Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 54
octobre 2014

Éditorial

Non à la Belgique en guerre
Déclaration du CSO

Le nouveau Frankenstein
Patricia Villalon

Derrière l’unanimité du Conseil de sécurité
Manlio Dinucci

Extraits de la Déclaration du Sommet de l'Otan

Les mouvements pour la paix belges s'allient contre l'OTAN

Les enjeux du Sommet OTAN 2014 et de nos luttes contre la guerre
Intervention du CSO au contre-sommet de Cardif

Commémoration des 69 ans des bombardements nucleaires sur Hiroshima et Nagasaki

Pierre Piérart, souvenir et exemple dans ces heures sombres
Vladimir Caller

Des armes nucléaires plus précises. Cela sert à quoi ?
Michel Wautelet

La stratégie nucléaire de l’Otan
Ludo De Brabander (VREDE)

Le pacifisme du 21e siècle
Luc Mampaey (GRIP)


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Le nouveau Frankenstein

"Les terroristes qui nos combattent en ce moment, nous venons juste de finir de les entraîner"
(Souad Mekhennet - Washington Post 18.8.14)

Les Etats-Unis et les pays de L'Europe persistent et signent des stratégies d'interventions militaires en Europe Orientale et au Moyen Orient.

Les représentants de dix pays (Etats Unis, Grande Bretagne, France, Allemagne, Italie, Turquie, Pologne, Danemark, Canada, Australie) se sont réunis pendant le Sommet de l'Otan en septembre, pour jeter les fondements d'une coalition internationale dans le seul but de combattre un ennemi "vague a évaluer", selon leurs propres termes.

Comme le soulignent plusieurs experts, dont des journalistes du Washington Post, « dans la situation actuelle, cette stratégie va donner plus d'effets négatifs que positifs" et ils ajoutent : "les Etats-Unis et leurs alliés répètent, par ce montage absurde, les mêmes erreurs que celles des interventions antérieures ». Ces allégations s'avèrent des vérités, quand on regarde les échecs retentissants subis en Afghanistan, Irak et Libye.

On regrette profondément que l'expérience guerrière de ces dernières années n'a pas servi à faire réfléchir et à freiner les pulsions bellicistes de pays occidentaux, qui avec le plus grand mépris se moquent de la souffrance des gens en appuyant l'assaut des groupes barbares sans foi ni loi. On se demande sans arrêt si ces interventions militaires étaient nécessaires?

On se demande aussi quels sont les buts de telles manoeuvres?

N'importe quel citoyen du monde, qui a accès à l'information des médias ou d'internet peut se rendre compte que l'intervention en Afghanistan était et continue a être un échec des plus flagrants, "certaines organisations entraînées et équipées par les Etats-Unis, pour combattre l'armée soviétique, sont par la suite devenues hostiles à l'occident", écrit le journaliste Souad Mekhennet. C'était le début des erreurs tragiques qui sont par la suite devenus monnaie courant.

Plus tard, le méga mensonge "des armes massives" a permis l'intervention en Irak, par des gouvernements occidentaux prétendant installer, une "vraie démocratie" au milieu d'un pays détruit par la guerre, et sans la moindre infrastructure, (sans eau potable ni électricité, sans hôpitaux, écoles, ni police). Ce qui a permis à des groupes hostiles à l'occident de prospérer sans le moindre problème, sur les ruines provoquées par les guerres.

Quelques années après, c'était le tour de la Libye, ou encore une fois, ces mêmes pays occidentaux, ont soutenu, avec des moyens financiers et militaires importants, des groupes" rebelles" et mercenaires de toute sorte, afin de renverser le gouvernement de Mouammar Kadhafi, laissant après son assassinat (commis de la façon la plus atroce,) le chaos et l'anarchie dans un pays qui auparavant était l'exemple de I.D.H. des pays de l'Afrique, (selon un rapport de l'ONU).

Peu de temps après, c'était le tour de la Syrie, où les mêmes pays ont prêté (encore une fois), leur aide militaire et financière, à ces mêmes groupes "rebelles" qu'on savait déjà hostiles à l' Occident, en essayant de toutes les manières possibles de renverser le gouvernement de Bachar al Assad.

La possibilité des "erreurs stratégiques" de la part des Etats Unis, leurs amis occidentaux et alliés du Moyen Orient (Arabie Saoudite, Qatar, Koweït et Emirats Arabes,) est impossible à accepter, parce que c'est dans cet environnement d'aide technologique et de soutien financier sans limites à des groupes comme Al Qaeda, Al Nosra et autres groupes barbares, qu' est née, et personne ne peut le nier, cette mutation terrible qui a pour nom, Etat Islamique.

Et à la tribune de l'O.N.U le premier ministre Elio di Rupo déclare "je ne peux pas m'empêcher de penser que le désastre humain auquel nos assistons est aussi la conséquence d'un échec cuisant. Celui des responsables politiques qui ont privilégié des solutions militaires, la prétendue guerre préventive" , en rappelant que la Belgique avait , "à l'époque, refuse de prendre part à l'expédition punitive de Georges W. Busch contre Saddam Hussein et ses hypothétiques armes de destruction massive". Et de déplorer "Comment ne pas voir que les frustrations et les humiliations ont encore renforcé la radicalisation".

Pour l'instant, cette organisation (E.I), qui compterait 31.000 combattants, fait régner la terreur et déstabilise toute la région du Moyen Orient et malheureusement, elle continue a grandir, grâce aux "erreurs tragiques" des pays interventionnistes qui ne sont animés que par l'appât du gain. Pour le moment l' E.I. "contrôle les principaux champs pétroliers et gaziers en Syrie" qui rapportent au moins 3 millions de dollar par jour, mais ils ont aussi "amassé beaucoup d'argent et d'or (pris dans les banques des zones sous son contrôle) et un nombre incalculable d'armes récupérés sur les armées syriennes et irakiennes » selon Erick Depécé (Centre français de recherche sur le renseignement).

"Nous avons mal géré les situations », affirme un haut responsable américain des services de sécurité, qui s'exprime sous anonymat et certains officiels de services des renseignements arabes et européens, ont aussi exprimé leurs inquiétudes, " à propos des erreurs commises par les Etats Unis, dans la gestion des soulèvements dans les Etats arabes, du fait que certains de ceux que les Etats Unis et leurs alliés avaient entraînés pour combattre pour la "démocratie" en Libye et en Syrie avaient un agenda djihadiste".

Selon quelques experts et l'économiste et professeur à l'université d'Ottawa, Michel Chossudovsky, "avec ces interventions, l'objectif stratégique général des Etats -Unis et de l'OTAN consiste a déstabiliser toute la région du Moyen Orient, de l'Afrique du nord, de l'Asie centrale et du sud, incluant l'Iran, le Pakistan et l'Inde". Les amis d'hier, peuvent devenir les ennemis d'aujourd'hui.

Patricia Villalon
Autres textes de Patricia Villalon sur le site du CSO