Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 57
juillet 2015

Éditorial

Commémoration du 70e Anniversaire de la Tragédie de Hiroshima et de Nagasaki

Les Hibakushas témoignent à Bruxelles
Thibault Zaleski

Rue sans soldats : montrez votre désaccord face à la présence de militaires dans les rues
Campagne de la CNAPD

Le déploiement militaire dans les rues est illégal
Un point de vue de la CGSP Secteur Défense

A quoi ont servi les F-16 belges en Irak ?
Claudine Pôlet

L’Otan lance le Trident
Manlio Dinucci

L'OTAN contrôle et occupe toute la Méditerranée
Carla Goffi

Le cri d’alerte du CICR au Yemen
propos recueillis par Johanna Bouquet

Face au sommet des gouvernements UE-CELAC
Patricia Villalon


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Le cri d’alerte du CICR au Yemen

Le Yémen constitue un peu un « trou noir » dans l'actualité européenne, chargée du moment. Cependant nous sommes à un moment clé. Des négociations ont été entamé à Genève, lundi (15 juin), sous l'égide de l'ONU, entre les différentes parties au conflit. Mais le conflit continue. La coalition menée par l'Arabie saoudite a ainsi continué de bombarder la capitale yéménite. B2 a pu rencontré, lors de son passage à Bruxelles, la semaine dernière, Cédric Schweizer. À la tête de la délégation CICR au Yémen, il a dressé un bilan sans fard de la situation humanitaire, complexe, sur le terrain.

Comment qualifiez-vous la situation sur le terrain ? Quelles sont vos inquiétudes ? 

C'est un conflit. On est très proche d'une catastrophe humanitaire. Si des décisions immédiates ne sont pas prises, on va se retrouver avec des milliers de personnes à risque. Les populations n'ont pas accès à l'eau ni à la nourriture. 90% de la nourriture est importée. Il y a encore des stocks de nourriture. Mais les prix ont quintuplé. Et les gens n'ont plus de revenus donc ils n'ont plus accès, de fait, à cette nourriture. Le système d'approvisionnement doit fonctionner et on doit rouvrir les frontières. Si ces accès ne sont pas rouverts dans quelques semaines, des milliers de personnes vont mourir.

L'intervention militaire de la coalition menée par l'Arabie saoudite est-il une solution ou cela complique la donne ?

Cela a plutôt compliqué les choses et déstabilisé un peu plus le pays. Le Yémen a toujours été un pays qui, au bord du gouffre, a toujours trouvé des solutions pour ne pas tomber dans une situation chaotique. Aujourd'hui, avec cette nouvelle couche de conflit, on a l'impression que la société est bien ébranlée. Je le vois par exemple avec nos collègues yéménites : ils ont toujours été très résistants aux violences. Maintenant, ils sont arrivés à saturation. Ils ont de moins en moins d'espoir dans l'avenir. Ce n'est pas seulement l'action de la coalition, c'est tout ce que cela déstabilise le pays. Des groupes plus extrêmes commencent à prendre de plus en plus de pouvoir et de présence. Les antagonismes sont de plus en plus importants au sein du pays. Même le plus optimiste ne peut pas imaginer que son pays sera demain dans la paix et qu'il n'y aura plus de violence. Le processus de paix, si il y en a un, va prendre énormément de temps. Et, entre les deux, la violence va prendre de plus en plus de place et sera plus importante.

Vous terminez votre mission au Yemen, quels sont les défis qui attendent vos successeurs face à la situation du pays ? 

Le défi, c'est le Yémen de demain. Même si l'opération de la coalition se termine, nous sommes face à une situation sécuritaire beaucoup plus compliquée qu'avant. Le pays est très déstabilisé. Il y a des groupes comme Al Qaida ou ISIS qui commencent à faire parler d'eux.  Il va y avoir un réel risque pour la communauté humanitaire d'être acceptée. On va voir des conséquences et des besoins humanitaires énormes et, en même temps, des défis de volatilité qui ne vont pas permettre à ces organisations de se rendre sur les zones les plus risquées. L'équilibre est toujours complexe à trouver entre la valeur ajoutée d'une présence humanitaire et les risques pris. Aujourd'hui, on va continuer parce qu'on a cette acceptation privilégiée. Mais d'autres organisations n'ont peut être pas ces privilèges. Et cela va être très compliqué pour l'aide humanitaire.

propos recueillis par Johanna Bouquet