Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 51
janvier 2014

Éditorial

Le néfaste partenariat entre Union Européenne et OTAN
Claudine Pôlet

Le nouveau concept stratégique de l’Union Européenne
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

Ceux qui déstabilisent l’Europe
Manlio Dinucci

Ukraine : Occident versus Russie !
Bruno Drweski

La Belgique, ses bombes nucléaires et ses avions de combat
VREDE

En Israël, la bombe n’est plus un tabou
Edouard Brion

Les drones, nous droguent-ils ?
Une géostratégie nouvelle mais inquiétante !

Nicolas Bárdos-Féltoronyi

Bahar Kimyongür n'est pas un terroriste
Daniel Flinker, au nom du CLEA


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
Où sont les succès de la Belgique dans le maintien de la paix ?

Dans son discours de Noel, le roi Philippe a déclaré : « Nos militaires sont engagés avec succès dans des opérations de maintien de la paix ». Par sa voix, c’est l’ensemble du gouvernement qui rend ainsi hommage à l’armée et qui justifie la politique extérieure de la Belgique. En évitant la désignation d’une opération en particulier, toutes sont présentées en vrac comme des contributions au maintien de la paix mondiale.
Il faut pourtant bien nommer la plus importante de ces interventions en 2013 : la participation de la Belgique à la guerre de l’Otan en Afghanistan. Parler de son « succès » pour le maintien de la paix relève du mensonge. Au bout de 12 ans de guerre dont 10 sous la direction de l’Otan, le bilan est catastrophique.
Les fauteurs de cette guerre, le gouvernement US et tous ceux de l’Otan, sont en train de négocier le retour au pouvoir des talibans contre lesquels la coalition internationale s’était formée au nom de la « lutte contre le terrorisme », la population afghane compte par milliers les morts de civils, hommes, femmes et enfants, que cette Coalition prétendait sauver des griffes des Talibans. Notons l’absence de chiffres sur ces morts alors qu’ils savent être si précis en Syrie quand il s’agit d’en rendre responsable le gouvernement de Bachar Al Assad. Le niveau de vie de la grande majorité est misérable, les conditions de santé, d’éducation, la situation des femmes le sont également, malgré la « protection » des 150.000 militaires Otan/US, malgré la participation « humanitaire » des militaires belges.
Les Afghans qui ont fui la guerre et à qui le gouvernement belge refuse toujours le droit d’asile, sont les témoins de cette situation de leur pays. Ils sont aussi la preuve du mensonge de l’Etat quand celui-ci parle du « succès des opérations de maintien de la paix ».
Mais on peut faire le même bilan des autres « opérations » de l’armée belge et aussi des engagements militaires de la Belgique au sein de l’OTAN . Il n’y a aucune initiative réelle pour avancer vers le désarmement nucléaire, les bombes atomiques restent stationnées à Kleine Brogel et le ministre de la Défense déclare sans vergogne sa décision d’accepter leur modernisation ainsi que son choix des avions de chasse F-35 qui seront nécessaires à leur utilisation. Pieter De Crem a continué à faire le va-t-en-guerre en glorifiant « l’opération Libye » et en appelant à la reproduire en Syrie.
Toutefois, sur le plan international, les rapports de forces ont évolué. Au Moyen-Orient, les puissances occidentales ont dû surseoir à la guerre contre la Syrie et contre l’Iran, du fait de la résistance des populations de ces pays, et de l’opposition profonde des gens à une nouvelle guerre, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe et aussi grâce à la fermeté de la Russie, des pays BRICS, de la plupart des Etats d’Amérique Latine pour défendre la souveraineté et la légitimité de l’Etat syrien.
L’allégeance à l’OTAN n’est pas encore remise en cause en Belgique, mais le doute s’installe de plus en plus dans les partis de la majorité comme de l’opposition. Au parlement, certains députés se sont même demandé si la Belgique ne devient pas une « république bananière », en constatant que le ministre de la Défense et quelques hauts gradés militaires prennent des décisions sur les choix de l’armée belge. Une proposition de loi est déposée afin que la Belgique devienne un territoire sans armes nucléaires. Que 2014 soit l’année de réelles avancées pour rompre la logique de guerre de l’OTAN !