Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 59
janvier 2016

Éditorial

L’annonce de l’achat de 34 avions chasseurs bombardiers est une folie budgétaire

Jeunes Belges en Syrie: djihadistes ou mercenaires?
Patricia Villalon

Bombarder Rakka ou bien Molenbeek?
Roland Marounek

De l’huile sur le cessez-le-feu
Manlio Dinucci

Entretien avec des soldats de l'armée syrienne

Le Monténégro choisit l’OTAN contre l’avis de sa population
Georges Berghezan

COP21, entre guerre et paix
Ben Cramer

La désobéissance civile reconnue par le verdict des 7 bomspotters.
Bomspotters

Campagne en Italie du Comité "No Guerra No Nato"
Comité "No Guerra No Nato"


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
La Belgique en état d'urgence et… en état de guerre!

La décision du gouvernement Michel de mettre la Belgique en état d'alerte, Bruxelles en "alerte niveau 4" et de considérer que notre pays est en état d'urgence n'est pas survenue parce que, brusquement, une bande de terroristes menacerait tout le pays au point de devoir fermer les écoles, le métro, d'interdire toute manifestation publique, et doubler la présence des militaires dans les rues, accompagnés de camions blindés sur les places et celle des policiers, lourdement armés eux aussi .
Cette décision vient d'une volonté délibérée du gouvernement belge ainsi que des principaux états otaniens engagés dans la "Coalition contre l'Etat Islamique" de susciter une grande peur dans les populations et de justifier ainsi l'accroissement de leurs engagements dans la guerre contre la Syrie, l'Irak, et dans le cas de la Belgique, justifier la nécessité d'augmenter le budget militaire et dépenser 6 milliards pour de nouveaux avions de combat.
Au même moment où l'état d'urgence était décrété, le parlement belge a voté à l'unanimité en faveur des "18 mesures" annoncées par Charles Michel, présentées comme indispensables pour garantir la sécurité des citoyens et qui, en réalité, portent gravement atteinte à la démocratie et à l'existence même de l'Etat de droit en Belgique.
Quelques jours auparavant, le gouvernement avait annoncé un réengagement belge dans la Coalition des Volontaires, étendant l'intervention des militaires belges de l'Irak vers la Syrie et avec plus de forces . Non seulement les F-16 reprendront leur part dans les bombardements – soi-disant contre Daesh- mais les forces militaires navales participeront aussi à la protection du porte-avions français Charles de Gaule en route vers les côtes syriennes, chargé d'avions, de missiles et de 2000 militaires. Déjà les parlementaires n' exprimaient plus leur opposition à la participation belge à la Coalition. Le parlement n'était même plus invité à débattre ni moins encore à voter sur cette question. La "lutte contre le terrorisme" et pour la sécurité des citoyens est l'écran de fumée nécessaire pour couvrir une intensification des actions militaires otaniennes au Moyen Orient.
Car il s'agit bien de mettre l'OTAN en cause, et plus que jamais! Ce ne sont pas des pays qui, pour leur propre compte décident de se coaliser ou non, de mettre telles et telles forces militaires en action ou non. Il nous faut rappeler sans cesse que cette soi-disant "lutte contre le terrorisme" a été désignée comme la priorité des priorités, entérinée et renforcée par plusieurs sommets de l'Otan.
Le 11septembre 2001, les actions terroristes contre les tours de Manhattan ont été le prétexte pour l'invasion de l'Afghanistan par les Etats-Unis. Celle-ci a été d'emblée saluée et soutenue par tous les états membres de l'Otan: "nous sommes tous des Américains" (Verhofstadt), mettons en œuvre l'article 5 du Traité de l'Alliance (qui organise la solidarité de tous les pays membres si un pays est attaqué).
L'Otan, depuis lors, ne connaît que des crises et ne crée que du chaos. Mais les dirigeants des pays de l'Alliance Atlantique ne supportent pas non plus de céder la place aux nouvelles forces qui surgissent partout dans le monde et au sein même de l'Union Européenne et des Etats-Unis pour les contester. Ils ne supportent pas que la Russie, dont ils se sont crus débarrassés pour toujours, après le démembrement de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, reprend vie et force et leur dispute leur pouvoir.
En Syrie, la décision russe d'intervenir avec d'importantes forces militaires contre Daesh et toutes les autres bandes terroristes, a contrecarré profondément les plans du camp otanien et permis à l'armée syrienne et au gouvernement de Bachar Al Assad de regagner des positions. Maintenant, la "coalition contre l'EI" ne peut plus faire semblant de bombarder Daesh, comme elle l'a fait pendant deux ans, elle est contrainte à des négociations, même s'il ne s'agit que d'un cessez-le-feu.
L'instauration de l'état d'urgence en Belgique, la participation accrue de nos forces armées dans la Coalition otanienne, ainsi que la décision gouvernementale d'acheter les avions bombardiers F-35 et d'augmenter le budget militaire ne vont pas garantir la sécurité de la population. Au contraire, il faut unir la défense de la démocratie, de tous nos droits démocratiques et sociaux à la lutte contre la guerre et la militarisation à outrance de notre société .