Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 44
décembre 2011

Éditorial

Le Plan de Petersberg II : Comment faire semblant de partir pour mieux rester après 2014
Claudine Pôlet

Du Meilleur des Mondes Démocratiques à la Guerre Mondiale
Roland Marounek

La Sardaigne, poubelle de l’Otan et du complexe militaro-industriel
Carla Goffi et Ria Verjauw

Le Bouclier anti-missiles se construit – suite et pas fin
Georges Spriet

Brèves : Kosovo, Irak


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Afghanistan
Amérique Latine
Bouclier anti-missile
Chine
ex-URSS
Hiroshima - Nagasaki
Iran
Israël
Italie
Kosovo & ex-Yougoslavie
Libye
Mali
Mordechai Vanunu
Otan et ONU
Syrie
TPIY & Milosevic

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Le Plan de Petersberg II : Comment faire semblant de partir pour mieux rester après 2014

Le Tandis que le gouvernement belge déclarait bien fort que les forces armées belges quitteront l’Afghanistan en 2014, des représentants du même gouvernement participaient au début décembre 2011, à la « Conférence de Bonn » qui a dessiné le plan pour rester en Afghanistan, au moins dix ans de plus. Ce plan devrait être approuvé lors du prochain Sommet de l’Otan à Chicago en mars 2012. Cette conférence s’est appelée Petersberg II, en référence à celle qui s’était tenue en 2001 au même endroit pour imposer Karzai comme chef du gouvernement après le renversement des Talibans et l’occupation de l’Afghanistan par les Etats-Unis.

« Petersberg II » réunissait

  • 85 Etats - appelés une fois de plus la « communauté internationale »,
  • 15 « Organisations Internationales » – parmi lesquelles…. l’ONU ! –
  • et…. l’Afghanistan – avec le même Karzaï en vedette.

L’ONU est présentée comme une « organisation internationale » parmi d’autres, alors que c’est elle qui devrait être au centre des décisions concernant la fin ou la poursuite de la guerre en Afghanistan. L’Otan est aussi présentée comme une « organisation internationale » parmi d’autres, alors que dans la réalité de la guerre, c’est elle qui commande les énormes forces militaires internationales engagées en Afghanistan.

Les 1.000 délégués présents à Bonn ont ainsi conclu un nouveau pacte, baptisé « Partenariat Historique : ce partenariat renouvelé entre l’Afghanistan et la Communauté Internationale comprend de fermes engagements mutuels dans le domaine de la gouvernance, sécurité, processus de paix, développement économique et social et coopération régionale ».

Le document final porte le titre : « L’Afghanistan et la Communauté Internationale : de la Transition à la Décade de la Transformation ».

Les points les plus importants sont :

  • Le soutien à la reconstruction institutionnelle de l’Afghanistan, unissant démocratie + gouvernement islamique ; la nécessité d’une solution politique pour atteindre la paix et la sécurité ; cela passe par des négociations et la réconciliation des forces afghanes en conflit et par un soutien régional à ce processus.
  • Les PRT (Equipes de reconstruction provinciales) seront dissoutes au fur et à mesure de la possibilité de remplacer les militaires Otan par des forces afghanes de sécurité.
  • Poursuivre le retrait graduel et responsable de l’ISAF jusqu’à son aboutissement complet à la fin de 2014. Les Forces de la Sécurité Nationale Afghane (ANSF) continueront à recevoir le soutien de la Communauté Internationale en matière d’entraînement, d’équipement, financement et de développement des capacités, après la fin de la période de Transition. En particulier, le financement international sera assuré, mais diminuera en fonction de la progression des capacités financières de l’Afghanistan.
  • Cependant, la menace principale pour la sécurité et la stabilité de l’Afghanistan reste le terrorisme et l’extrémisme, qui met en danger la paix et la sécurité régionale et globale. Il faut reconnaître l’existence d’une dimension régionale du terrorisme et de l’extrémisme et des sanctuaires pour les terroristes et souhaiter à ce propos une coopération régionale sincère et sérieuse.
  • Concernant le « développement économique et social », la Communauté Internationale apportera son soutien dans les domaines de l’administration publique, l’état de droit, l’éducation, la santé, l’agriculture, l’énergie, l’infrastructure, la création d’emplois.
  • L’économie de marché doit être la règle. La Communauté Internationale continuera pendant la prochaine décade à compenser les dépenses de l’Afghanistan relatives à la sécurité. Le progrès économique dépendra essentiellement du développement des secteurs productifs. En agriculture, l’économie sera basée sur l’exportation. On souligne l’importance des investisseurs internationaux qui s’intéressent au secteur minier et l’importance du développement d’un secteur compétitif de services et un système financier stable. Le potentiel économique de l’Afghanistan sera activé prioritairement par les investissements privés, nationaux et internationaux.
  • Un rôle central est dévolu à l’Afghanistan pour faire le lien entre Asie du Sud, Centrale, Eurasie et Moyen Orient. Importance des projets régionaux tels que le pipeline gazier, les chemins de fer et autres. « Après la Transition, vient la Décade de la Transformation ».

