Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 59
janvier 2016

Éditorial

L’annonce de l’achat de 34 avions chasseurs bombardiers est une folie budgétaire

Jeunes Belges en Syrie: djihadistes ou mercenaires?
Patricia Villalon

Bombarder Rakka ou bien Molenbeek?
Roland Marounek

De l’huile sur le cessez-le-feu
Manlio Dinucci

Entretien avec des soldats de l'armée syrienne

Le Monténégro choisit l’OTAN contre l’avis de sa population
Georges Berghezan

COP21, entre guerre et paix
Ben Cramer

La désobéissance civile reconnue par le verdict des 7 bomspotters.
Bomspotters

Campagne en Italie du Comité "No Guerra No Nato"
Comité "No Guerra No Nato"


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Entretien avec des soldats de l'armée syrienne

Cet entretien est extrait du « récit de voyage en Syrie » de M.A. Patrizio, dont nous publions la version intégrale sur le site à cette adresse http://csotan.org/textes/textes2.php?theme=PA

Hier soir deux combattants du Hezbollah sont arrivés au monastère de Mar Yakub, Qâra, où nous séjournons. Ils sécurisent la région avec l'Armée syrienne. Ils ont dans les 30-40 ans. Nous abordons d'autres jeunes aussi, nous voulons surtout leur témoigner notre amitié et admiration pour leur combat légaliste et pour leur pays. Un colonel d'infanterie nous consacre un entretien simple et cordial. Il dirige(ait) la zone sur laquelle se trouve le monastère.

Q : Conditions de travail de l'armée ?

R : Notre combat a été toujours contre Israël, au Golan. On n'avait pas l'habitude des combats de rue; les deux premières années ont été difficiles, mais à partir de 2013 notre expérience était acquise.

Q : Conditions de vie quotidienne acceptables ?

R : Il y a maintenant un peu d'organisation. Mais nous ne sommes pas des fonctionnaires de l'armée, nous sommes des engagés dans notre armée. C'est l'engagement qui compte pour nous, pas les conditions de travail. On défend notre pays, à n'importe quelles conditions.

Q : L'arrivée des Russes ?

R : A l'origine ce n'était pas notre souhait , mais c'est une guerre mondiale, ils doivent intervenir. Notre souhait est que la France change d'avis.

Q : Courage de l'armée syrienne

R : Quand les Russes ont vu les armes qui nous ont servies depuis 4 ans, ils étaient très surpris et nous demandaient comment nous avions fait pour combattre avec. Les armes sont importantes, bien sûr, mais c'est le combattant qui compte.

Quand, au début de la crise, l'émir du Qatar et Hariri ont dit : « dans un mois ou deux ont ira prier dans la mosquée des Omayyades », le journaliste égyptien Hussein Heikal leur a répondu publiquement : « si la moitié de Syriens est contre Bachar al Assad, oui, il tombera dans un mois ou deux. Mais si plus de la moitié de la population est avec lui, il tiendra ».

Il faut que vous sachiez bien qu'on n'idéalise pas Bachar al Assad : on est avec lui parce qu'il est pour le pays, mais s'il change on ne sera plus avec lui.

Bachar al Assad est très démocratique, il reconnaît quand l'avis de l'autre est plus intéressant, il utilise la même voiture que les autres. Quand il a visité le front il a même été à 50m des groupes armés, il a mangé avec eux, épluché ses pommes de terre, son œuf, etc.

On est pour le bien, la justice et la lumière. Chaque homme libre doit se sentir concerné par la Syrie. Un orientaliste a dit : « tout le monde doit sentir qu'il a deux pays : celui où il es né et la Syrie, berceau de la civilisation. Damas est habitée depuis 7000 ans, continuellement, sans coupure.

Q : il y a beaucoup de gens comme vous dans l'armée ?

R : Oui, beaucoup ! Ecris à tous ceux qui aiment la vérité, qu'ils viennent, c'est le pays de tout le monde ici » . « Bachar al Assad a un sens élevé de la morale, il a voulu faire de la politique par la morale, et ça ne marche pas ensemble. Lui, le Président, c'est une bonté ».

Commentaire de M-A. Patrizio:

Protégez vos vies, soldats de l'Armée arabe syrienne et combattants du Hezbollah, comme vous protégez celle du peuple syrien et les nôtres.

Avec cette entrevue nous aurons beaucoup appris sur la censure historiographique occidentale, sur l'histoire de la Résistance syrienne contre la colonisation, des « guerres des francs » (dites ici Croisades) à l'arrogant Gouraud en 1920, et à nos pitoyables « gouvernants » démocrates actuels. Et sur la noblesse et l'humanité des combattants.

Le colonel dirige(ait) la zone où est le monastère. Les soeurs et frères de la communauté nous ont dit la discrétion et le dévouement de cet homme; et son attention bienveillante à leur sécurité et à celle de ses soldats. De fait les jeunes appelés et réservistes que nous avons rencontrés autour du monastère étaient souriants, avenants, parlant sans crainte avec nous.