Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°72
avril 2019

Les guerres de l’Otan tuent les humains et aussi le climat

Hommage à Robert Fourneau

Les 70 bougies (explosives) de l’Otan
Manlio Dinucci

L’UE vote pour l’installation de nouveaux missiles nucléaires US en Europe
Manlio Dinucci

Le journal LE SOIR n’est pas l’organe de presse de l’OTAN
Pierre Galand et Boris Fronteddu

La fin de Daesh n’est pas la fin de la guerre
Patricia Villalon

La première Guerre Humanitaire de l’Otan
Georges Berghezan et Roland Marounek

L’euromilitarisme n’est pas une alternative à l’Otan
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

La force de la révolution bolivarienne et de la solidarité internationale
Patricia Granado

La guerre au Yémen, pourquoi un tel silence complice ?
Fotoula Ioannidis


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018
n°69 : juillet 2018
n°70 : octobre 2018
n°71 : janvier 2019
n°72 : avril 2019
n°73 : juillet 2019

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Les 70 bougies (explosives) de l’Otan

Le 70ème anniversaire de l’Otan sera célébré par les 29 ministres des Affaires étrangères de l’Alliance, réunis à Washington le 4 avril. Un Conseil Atlantique-Nord en ton mineur en regard de celui au plus haut niveau des chefs d’état et de gouvernement. C’est ce qu’a voulu le président Trump, pas très content des alliés sur-tout parce que la majorité d’entre eux tarde à réajuster la dépense militaire à ce que demande Washington.

La réunion sera présidée par le Secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, à qui le Conseil Atlantique-Nord vient de renouveler son mandat pour deux nouvelles années de plus, pour services rendus aux États-Unis.

Le calendrier de Stoltenberg à Washington a été organisé sur la base d’une gestion attentive, pour confir-mer qui commande dans l’Alliance. Le 2 avril le Secrétaire général de l’Otan sera reçu par le président Do-nald Trump à la Maison Blanche. Le 3 avril, il fera une communication aux deux Chambres réunies du Con-grès et sera reçu par le secrétaire d’état Michael Pompeo. Puis, ayant reçu les dernières instructions, il prési-dera le Conseil Atlantique-Nord du 4 avril. Ce même Conseil Atlantique-Nord vient juste d’approuver la nomination du général Tod Wolters, de la U.S. Air Force, comme Commandant Suprême allié en Europe à la place du général Curis Scaparrotti de la U.S. Army. 

Comme c’est la “tradition”, depuis 70 ans le Commandant Suprême Allié en Europe est toujours un général étasunien, nommé par le président des États-Unis. Le général qui a la charge de commandant suprême de l’Otan étant en même temps commandant du Commandement Européen des États-Unis, l’Otan est de fait inscrite dans la chaîne de commandement que dirige le président des États-Unis. 

On ne sait pas encore quelles seront les “priorités” du général Wolter, mais elles ne diffèreront certes pas de celles du général Scaparrotti : avant tout “assurer les intérêts des États-Unis et soutenir une Europe qui soit entière et en paix”, engagement, ce dernier, qui sonne de façon tragiquement grotesque vingt années après la guerre par laquelle l’Otan sous commandement USA démolît la Fédération Yougoslave.

La priorité du jour -déclare le général Scaparrotti- est que les infrastructures européennes soient potentiali-sées et intégrées pour permettre aux forces USA/Otan d’être rapidement positionnées contre “l’agression russe”. L’Otan sous commandement USA poursuit ainsi son chemin depuis soixante-dix ans de guerre en guerre. De la guerre froide, quand les États-Unis maintenaient les alliés sous leur domination, en utilisant l’Europe comme première ligne dans la confrontation nucléaire avec l’Union Soviétique, à la confrontation actuelle avec la Russie provoquée par les États-Unis fondamentalement dans les mêmes buts.

Édition de mardi 2 avril 2019 de il manifesto
Traduit de l’italien par M-A Patrizio.

 

Manlio Dinucci
Autres textes de Manlio Dinucci sur le site du CSO

Source : https://ilmanifesto.it/le-70-candeline-esplosive-della-nato/