Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 54
octobre 2014

Éditorial

Non à la Belgique en guerre
Déclaration du CSO

Le nouveau Frankenstein
Patricia Villalon

Derrière l’unanimité du Conseil de sécurité
Manlio Dinucci

Extraits de la Déclaration du Sommet de l'Otan

Les mouvements pour la paix belges s'allient contre l'OTAN

Les enjeux du Sommet OTAN 2014 et de nos luttes contre la guerre
Intervention du CSO au contre-sommet de Cardif

Commémoration des 69 ans des bombardements nucleaires sur Hiroshima et Nagasaki

Pierre Piérart, souvenir et exemple dans ces heures sombres
Vladimir Caller

Des armes nucléaires plus précises. Cela sert à quoi ?
Michel Wautelet

La stratégie nucléaire de l’Otan
Ludo De Brabander (VREDE)

Le pacifisme du 21e siècle
Luc Mampaey (GRIP)


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Derrière l’unanimité du Conseil de sécurité

Une « résolution historique » : ainsi l'a définie le président des Etats-Unis Obama, en se donnant la parole en tant que président du Conseil de sécurité de l'Onu. La résolution 2178 sur les « combattants terroristes étrangers » adoptée par le Conseil de sécurité à l'unanimité, est « légalement contraignante » pour tous les Etats membres de l'Onu. Ceux-ci sont obligés de « prévenir le recrutement prévenir le recrutement, l'organisation, le transport et l'équipement d'individus qui se rendent dans d'autres Etats pour planifier, préparer ou effectuer des actes terroristes, ou pour fournir ou recevoir un entraînement terroriste et des financements pour ces activités ». A cet effet tous les Etats devront promulguer des législations appropriées, intensifier les contrôles aux frontières, poursuivre et condamner les terroristes (ou présumés tels), en accroissant la coopération internationale, y compris à travers des accords bilatéraux, et l'échange d'informations pour identifier les suspects terroristes.

La résolution exprime en général une « préoccupation quant à la constitution de réseaux terroristes internationaux », en laissant chaque Etat libre d'établir quels sont les groupes terroristes à combattre : d'où le vote favorable de Russie et Chine. Immédiatement après, cependant, la résolution souligne « l'exigence particulière et urgente de prévenir le soutien à des combattants terroristes étrangers associés à l'Etat Islamique de l'Irak et du Levant (Isis) ». Le ministre des Affaires étrangères russe Lavrov, sans toutefois nommer les Etats-Unis, a déclaré au Conseil de sécurité que les organisations terroristes se sont renforcées au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie centrale « après l'intervention en Irak, le bombardement de la Libye, l'appui extérieur aux extrémistes en Syrie », en accusant de fait Washington d'avoir favorisé la formation de groupes terroristes et de l'Isis même (comme nous l'avons amplement documenté dans ces colonnes). Le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi a souligné que « les actions militaires doivent se conformer à la Charte des Nations Unies » et que « doivent être évités les double standard » (c'est-à-dire les deux poids et deux mesures). Mais en approuvant la résolution, Moscou et Pékin ont de fait permis à Washington de l'utiliser comme « motivation » légale pour l'action militaire lancée au Moyen-Orient qui, dirigée formellement contre l'Isis, vise la destruction complète de la Syrie, jusqu'ici empêchée par la médiation russe en échange du désarmement chimique de Damas, et la réoccupation de l'Irak. Ceci est confirmé par le fait que les attaques aériennes lancées en Syrie par les Etats-Unis, avec le concours de l'Arabie saoudite et des Emirats Arabes Unis, se concentrent sur les raffineries modulaires et autres sites pétrolifères syriens, sous le prétexte qu'ils sont exploités par l'Isis. Sur la base de cette même motivation, les Usa peuvent détruire tout le réseau d'industries et infrastructures syriennes pour faire s'effondrer le gouvernement de Damas.

Derrière l'apparente unanimité avec laquelle a été approuvée la résolution au Conseil de sécurité, se cache une confrontation de plus en plus aigue Ouest-Est amorcée par la stratégie étasunienne. Dans le discours prononcé à l'Assemblée générale de l'Onu, avant la réunion du Conseil de sécurité, le président Obama met « l'agression russe en Europe » sur le même plan que la « brutalité des terroristes en Syrie et Irak », soulignant que « les actions de la Russie en Ukraine défient l'ordre de l'après-guerre froide » en nous ramenant « aux jours où les grandes nations piétinaient les petites pour poursuivre leurs ambitions territoriales ». Pour cela « nous renforcerons nos alliés Otan et nous imposerons un coût à la Russie pour son agression ». Il rappelle ainsi, en s'adressant indirectement à la Chine, que « l'Amérique est et continuera à être une puissance du Pacifique », où elle promeut « la paix et la stabilité ». Où en réalité elle est en train de positionner des forces et des bases militaires pour « contenir » la Chine, qui est en train de se rapprocher de la Russie.

Une confrontation entre puissances nucléaires, accélérée par la course au réarmement lancée par le président Obama, qui reçoit maintenant le soutien d'un autre Prix Nobel de la paix, Lech Walesa. Comme sauvegarde contre la Russie, il a déclaré alors que l'Otan commençait une grande manœuvre en territoire polonais, « la Pologne doit se procurer des armes nucléaires ».

Traduit de l'italien par Marie-Ange Patrizio

Manlio Dinucci
Autres textes de Manlio Dinucci sur le site du CSO