Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 43
octobre 2011

Éditorial

Commémoration Hiroshima-Nagasaki, 6 août 2011
Claudine Pôlet et Carla Goffi

En Libye, l’Otan poursuit la guerre, et la Belgique aussi
Claudine Pôlet

La complicité entre l'ONU et l'Otan
Patricia Villalon

Afghanistan : 10 ans de gâchis prémédité
Roland Marounek

Il y a 20 ans, la Yougoslavie explosait (2e partie)
Georges Berghezan

Kosovo : Dialogue et lacrymos
Georges Berghezan


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
De la guerre contre les terroristes à la guerre à leurs côtés

L'intervention "humanitaire" de l'Otan en Libye épouse, dans les grandes lignes, le schéma de la guerre du Kosovo : information à sens unique, encensement des "bons", diabolisation des "méchants", récits invérifiables d'atrocités justifiant cette guerre auprès de nos populations occidentales. En Libye, l'Otan protège de bien curieuse façon les civils qui se trouvent "du mauvais côté", bombardés, dans des villes assiégées, privés d'eau, menacés d'un bain de sang s’ils ne se rendent pas – et aucun responsable politique, aucun grand média ne se demande de quelle sorte de protection de la population civile il s'agit là. Comme il y a 12 ans au Kosovo, la propagande tente de sensibiliser et désensibiliser l'opinion dans le bon sens.

Si l'Otan est en Afghanistan, nous a-t-on bien répété, c'est pour combattre Al-Qaïda. En Libye, le haut commandant du Conseil Militaire de Tripoli est l’Émir du Groupe Combattant Islamiste libyen, chef terroriste salafiste (brigade d'Al Qaïda) sorti de Guantanamo. Cette nouvelle alliance entre l'Otan et Al-Qaïda a le mérite de montrer à quel point la guerre contre la terreur est un leurre. Depuis la guerre d’Afghanistan contre les Soviétiques, où fit ses classes un agent de la CIA du nom d'Oussama Ben Laden à l'aide aux membres libyens d'Al-Qaïda, en passant par le soutien aux jihadistes de Bosnie, on appréciera la belle constance de l'Occident.

Si le discours officiel, "guerre à la terreur", ou "guerre humanitaire", épouse les nécessités du moment, la trame de ces guerres de l'Otan (en Yougoslavie, en Afghanistan) reste la même : installer de force une présence militaire, et implanter dans des endroits stratégiques de grandes bases US avec en corollaire, l’établissement de pouvoirs favorisant leurs intérêts. Il est peu douteux que ce soit le sort dévolu à la Libye libérée. Ce sont les intérêts économiques et stratégiques qui sont en jeu, pas les différents thèmes agités successivement par la propagande de l'Otan.

La prochaine étape pourrait être celle de l'intervention humanitaire pour sauver le peuple syrien, et au-delà, l'intervention humanitaire pour sauver le peuple iranien, si le thème nucléaire n'est pas alors jugé plus porteur.

Toutefois, la résistance libyenne a déjà fait échouer le plan initial des pays de l'Otan : faire passer l'ingérence militaire en Libye sous le masque du "Printemps Arabe". Tripoli est, clairement, tombée sous les bombes de l'Otan, il n'y a pas eu moyen de faire passer cela pour une révolution du peuple libyen, les "révolutionnaires" ne sont rien sans l'Otan et ses bombardements.

Cette résistance du peuple libyen, inattendue dans le chef des responsables otaniens, est arrivée à tenir en échec pendant 6 mois la plus grande puissance militaire du monde, et elle est loin d’être terminée. On peut penser qu’elle compromet de manière fondamentale le plan en cours de déstabilisation du « Grand Moyen Orient », elle-même partie de l’entreprise tentaculaire de l’Otan entamée en Yougoslavie.