Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 65
juillet 2017

Éditorial

L’Otan, hydre tentaculaire
Nils Andersson

La neutralité du Monténégro est la seule issue durable
Marko Milacic

Appel à soutenir le peuple montenegrin

Comment les guerres yougoslaves ont (provisoirement) sauvé l'Otan
Georges Berghezan

Bombardements à l'uranium appauvri en Serbie en 1999

L'Ukraine et l'Otan
Joe Lombardo

Nouvelles violences en Ukraine
Georges Spriet

Star Wars, de la fiction à la réalité
Manlio Dinucci

En finir avec l'armement nucléaire !
Marcel Poznanski


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Nouvelles violences en Ukraine

L'Occident est actif depuis plus de 25 ans en Europe Centrale et de l'Est pour y concrétiser son objectif d'élargir sa zone d'influence économique et politique. La Russie, de son côté, en tant que superpuissance perdante de la Guerre Froide, cherche une place dans le jeu géopolitique actuel.  Moscou veut stabiliser son contrôle sur la zone d'influence qui lui reste, et est confronté à l'expansion occidentale. Depuis des années, l'Ukraine est ballottée entre les deux camps. Depuis l'ère Poutine, Moscou veut mettre un terme aux avancées occidentales dans ce pays.

Chacun se souvient encore comment les dirigeants européens ont mis la pression sur Kiev en 2013 pour faire signer un accord commercial avec l'UE et couper les relations avec Moscou. Tout cela a mené au refus du président Yanoukovitch de s'engager avec l'UE. Les protestations de rue et la révolte dite de Maidan ont vu la participation active de groupes fascistes, entre autres des groupes qui ont été financés pendant des années par les USA et ont reçu un soutien médiatique  des politiciens européens et étatsuniens. Il en est résulté l'exil du Président en exercice et des élections qui ont porté à  la présidence Petro Porochenko,  un des principaux oligarques du pays. 

Aujourd'hui le pays est toujours le jouet des différents oligarques qui ont mis sur pied un système économique et politique basé sur leur seul enrichissement personnel. Les partis politiques, et les parlementaires soi-disant "indépendants" sont leurs représentants ou leurs marionnettes.  Il y a une fracture géographique et politique dans le pays.  L'Est de l'Ukraine, riche en matières premières et en industries est tourné culturellement et économiquement vers la Russie,  l'Ouest du pays vers l'Union Européenne. Après les événements de Maidan, la presqu'île de Crimée s'est rattachée à la Russie et deux régions, Lougansk et Donetsk, se sont déclarées républiques populaires autonomes. Il s'en est suivi une guerre civile. 
 
Sous les auspices de l'OSCE, des négociations de paix ont démarré à Minsk, capitale de Biélorussie.  Le 5 septembre 2014, des représentants d'Ukraine, de la Fédération de Russie et des républiques du Donetsk et Lougansk ont signé le Protocole de Minsk. Celui-ci impliquait un cessez-le-feu immédiat, qui n'a jamais été respecté.  En janvier 2015, le cessez-le-feu s'est totalement effondré.  Après la victoire des séparatistes dans le combat pour l'aéroport international de Donetsk, le porte-parole de la République du Donetsk déclare que le Protocole ne peut subsister sous cette forme. Le 11 février 2015, un nouveau Protocole  "Minsk II" est signé. 

En janvier 2017, la crise politico-militaire dans la région du Donbass s'aiguise à nouveau. Les armes ne se sont jamais vraiment tues entre l'armée officielle ukrainienne et les républiques populaires autoproclamées.  L'OSCE a constaté de part et d'autre, des ruptures fréquentes du cessez-le-feu. 

Les milices ukrainiennes extrémistes ont bloqué les lignes de chemin de fer venant des régions orientales et empêché de passer les trains de charbon destinés au reste du pays, provoquant ainsi de lourdes pertes économiques à la république autonome. Elles escomptaient qu' une crise énergétique provoque une prochaine radicalisation de la population ukrainienne contre les régions séparatistes.

Aujourd'hui, l'Ukraine est toujours la proie des oligarques corrompus. Les forces politiques indépendantes sont trop faibles pour trouver une issue démocratique. Les récents affrontements militaires entre le gouvernement central et les régions séparatistes ont provoqué encore plus de misère et entraîné un plus grand flux de migrations internes. Dans les régions autonomes autoproclamées, on est toujours à la recherche de stabilité et les liens avec la Russie sont de plus en plus étroits. On ne sait pas encore comment évoluera la politique extérieure du président des Etats-Unis, Tromp, ni comment il se comportera précisément avec Moscou, mais à court terme, l'Ukraine reste en tout cas un terrain de conflits entre l'Occident et la Russie.

L'article original de Georges Spriet est paru en néerlandais dans la revue VREDE n°441, mars 2017, ainsi que sur le site www.vrede.be . La traduction en français ne contient que des extraits.

Georges Spriet
Autres textes de Georges Spriet sur le site du CSO