Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 59
janvier 2016

Éditorial

L’annonce de l’achat de 34 avions chasseurs bombardiers est une folie budgétaire

Jeunes Belges en Syrie: djihadistes ou mercenaires?
Patricia Villalon

Bombarder Rakka ou bien Molenbeek?
Roland Marounek

De l’huile sur le cessez-le-feu
Manlio Dinucci

Entretien avec des soldats de l'armée syrienne

Le Monténégro choisit l’OTAN contre l’avis de sa population
Georges Berghezan

COP21, entre guerre et paix
Ben Cramer

La désobéissance civile reconnue par le verdict des 7 bomspotters.
Bomspotters

Campagne en Italie du Comité "No Guerra No Nato"
Comité "No Guerra No Nato"


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Jeunes Belges en Syrie: djihadistes ou mercenaires?

Depuis le début du conflit syrien, Alerte Otan1 dénonce la mystification des autorités de notre pays concernant ces jeunes belges partis faire une soi-disant «  guerre sainte contre le régime de Bachar Al Assad  ».  Les responsables politiques belges sont allés jusqu'à les considérer comme "des héros" et à les comparer aux jeunes qui s'engageaient dans les brigades internationales pendant la guerre d'Espagne en 1936.

Si on cherche dans le temps les explications à ce phénomène, on peut se rendre compte que l'intervention occidentale contre la Syrie a été précédée par l'invasion en Irak, ensuite c'était la Libye qui était attaquée par les mêmes envahisseurs, puis la Syrie devait être aussi être libérée de "ces malades des dictateurs", qui osent défier le pouvoir et surtout désobéir aux injonctions des soi-disant pays civilisés. 

Les premiers jeunes belges partis en Syrie se sont invités au conflit dès 20112. A cette époque il y avait en Belgique un climat propice, des sectes telles que Charia4Belgium, bénéficient d'une certaine liberté des mouvements, diffusent des appels à la haine et à la violence, et invitent les jeunes musulmans à se rendre en Syrie pour lutter contre Bachar Al Assad, qualifié de "pire dictateur".

Dans notre pays, c'était l'Arabie saoudite qui avait le monopole de l'éducation religieuse des musulmans arabophones, et si on est arrivé a ce stade, c'est surtout parce que les autorités belges ont laissé faire, en permettant aux groupes extrémistes, de radicaliser et polariser la communauté musulmane sans que personne ne s'y oppose. 

Depuis que le conflit a commencé en Syrie, les familles des "djihadistes" belges ont été abusées par le calcul cynique des autorités gouvernementales, celles-ci ont permis à un réseau comme Charia4Belgium, non seulement de faire ses valises et partir en Syrie, mais également d'emmener avec lui un bataillon de jeunes égarés en quête d'aventures et de sensations fortes; c'est ainsi que même des mineurs d'âge ont pu prendre l'avion à l'aéroport de Zaventem, sans autorisation parentale, ce qui en principe est strictement interdit.

A la fin de 2013, le journal La Dernière Heure titrait : "Des camps d'entrainement pour jeunes djihadistes dans les Ardennes" . Un bien curieux appel avait été lancé sur Facebook, à l'initiative d'un certain Abou-Moussa, un islamiste radical proche de Fouad Belkacem de Charia4Belgium, invitant des jeunes djihadistes aux camps d'entrainement pour assimiler le b.a.ba de la guerre sainte au cœur même de la Province de Luxembourg. Les djihadistes belges sont ainsi devenus (peut être) à leur insu, des mercenaires de l'OTAN en Syrie. Et en retour, les pays de l'OTAN sont devenus les complices de mouvements terroristes. L'Arabie Saoudite est leur principal mécène et fournisseur d'armes. Mais les mercenaires de Daesh utilisent des armes fabriquées et vendues par un grand nombre de pays, notamment les Etats-Unis.   

L'Occident ne combat pas DAESH, qui est sa propre création

Le vétéran nord-américain de la Guerre du Golfe, et maintenant militant pour la vérité, la justice et la paix, Ken O'Keefe3, argumente que la guerre contre le terrorisme est une mascarade, un tissu de mensonges, que les politiciens et médias dans leur ensemble mentent au sujet de Daesh:

Partout où les occidentaux passent (Irak, Libye, Syrie) ils sèment Daesh ou son équivalent. Par contre en Iran, les occidentaux n'ont jamais pu passer, ce terrorisme dit islamique n'existe pas dans la République islamiste d'Iran. Les USA, la Turquie et l'Arabie Saoudite (et les gouvernements occidentaux qui sont ses alliés) sont les premiers financiers de Daesh avec la complicité du Qatar et d'autres Etats du Golfe. Avant que les USA envahissent l'Irak, il n'y avait pas de Al-Qaïda en Irak; en Libye avec le gouvernement de Kadhafi, il y avait très peu de Al-Qaïda, maintenant la Libye est un pays totalement sinistré et infesté de ces gens. La Syrie sous le gouvernement de Bachar Al Assad est un autre exemple de pays où les problèmes liés au terrorisme étaient sous contrôle.

L'idée que l'occident se bat contre Daesh est hautement ridicule. La raison pour laquelle nos gouvernements traîtres et corrompus soutiennent ces politiques, c'est parce qu'ils ne nous représentent pas, ils représentent les banquiers, et les banques font un maximum d'argent avec les guerres, et plus important encore, pendant que nous nous battons entre nous (islamophobie), que nous nous méfions les uns des autres, qu'on nous utilise comme des pions encore et encore, ils peuvent maintenir ce système tyrannique des guerres sans fin.

Il s'agit d'un plan pour créer un choc des civilisations. Il n'existe pas de "rebelles modérés", la stratégie est de créer le chaos en Moyen Orient, ce sont des politiques intentionnelles pour créer le chaos, pour semer les graines d'une haine sectaire.

Notes

(1) voir le bulletin Alerte Otan n°53
(2) voir le livre "Syriana" et les articles de Bahar Kimyongür
(3) voir l'interview de Ken O' Keefe à la TV iranienne, Press TV du 20.11.2015

Patricia Villalon
Autres textes de Patricia Villalon sur le site du CSO