en Yougoslavie, les pays du bloc occidental continuent à s'ingérer dans les affaires intérieures du pays et refusent la simple évocation de dommages de guerre à ceux qu'ils ont bombardés au moyen de missiles de croisière, de mines à fragmentation et d'uranium appauvri pendant près de trois mois. Tout ceci ne donne que plus de ressort aux activités du Comité de surveillance OTAN, dont l’impact auprès du public emprunte une courbe résolument ascendante.