Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 44
décembre 2011

Éditorial

Le Plan de Petersberg II : Comment faire semblant de partir pour mieux rester après 2014
Claudine Pôlet

Du Meilleur des Mondes Démocratiques à la Guerre Mondiale
Roland Marounek

La Sardaigne, poubelle de l’Otan et du complexe militaro-industriel
Carla Goffi et Ria Verjauw

Le Bouclier anti-missiles se construit – suite et pas fin
Georges Spriet

Brèves : Kosovo, Irak


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Afghanistan
Amérique Latine
Bouclier anti-missile
Chine
ex-URSS
Hiroshima - Nagasaki
Irak
Iran
Israël
Italie
Kosovo & ex-Yougoslavie
Libye
Mali
Mordechai Vanunu
Otan et ONU
Syrie
TPIY & Milosevic

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial l Nouveau gouvernement en Belgique,
Vieille Politique d’allégeance à l’Otan


Photo de la page d'accueil de notre nouveau
Ministre des Affaires Étrangères : Tout un programme...

« Grâce à la Libye, on écoute la Belgique à l’Otan ». « Nous avons évité les dégâts collatéraux ». « Nous sommes plutôt fiers des résultats obtenus ». Telles étaient les affirmations du nouveau Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à la radio.

Depuis le 31 octobre, jour où l’Otan a cessé ses bombardements, la Libye a disparu de nos écrans de télévision et des pages de nos journaux : mission accomplie. Il ne se passe plus rien en Libye, et la Belgique a gagné des galons grâce au zèle dont elle a fait preuve pendant 7 mois avec ses 6 chasseurs bombardiers F-16, ses 450 missions offensives et le travail d’un chasseur de mines en Méditerranée.

Il n’y a vraiment pas de quoi être fiers. Le bilan de la guerre de l’Otan contre la Libye n’est même pas abordé, alors que des voix s’élèvent de plus en plus, partout dans le monde, pour que l’ONU fasse au moins une enquête sur l’ampleur des destructions, des morts de civils et des dégâts « collatéraux » réels ainsi que sur le rôle direct de l’Otan dans l’assassinat de Mouammar Kadhafi.

La déclaration gouvernementale rappelle l’adhésion au principe de « responsabilité de protéger » et la nécessité d’un mandat de l’ONU pour participer à une action militaire, mais elle met en premier lieu son engagement total pour toute future guerre de l’Otan. On a vu aussi comment on peut interpréter une résolution de l’ONU, en fonction de certains intérêts. Et comment l’ONU est reléguée au rang de simple « partenaire » de l’Otan qui a pris les commandes des interventions militaires, en Afghanistan et en Libye .

L’Otan vient d’ailleurs de conforter sa décision de rester en Afghanistan, au moins jusqu’en 2024. La soi-disant stratégie de sortie des forces belges de ce pays d’ici 2014 annoncée par notre gouvernement est purement déclamatoire. Il en va de même pour les questions de désarmement nucléaire. Le retrait des bombes nucléaires stationnées à Kleine Brogel n’est même pas mentionné. Aucune référence non plus au bouclier anti-missiles en train de se déployer dans toute l’Europe sous l’égide de l’Otan et pour la construction duquel la Belgique avait déjà promis quelques millions d’euros.

S'il faut, pour que "la Belgique soit écoutée", montrer que sa "défense" bombarde des pays du Tiers-Monde, nous préférerions que cette Belgique-là soit tout à fait inaudible. Certes, on écoute cette Belgique à l’Otan. Mais ce n’est pas la voix de la population belge qu’on écoute.