Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 6
octobre 2001

Éditorial
Vladimir Caller

La Turquie va-t-en guerre !
Communiqué de Info-Turk

L'OTAN et le terrorisme
Claudine Pôlet

Après la léthargie kosovare, le réveil afghan ?
Georges Berghezan

Continuité de la politique guerrière américaine
Marcel Poznanski

Combat anti-américain ou anti-impérialiste ?
Vladimir Caller

La Macédoine dans l'escarcelle de l'OTAN
Georges Berghezan


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La Turquie va-t-en guerre !

Une occasion en or pour l'industrie d'armements turque

L'Armée turque a finalement décroché l'autorisation de participer à la guerre aux côtés de Washington alors que le ministre turc des affaires étrangères trompait les pays islamiques à Doha en affirmant que la Turquie serait contre des opérations non décidées ou contrôlées par l'ONU.

Le 10 octobre 2001, juste après la clôture de la conférence islamique, le Parlement turc a adopté un décret autorisant le gouvernement à envoyer des troupes à l'étranger et à abriter des troupes étrangères dans le cadre de l'opération antiterroriste menée par les Etats-Unis.

Le même jour, même avant cette décision,, L'Etat-major de l'Armée turque avait déjà envoyé des officiers de liaison aux Etats-Unis pour assurer la coordination avec Washington dans les opérations contre l'Afghanistan.

D'ailleurs, le gouvernement turc avait déjà autorisé les forces américaines et britanniques d'utiliser l'aéroport d'Incirlik pour leurs opérations contre l'Afghanistan ou un autre pays considéré "terroriste" par les USA.

De plus, le 8 octobre, plus de 5.000 soldats de 16 pays de l'OTAN avaient entamé des manoeuvres dans le nord-ouest de la Turquie pour tester une réponse militaire commune à une attaque contre un pays membre, au terme de l'article 5 de la charte de l'OTAN.

Déjà les médias turcs annoncent que deux régiments de l'Armée turque seraient chargés d'effectuer des opérations terrestres en Afghanistan à partir d'Ouzbékistan.

Après l'annonce des Etats-Unis au Conseil de sécurité de l'ONU qu'ils pourraient entreprendre "d'autres actions" contre d'autres Etats, il ne sera pas surprenant de voir demain la Turquie frapper l'Irak voisin. Bien entendu, avec les conséquences désastreuses pour la Turquie.

Pendant la guerre du Golfe en 1991, la Turquie avait dû d'abord accueillir un flot de milliers de réfugiés kurdes qui fuyaient l'Irak, puis subi de lourdes pertes économiques liées à l'embargo de l'ONU contre Bagdad. Dix ans après, les responsables tirent le bilan de la participation turque au conflit en brandissant le chiffre des pertes liées à l'embargo: 50 milliards de dollars.

Les conséquences économiques d'un nouvel affrontement avec le voisin du sud-est seront sans aucun doute plus lourdes pour la Turquie qui traverse depuis fin février une grave crise, alourdie par le ralentissement mondial après les attentats aux Etats-Unis. La Livre turque est dépréciée de plus de 50% par rapport au dollar depuis la crise financière de février dernier.

Ce qui est le plus grave est que les peuples de Turquie, turc, kurde, arménien, assyrien, qui ont énormément souffert pendant la sale guerre de quinze ans dans le Kurdistan turc, vont subir une autre souffrance en raison de la dépendance financière et économique du gouvernement aux Etats-Unis d'une part, et d'autre part, à cause des ambitions belliqueuses des militaires qui ne pensent qu'au renforcement de l'Armée et de l'industrie d'armements.

La dépêche de l'AFP concernant l'ouverture du 5e salon international de l'industrie de défense, aérospatiale et maritime (IDEF), inauguré le 27 septembre à Ankara, se titrait: "Les attentats font l'affaire des marchands d'armes."

"Les attentats aux Etats-unis profitent déjà aux producteurs d'équipements militaires, et les géants du secteur estiment que la lutte anti-terroriste va entraîner la mise en place de nouveaux concepts," signalait l'AFP.

En effet, les commandants de l'Armée turque ont dicté aux gouvernements le financement d'un projet d'armement de 150 milliards de dollars alors que la dette extérieure du pays s'élevait déjà à plus de 120 milliards de dollars.

Vu la réalisation de ce projet ambitieux est menacée par la récente crise économique, les chefs de l'Armée turque ont saisi la déclaration de guerre par Bush comme une occasion en or pour obliger le gouvernement à un armement encore plus frénétique, et ce au prix de l'appauvrissement des couches populaires.

INFO-TURK
53, rue de Pavie - 1000 BRUXELLES

E-mail: editor@info-turk.be
http://www.info-turk.be

Communiqué de Info-Turk