Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 48
janvier 2013

Éditorial

En Belgique, la Défense ne connaît pas la crise

Union Européenne – OTAN : Mutualiser les moyens militaires pour des opérations de guerre plus efficaces
Nicolas Gros-Verheyde

Afghanistan - La guerre n’est pas finie !
Claudine Pôlet

Entretemps en Afghanistan...
Georges Spriet

Voir Naples et puis mourir
Manlio Dinucci

L’Amérique Latine est à la frontière Sud de l’Otan


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
Changer de cap en 2013 !

L'année 2012 a été marquée par l'intensification de la guerre en Syrie, où les djihadistes financés et armés par les principaux membres de l'OTAN, ainsi que l'Arabie saoudite et le Qatar, ont plongé le pays dans un conflit ayant déjà provoqué des dizaines de milliers de morts. Les blessés ne se comptent même plus les blessés, ils n'existent que pour justifier les interventions des ONG dites humanitaires.

L'année précédente, l'OTAN a détruit la Libye afin de satisfaire les appétits de profits - pétroliers, financiers et autres - des multinationales de ses membres, la France et les Etats-Unis en tête, tout en laissant carte blanche à l'émir du Qatar pour y propager l'idéologie salafiste. Le chaos en Libye, allié au fanatisme et aux pétrodollars du petit émirat qui y finance et arme les mouvements islamistes, a entraîné le démantèlement du Mali, un peu plus au sud. La guerre comme seul remède à la guerre est décidément la seule stratégie que les puissances de l'OTAN ont à nous proposer.

Il n'y a quasi aucune opposition à la guerre au sein des parlements des pays membres de l'OTAN. Au contraire, tous les partis, des écologistes aux libéraux et à l'extrême droite, participent à la volonté de détruire aujourd'hui la Syrie. Pendant ce temps, les peuples des Etats membres de l'OTAN subissent pertes d'emplois, diminution de leur pouvoir d'achat, suppression de leurs acquis sociaux. Pour rembourser les milliards galvaudés par les banques et par les dépenses de guerre, tous les budgets sont rognés, à l'exception de ceux destinés aux armements.

Le bouclier antimissile de l'OTAN, qui est en cours d'installation en Europe de l'Est, s'étend maintenant aux missiles « anti-missiles » Patriot déployés du côté turc de la frontière syrienne. Sous prétexte de défense, ce système est en fait un outil qui permet d'agresser et d'empêcher les pays victimes de riposter. Forts de l'expérience libyenne, où une autorisation de « protéger des civils » a été interprétée par les pays de l'OTAN comme un feu vert pour renverser un gouvernement et détruire un pays, la Russie et la Chine soutiennent la Syrie en refusant tout mandat de l'ONU à une intervention étrangère. La spirale des guerres s'élargit, au risque d'aboutir un conflit mondial où l'arme atomique sera probablement employée.

Le Comité de Surveillance de l'OTAN continuera en 2013 à s'opposer à toute guerre et à toute ingérence extérieure dans les conflits internes, et à prôner des solutions politiques et pacifiques pour régler ces conflits. Dans cette perspective, la dissolution de l'OTAN et l'abolition de toutes les armes nucléaires apparaissent comme les seules options raisonnables garantissant un avenir à notre planète.