Cette Conférence de Bonn n’avait donc rien d’anodin.

Les 140.000 militaires sous commandement Otan et états-unien se retireront progressivement, mais ce ne sera pas sans laisser des forces très importantes sur place : on ne connaît pas le nombre de bases en train de se construire et de se renforcer, elles font l’objet d’accords secrets avec le gouvernement de Karzai. L’encadrement par l’Otan de la pléthorique armée afghane – on cite le chiffre de 400.000 militaires - restera massif. Les milices de sécurité privées , surtout US, se comptent par dizaines de milliers. La dite « communauté internationale » continuera à financer et à fournir les capacités militaires afghanes pendant au moins dix ans après 2014.

Mais elle se « remboursera» très largement grâce aux diktats économiques qui seront imposés à la population afghane : tout en déclarant le droit de l’Afghanistan à sa souveraineté et à son indépendance, elle décide que l’économie de marché sera la règle, que le secteur privé sera le roi, et que les multinationales se verront dérouler un tapis rouge pour exploiter un secteur minier très prometteur et contrôler le transport du gaz et les voies de passage commerciales, sans oublier que le secteur agricole devra s’orienter vers l’exportation et pas vers la satisfaction des besoins alimentaires de la population afghane.

Mais le plus significatif, c’est le constat fait par la Conférence de Bonn que « la menace principale pour la sécurité et la stabilité de l’Afghanistan reste le terrorisme et l’extrémisme, et que celui-ci met en danger la paix tant régionale que globale ». Des représentants de l’État-major de l’Otan à la conférence ont même considéré comme un grand succès le fait, qu’après 10 ans de guerre et d’occupation militaire de l’Afghanistan, « un quart de la population peut se sentir en sécurité ».

Le Pakistan a d’ailleurs refusé de venir à Bonn. A la veille de la Conférence, une attaque aérienne de l’Otan a tué 23 militaires pakistanais, en territoire pakistanais et en sachant bien que les cibles n’étaient pas des « terroristes talibans ». Des F-16 belges auraient participé à ce raid meurtrier, comme le dénonçait l’ambassadeur du Pakistan à Bruxelles.

Où est la stratégie de sortie ? En affirmant que « le terrorisme » reste une menace essentielle, tant régionale que globale, l’Otan s’arroge le droit de rester massivement en Afghanistan après 2014 et, en outre, d’agresser le Pakistan voisin. Il s’agit vraiment d’un faux départ. L’ISAF ne va pas se « dissoudre », mais changer d’étiquette comme cela s’est déjà fait en Yougoslavie. L’Otan ne va pas se retirer, mais instaurer un nouveau partenariat avec le gouvernement de Karzai ou un successeur présentant des mains plus propres.

L’Otan continue à étendre ses tentacules dans toute cette région de l’Asie pour, entre autres, menacer l’Iran et encercler la Chine et la Russie. Et même si certaines troupes, comme annoncé par la France, l’Allemagne et aussi la Belgique, pourraient se retirer de certaines opérations de combat, nos gouvernements continuent à participer globalement à cette politique de guerre de l’Otan !

Claudine Pôlet
Autres textes de Claudine Pôlet sur le site du CSO