Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°72

Les guerres de l’Otan tuent les humains et aussi le climat

Hommage à Robert Fourneau

Les 70 bougies (explosives) de l’Otan
Manlio Dinucci

L’UE vote pour l’installation de nouveaux missiles nucléaires US en Europe
Manlio Dinucci

Le journal LE SOIR n’est pas l’organe de presse de l’OTAN
Pierre Galand et Boris Fronteddu

La fin de Daesh n’est pas la fin de la guerre
Patricia Villalon

La première Guerre Humanitaire de l’Otan
Georges Berghezan et Roland Marounek

L’euromilitarisme n’est pas une alternative à l’Otan
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

La force de la révolution bolivarienne et de la solidarité internationale
Patricia Granado

La guerre au Yémen, pourquoi un tel silence complice ?
Fotoula Ioannidis


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018
n°69 : juillet 2018
n°70 : octobre 2018
n°71 : janvier 2019
n°72 : avril 2019

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La fin de Daesh n’est pas la fin de la guerre

La Syrie était un pays en paix, un pays laïque, un pays souverain... jusqu'au moment où était arrivé son tour de payer le prix de la volonté des puissances  occidentales de démanteler les Etats du Moyen Orient sous le faux prétexte d’abattre des dictateurs, pour pouvoir intervenir avec la bénédiction du monde entier.

Pour faire cela, les mêmes puissances occidentales avaient préparé l’envoi des mercenaires  émanant des guerres illégitimes précédentes, (Afghanistan, Libye, Irak  entre autres) pour dévaster le territoire syrien. Ces criminels intégristes étaient acceptés, protégés, soutenus, puis armés par les Etats occidentaux avaient

Les citoyens européens n'ont jamais été informés et encore moins consultés à propos de la prise des décisions de ces guerres, qui au fur et mesure que le temps passait, se sont révélées être des massacres, des génocides, des crimes contre l'humanité.

Nous, citoyens belges, faisant partie des Etats européens, nous en avons assez de voir se répéter encore et encore, les mêmes actes de la part des politiciens sans morale et sans scrupules, des hauts dignitaires véreux et des gouvernements caricaturaux au service des Etats impérialistes, qui s’arrogent le droit de décider ces actes monstrueux dans le plus grand secret, sous prétexte du devoir de réserve, qui ne divulguent pas des informations sensibles qui nous concernent, comme si nous les citoyens, n'avons pas le droit de faire entendre notre voix.

Les résultats catastrophiques de ces décisions sont patents : ces guerres n'ont conduit qu’à l'anéantissement des pays qui auparavant étaient libres et souverains à plusieurs niveaux, comme c’était le cas de la Libye, avec le I.D.H (Index de développement humain) le plus haut de toute l'Afrique.

On s'est demandé souvent qui a créé Daesh 

Qui l'a soutenu pendant tous ces années sinon les mêmes Etats qui, dans les couloirs de l’OTAN, ont plus tard formé la « Coalition Internationale »?  Il ne faut pas oublier comment les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, Israël, la Belgique, appuyaient, glorifiaient l’ASL, (l’Armée Syrienne Libre), de même que le groupe Al Nosra, ou encore les jeunes partant d’Europe vers la Syrie pour rejoindre l’Etat Islamique ? C’était l’époque où ils étaient presque considérés comme des héros.

En 2012, Laurent Fabius, le socialiste, alors ministre français des Affaires Etrangères, déplorait le placement par les USA d'Al Nosra sur la liste des organisations terroristes car selon lui,  "Tous les Arabes sont vent debout" contre la position américaine, "parce que sur le terrain, ils font un bon boulot". 

Au nom de la « lutte contre le terrorisme », il y avait des interventionnistes tant à droite qu’à gauche de l’échiquier politique. Comme le rappelait  un récent article de Roland Marounek: "[...]les Verts, dans toute l'Europe sont de constants soutiens de ces agressions humanitaires, de la Yougoslavie (on se souvient de l’Ecolo allemand Joscha Fisher) à la Syrie. En 2011, Wouter De Vriendt, chef de groupe Ecolo - Groen à la Chambre en Belgique, plaidait avec ardeur en faveur de l'intervention de l'Otan contre la Libye"1.

Chez nous en Belgique, la plupart de nos dirigeants politiques ont commencé par encenser les jeunes candidats au djihad contre « le dictateur Bachar Al Assad ». Certains les ont même comparé aux Brigades Internationales qui luttaient contre Franco pendant la guerre d’Espagne (1936), d’autres les appelaient des « héros » auxquels il faudrait peut-être dédier un monument. 

On croit rêver!  des partis, composés par des gens soi-disant humanistes qui plaident pour des interventions criminelles, mais on vit dans quelle monde?

La vraie raison de toutes ces guerres est de plus en plus évidente pour une  large partie de la population. En premier lieu on pourrait citer la mainmise sur les richesses des pays dans lesquels la « Coalition Internationale » intervient, ensuite vient aussi la tendance à détruire massivement des infrastructures, les destructions étant suivies de près par des contrats de reconstruction, et enfin  les dépenses militaires inconsidérées de la part de nos gouvernements, qui font le bonheur de leurs amis industriels.

Mais comme tout a une limite, viendra le temps de désigner les vrais responsables de toutes ces guerres et de les traduire en justice, de les condamner à la hauteur de la gravité de leurs décisions et des conséquences de celles-ci (par exemple les attentats en Europe et ailleurs). Ces guerres au coût exorbitant n'ont conduit qu’à la mort et à la destruction des pays qui n'avaient rien demandé à nos Etats soi-disant démocratiques.

Et si l’Etat Islamique (Daesh et autres), a été vaincu, ce n'est pas grâce au  travail des Etats-Unis, de l’OTAN, ou de la Coalition Internationale, mais bien grâce à celui  des Russes, des Iraniens,  grâce à l'armée gouvernementale syrienne et la majorité de la population syrienne  qui ont lutté sans répit contre ces criminels venus de l'enfer. 

Pour toutes ces raisons il faut demander avec plus de force que jamais, la sortie de L'OTAN, ce qui donnera à notre si petit pays un exemple de courage et de grandeur. 

 

1. L’écologie est-elle soluble dans le capitalisme ?, Le Drapeau Rouge du 1/01/2019

Patricia Villalon
Autres textes de Patricia Villalon sur le site du CSO