Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 47
octobre 2012

Éditorial

Déclaration de la Coordination Internationale NON-A-LA-GUERRE/NON-A-L’OTAN sur la Syrie

L’Iran préside le Mouvement des Non Alignés pour trois ans
Claudine Pôlet

La stratégie nucléaire de l’OTAN après le Sommet de Chicago
Georges Spriet

Commémoration de la tragédie de Hiroshima et Nagasaki

Italie - Pluton ressort des enfers
Manlio Dinucci

Les Pays-Bas déterminent l’avenir de Kleine Brogel
Georges Spriet

Les USA vont moderniser à grand coût leur arsenal nucléaire

L’Allemagne va permettre la modernisation des bombes nucléaires tactiques US déployées sur son territoire


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L’Iran préside le Mouvement des Non Alignés pour trois ans

C’est qui la vraie « communauté internationale » ?

L’Iran, qualifié encore de « menace » et de « pays voyou » dans la Déclaration du sommet de l’Otan à Chicago, présidera le Mouvement des Pays Non Alignés – soit plus de 120 pays membres de l’ONU – pendant les trois prochaines années. Quel camouflet pour nos gouvernements de l’Union Européenne et des Etats-Unis, qui se targuent de représenter « la communauté internationale » ! La réunion des Non Alignés qui vient de se terminer à Téhéran, marque un tournant dans les relations internationales, mettant en évidence la crise dans laquelle s’enfonce l’ONU et est la prémisse de nouveaux grands changements.

Mais pour nous, qui luttons pour une transformation radicale de notre société et contre la guerre il ne s’agit pas de grands jeux géopolitiques, mais bien de voir, de soutenir et de s’inspirer des nouveaux mouvements politiques et sociaux , des luttes des peuples du monde entier, qui sont à la base de ces changements.

Les rapports de forces économiques et sociaux du monde, qui avaient basculé à l’avantage du pouvoir capitaliste dans la période qui a suivi le démembrement de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, connaissent aujourd’hui de nouveaux bouleversements. La liberté totale des multinationales, des grandes puissances économiques et financières, l'hyper concentration des profits, la maîtrise politique et militaire de vastes zones du monde, n’ont conduit qu’à une nouvelle phase de crise du système capitaliste. Les actuels crashs provoqués par la dictature financière ne donnent aucun signe de dépassement depuis 1998 et atteignent le cœur même de l'Union l'Européenne.

L'impérialisme, tout en concentrant les intérêts des grandes multinationales capitalistes, n’a pas d’autre intérêt ni d’autre issue que pousser plus loin les guerres. Il a choisi la razzia, le chaos, la politique de la terre brûlée. L'année passée il y eut le renversement du gouvernement libyen et le meurtre de Kadhafi, la destruction de ce pays. Cette année c’est la Syrie. Et en point de mire il y a de toute façon l'Iran, qui est menacé à chaque moment de destruction, de bombardements ou de cyber-guerre.

Mais l'escalade militaire qui ne rencontrait aucun obstacle depuis la destruction de la Yougoslavie, l'invasion de l'Irak, l'occupation de l'Afghanistan jusqu'à la foudroyante "opération militaire" de l'OTAN pour démolir et recoloniser la Libye, se trouve confrontée aujourd'hui à un obstacle imprévu : la réaction de la Russie et de la Chine, leur veto au Conseil de Sécurité de l’ONU.

L'expérience de la Libye a clairement démontré que l'impérialisme a pour objectif d’étendre la guerre jusqu'à parvenir aux frontières de la Russie et de la Chine. Mais les deux Etats ont déjà annoncé leur décision de détruire n'importe quel bouclier antimissiles que l'impérialisme fabrique et installe, que ce soit en Mer de Chine ou que ce soit aux frontières de l'Europe. Et la Russie maintient fermement son accord militaire - déjà historique - avec l'Iran et la Syrie.

Au sommet de l'OTAN en mai 2012 à Chicago on n’a pas parlé ouvertement de la Syrie. Toutefois, une intervention militaire directe de l'OTAN se discutait dans les coulisses. Cette option circulait dans diverses réunions de gouvernements des membres de l'OTAN préalables à ce sommet. Ils parlaient d’une « opération de type Libye qui allait bientôt se répéter ».

Les tentatives n’ont pas manqué, depuis la constitution des « Amis de la Syrie », la politique de sanctions de l’UE et des Etats-Unis contre la Syrie, la fourniture massive d’appui financier et militaire aux contre-révolutionnaires syriens par l’intermédiaire des gouvernements turc, Arabie saoudite, Qatar, Jordanie, les préparatifs d’une nouvelle « guerre humanitaire ». Et ce n’est certainement pas fini. Il y a cependant une grande indécision des Etats-Unis et de l’UE pour attaquer directement la Syrie.

Des votes contradictoires se sont multipliés dans les diverses assemblées des Nations-Unies. La dernière Assemblée générale a sorti une résolution reprochant au Conseil de Sécurité d’avoir été incapable d'intervenir en Syrie. 12 pays seulement ont voté contre. Certains pays membres des Non Alignés et du BRICS (Coalition informelle entre Brésil – Russie – Inde – Chine – Afrique du Sud) ont voté en sa faveur. Queles semaines plus tard, plusieurs de ces pays se retrouvent à la conférence des Non Alignés, et même Ban Ki Moon.

Les Nations-Unies n'expriment pas l'opinion des peuples, il y a une énorme crise au sein de cet organisme. Nombreux sont les pays qui avaient voté pour des sanctions et des mesures contraignantes contre la Syrie, qui ont soutenu l’inverse à la récente réunion des Non Alignés.

Le front présenté par la présidence iranienne et les délégations des pays de l’ALBA en particulier, a joué un rôle important dans ce sens. Il apparaît clairement que ce n’est pas l’Iran qui est isolée et mise au ban des nations

Claudine Pôlet
Autres textes de Claudine Pôlet sur le site du CSO