Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 49
avril 2013

Éditorial

Que font les troupes belges au Mali ?
Claudine Pôlet

La croisade armementiste du Père dall’Oglio à Bruxelles
Patricia Villalon

Libye, le paradis créé par l’Otan

Irak, la catastrophe de l'uranium appauvri, 10 ans après l'invasion

Réunion annuelle de No To Nato

Le Monténégro, prochaine victime de l’expansionnisme de l’OTAN ?
Gojko Raicevic

Hommage au Président du Venezuela Hugo Chavez
Claudine Pôlet

Au Mali, les aberrations de la politique africaine de la France
Vladimir Caller


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Irak, la catastrophe de l'uranium appauvri, 10 ans après l'invasion

Le fléau de l'uranium appauvri (UA) se répand en Irak. Le métal lourd présent dans les munitions utilisées par les EEUU et le Royaume Uni au cours des deux guerres du Golfe (1991 et 2003) n'a pas été assaini et continue à contaminer le territoire, les personnes et les animaux.

C'est ce qui ressort d'une étude financée par le ministère des affaires étrangères norrvégien et réalisée par l'asbl hollandaise IKV-Pax Christi, active dans le domaine de l'assistance des populations civiles victimes de la guerre.

Rien que pendant la guerre de 1999, plus de 286 tonnes d'uranium appauvri ont été dispersées sur le territoire irakien, sous la forme de munitions explosées,. En 2003 s'y ajoutent 116 tonnes au moins. L'estimation est néanmoins d'un total de 440 tonnes, bien que selon des fonctionnaires de l'UNEP (programme ONU pour l'environnement), il s'agirait en réalité d'un chiffre de 1000 à 2000 tonnes.

Avant 2003, les autorités irakiennes n'avaient ni les connaissances, ni les instruments nécessaires pour assainir les terrains contaminés par l'uranium.
En même temps, on enregistrait de nombreuses pathologies infantiles causées par l'U.A. Après la chute de Saddam Hussein et l'invasion de l'Irak par la coalition sous commandement étatsunien, les autorités militaires elles-mêmes furent réticentes à utiliser des munitions à U.A. dans les zones contaminées. L'assainissement a probablement été superficiel, compte tenu du fait que pour chaque site les coûts varient entre 100 et 150 mille dollars.

Selon IKV Pax Christi, on connaît environ 365 sites contaminés. Mais le nombre est bien supérieur si l'on compte aussi ceux qui sont suspects. Les sites se trouvent surtout autour des grandes villes (Bagdad, Basrah, Nasiriyah, Najaf, Fallujah) où les chars qui ont été détruits par des munitions à l'U.A. n'ont pas été évacués et servent de plaines de jeux pour les enfants. L'asbl hollandaise possède les preuves de l'utilisation de ces munitions contre des immeubles situés en zones urbaines fortement peuplées.

Parfois, les déchets évacués, bien que toxiques et radioactifs, sont réutilisés comme ferraille. La chaîne alimentaire (élevage et agriculture) serait contaminée dans plusieurs zones et le commerce favorise l'élargissement de la contamination à des zones où l'uranium appauvri n'a pas été employé.