Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 64
avril 2017

Appel à la mobilisation contre le Sommet de l'Otan 2017

L’Otan non « obsolète » se prépare avec Mattis à d’autres guerres
Manlio Dinucci

Faire du Nord de l'Europe une zone de paix

Montenegro : La lutte continue contre l'adhésion à l'Otan
Milko Pejovic

L'Otan aux portes de l'Amérique Latine
Luis Britto García


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Faire du Nord de l'Europe une zone de paix

C'est le sujet d'une conférence organisée par le Conseil Suédois pour la Paix et le Réseau global contre les armes et le pouvoir nucléaires dans l'espace. Celle-ci s'est tenue en février 2017. Dave Webb en a fait le rapport dont nous publions ci-dessous quelques extraits.

Aujourd'hui, les gouvernements (suédois et finlandais) n'ont plus rien de progressiste, il se laissent persuader de se joindre aux exercices militaires et de s'intégrer de plus en plus aux systèmes militaires otaniens. (Rappel: la Suède et la Finlande ne sont pas membres de l'Otan, mais liées à l'Alliance par des accords de partenariat de plus en plus importants)

Par exemple, en février-mars 2016, l'Otan a développé pendant 2 semaines des opérations de haute intensité dans le nord de la Norvège, nommées "Operation Cold Response 2016". Celles-ci comprenaient des mobilisations terrestres, maritimes et aériennes, avec la contribution de 12 pays membres de l'Otan et 2 nations partenaires. 15.000 militaires y ont pris part. La multiplication de ce genre d'exercices a amené les Etats-Unis à établir des dépôts de stockage en Norvège, pour les tanks et les véhicules d'assaut amphibies.

Operation Cold Response

Ces opérations militaires de l'Otan sont destinées, sans aucun doute, à montrer à la Russie que l'Ouest se prépare à contrôler l'accès vers de nouvelles routes maritimes et vers les nouvelles ressources énergétiques et minérales qui deviennent exploitables du fait de la fonte des glaces de l'Arctique.

En juillet 2016, le gouvernement suédois a signé un accord autorisant l'Otan à se développer plus facilement sur le territoire du pays pour ses opérations et dans l'éventualité d'une guerre. En septembre, la Suède annonce la remilitarisation de l'Ile de Gotland, à mi-chemin entre la Suède et la Lettonie au milieu de la Mer Baltique. Une garnison permanente y sera installée dès le mois d'avril et l'Otan est appelée à militariser les Iles finlandaises de Aland – qui avaient été démilitarisées depuis le Traité de Paris à la fin de la Guerre de Crimée en 1856. L'accord officieux entre le Danemark et l'URSS sur la non utilisation par l'Otan de l'Ile Bornholm est également menacé.

En septembre 2017, le plus grand exercice militaire de ces derniers 20 ans aura lieu en Suède: Aurora 2017.Les Etats-Unis vuelent s'entrainer à déplacer des troupes depuis Trondheim (en Norvège) jusqu'en Suède dans l'éventualité d'une esacalade des tensions militaires dans la Mer Baltique. Une avant-garde des Marines US est en train de s'établir déjà à Trondheim.

Mais les combats de guerre ne concernent pas seulement des troupes et des tanks: aujourd'hui les militaires veulent le pouvoir dans l'espace. Les chefs militaires et les décideurs politiques veulent l'information et le contrôle – informations sur les objectifs visés, les mouvements de troupes, le temps et contrôle sur les mouvements des composantes militaires, bateaux, tanks, personnels, drones.

La station de satellites de Kiruna, au nord de la Suède est ainsi utilisée intensément par l'Agence Spatiale Européenne (ESA) qui procède, depuis l'Allemagne, à des opérations automatiques dites de routine. Beaucoup de ces opérations ont des applications militaires pour l'Otan et les Etats-Unis et beaucoup d'entre elles sont fournies et/ou soutenues par des entreprises suédoises et par le gouvernement suédois.

La situation de l'Arctique en fait une région importante pour recevoir des signaux des satellites militaires qui sont en orbite et passent chaque jour au-dessus de la région polaire. Les Etats-Unis et la Norvège ont établi une station militaire sur l'Ile de Svalbard qui a pour but de se conncecter avec des satallites. C'est là une violation du Traité de Svalbrad entre la Russie et la Norvège qui, depuos 1920 interdit formellement des opérations militaires .  

En 2014, la Lettonie, l'Estonie, l'Allemagne, l'Italie, la Lithuanie, la Pologne et le Royaume-Uni ont signé un memorandum pour établir un "StratCom Centre of Excellence" à Riga, auquel s'est joint la Suède en 2015. Un certain nombre de ces StratComs existent en Europe et en Scandinavie.

Les gouvernements occidentaux et les medias continuent à dire que la croissance des activités militaires étasuniennes et de l'Otan , aisi que l'établissement de bases tout le long des frontières européennes et scandinaves, sont "une riposte aux actions de la Russie en Ukraine et à Kaliningrad". Mais la Russie s'inquiète de voir que l'Otan installe des bases et mène des opérations militaires agressives de plus en plus près de ses frontières, malgré les promesses passées que cela n'arriverait pas.