Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 62
octobre 2016

Éditorial

Mensonges et vérités sur Hiroshima et Nagasaki et pourquoi il est important, aujourd'hui, de le savoir
Diana Johnstone

La géo-ingénierie sur le sentier de la guerre
Luc Mampaey (GRIP)

Déclarations des Associations au parc Hibakusha le 6 août 2016

Otan/Exit, objectif vital
Manlio Dinucci

De l’utilité de faire la guerre au Kosovo
Georges Berghezan

Constitution de l'Alliance pour la neutralité du Montenegro


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

De l’utilité de faire la guerre au Kosovo

Le général américain Wesley Clark a connu son heure de gloire en 1999, lorsque lui a été confié le commandement des forces de l’OTAN bombardant la Serbie et sa province du Kosovo. Cette campagne de près de trois mois de frappes aériennes a détruit la majorité des infrastructures du pays et tué quelque 2.000 civils sous prétexte de prévenir un génocide qui s’est avéré aussi inexistant que les « armes de destruction massive » de Saddam Hussein. À l’époque, l’agressivité de Clark avait même suscité l’insubordination de son adjoint, le général britannique Michael Jackson qui, juste après les bombardements, a refusé d’obéir à son ordre d’attaquer les troupes russes qui étaient arrivées les premières à l’aéroport de Pristina, capitale du Kosovo, lui rétorquant : « Je ne vais pas commencer la Troisième guerre mondiale pour vous ».

Après la guerre, Clark a pris sa retraite militaire et s’est lancé dans la politique, devenant un membre influent du Parti démocrate, poussant à une politique interventionniste et belliciste à travers le monde, tentant d’être nominé aux présidentielles de 2004 et chaud partisan de l’actuelle candidate, Hillary Clinton. Mais l’ex-général s’est également fixé l’objectif de s’enrichir, déclarant publiquement qu’il souhaitait amasser une fortune de 40 millions de dollars durant sa carrière civile. Après s’être acoquiné avec une banque d’investissement douteuse et connu une désastreuse faillite dans l’agro-alimentaire, Clark est devenu, en 2012, président d’un groupe minier, Envidity Energy Inc., dont l’objet principal est de transformer le charbon en fuel, un processus qui produit de nombreux produits toxiques et pollue les nappes phréatiques. 

C’est ainsi que le chef de guerre s’est à nouveau intéressé au Kosovo, qui avait entretemps proclamé unilatéralement son indépendance et dont la principale ressource naturelle est le lignite, un charbon le plus souvent utilisé pour alimenter les centrales thermiques. Fort de ses relations avec les autorités locales, issues de l’Armée de libération du Kosovo, la guérilla albanaise que l’OTAN avait placée au pouvoir en 1999, il a d’abord fait changer le code minier, puis obtenu du gouvernement de Pristina, en août dernier, sans appel d’offres préalable, l’exclusivité des droits de prospection du lignite sur un tiers du Kosovo, une région qui recèlerait environ 12 milliards de tonnes de ce minerai.

Alors que Clark demeure très populaire parmi les nationalistes albanais – plusieurs rues du Kosovo portent son nom –, un premier couac est cependant intervenu en septembre, une commission parlementaire postposant la ratification de l’accord car il risquerait de violer les sacro-saints principes de la « concurrence libre et non faussée ». Les aspects environnementaux liés à la liquéfaction du charbon n’ont, par contre, pas inquiété les parlementaires. 

Wesley Clark ne pensait sûrement pas s’enrichir grâce au charbon quand il bombardait le Kosovo. Et il n’est pas le seul à tenter de profiter de ses fonctions passées pour faire du business dans les territoires conquis. Ainsi, Madeleine Albright, ministre des Affaires étrangères de Bill Clinton lors des bombardements de 1999, a tenté de racheter les postes kosovares lors de leur privatisation. En Ukraine, depuis le changement de régime opéré par les Occidentaux, le fils de Joe Biden, l’actuel vice-président états-unien, dirige une société active dans l’exploitation du gaz de schiste. 

Au-delà du cynisme de ces personnages, ces exemples montrent que, outre les intérêts politiques et géostratégiques, les arrière-pensées mercantiles ne sont certainement pas étrangères aux guerres « humanitaires » de l’OTAN. 

Georges Berghezan
Autres textes de Georges Berghezan sur le site du CSO