Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°72
avril 2019

Les guerres de l’Otan tuent les humains et aussi le climat

Hommage à Robert Fourneau

Les 70 bougies (explosives) de l’Otan
Manlio Dinucci

L’UE vote pour l’installation de nouveaux missiles nucléaires US en Europe
Manlio Dinucci

Le journal LE SOIR n’est pas l’organe de presse de l’OTAN
Pierre Galand et Boris Fronteddu

La fin de Daesh n’est pas la fin de la guerre
Patricia Villalon

La première Guerre Humanitaire de l’Otan
Georges Berghezan et Roland Marounek

L’euromilitarisme n’est pas une alternative à l’Otan
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

La force de la révolution bolivarienne et de la solidarité internationale
Patricia Granado

La guerre au Yémen, pourquoi un tel silence complice ?
Fotoula Ioannidis


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018
n°69 : juillet 2018
n°70 : octobre 2018
n°71 : janvier 2019
n°72 : avril 2019

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La force de la révolution bolivarienne et de la solidarité internationale

L’agression actuelle contre le Venezuela résulte d’une longue et soigneuse préparation. Le but essentiel des actions de sabotage qui se succèdent est de créer le chaos, de présenter le gouvernement de Maduro et la révolution bolivarienne comme responsables des désordres et des souffrances des Vénézuéliens pendant ces derniers années. Les attaques viennent de l’extérieur, avec l’infâme embargo organisé par les Etats-Unis. Elles viennent aussi de l’intérieur, avec les violences et le coup d’Etat  du « président auto-proclamé » Juan Guaidó. 

Cette situation s’est préparée depuis très longtemps. Déjà l’ancien président vénézuélien, Hugo Chavez, a été catalogué comme « dictateur communiste » et a vécu plusieurs agressions qui sont connues de tous. En effet, le 9 mars 2015 le Venezuela a été officiellement accusé de menacer la sécurité  des Etats-Unis d’Amérique, par celui qui était alors le Président des Etats-Unis, l’honorable Barak Obama,  Prix Nobel de la Paix et premier président noir de ce pays. Beaucoup d’entre nous se sont fait des illusions sur lui. Mais il ne faut surtout jamais oublier que l’Empire nord-américain est actuellement la pire menace pour la paix mondiale.

Dès ce jour-là, l’opposition a commencé à semer le trouble dans la population. Ces actions ne sont pas difficiles à effectuer, elles ont donné certains résultats dans plusieurs pays, qui ont été attaqués par la suite. Le scénario est toujours le même : premièrement, unifier les forces d’opposition, préparer un leader. Ensuite, les incidents peuvent commencer, ils ont pour but de saper l’unité du pays. 

Mais les Etats-Unis se sont  heurté à des différences notoires entre le Venezuela et les autres pays qu’on a déjà décimés. Les méthodes seront donc légèrement changées, les choses ont pris un peu plus de temps. Malgré l’aide financière importante qu’elle reçoit de l’extérieur, l’opposition n’est pas  si grande ni si forte et il manque un vrai leader. Les manifestations organisées dans tout le pays  pour discréditer le gouvernement et financées par des organisations non gouvernementales des Etats -Unis  ont échoué. La violence et la haine au vitriol de cette minorité, n’a pas servi à réussir un coup d’Etat. 

Nous avons une explication bien claire pour comprendre le pourquoi de cet échec. C’est normal de se demander pour quelles raisons le peuple vénézuélien a voulu respecter son Président et ainsi le protéger, malgré tous les problèmes auxquels il est confronté depuis l’embargo. La raison en est que le gouvernement bolivarien de Hugo Chavez a éduqué sa population, et un peuple qui a eu droit à l’éducation n’est pas un peuple facile à manipuler. Si vous ne le savez pas encore, là-bas, l’éducation est gratuite pour tous ! 

Après cet échec, il y a eu une brève pause, l’opposition s’est proposé de laisser le pays pourrir doucement à cause du manque de denrées et de médicaments, à cause des pénuries diverses provoquées par le boycott criminel lancé par les EEUU. Quelques mois plus tard,  ça recommence de plus belle, et le 23 janvier de cette année, les Vénézuéliens se réveillent avec la surprise de se trouver face à deux gouvernements « légitimes » :  Juan Guaidó vient de s’autoproclamer Président de la République bolivarienne. Soi-disant,  il se base sur les articles 223 et 233 de la Constitution  vénézuélienne. 

Et le cirque commence : les Etats-Unis s’empressent de reconnaître cette fonction usurpée, suivis rapidement par Israël, le Canada, le « groupe de Lima » et une partie de la « démocratique » Union Européenne. Quelle honte pour les citoyens européens ! Il n’y aurait pas des juristes par ici, capables de se pencher sur ces articles-là ?  Il suffit de les lire pour constater qu’ils ne peuvent pas s’appliquer dans ce cas, il est impossible de  légitimer  Guaidó dans cette prétendue fonction.  L’Europe oublie-t-elle déjà dans quel guêpier elle a été mise depuis ces dernières années à cause des guerres menées par l’Otan à la demande des Etats-Unis ?  Aurait-elle besoin maintenant de plus des refugiés latinos ? 

La participation d’Israel n’a certainement surpris personne. Mais,  le Canada !  La position de ce pays est une réelle surprise. Les Canadiens eux-mêmes ont furieux de cette action, ils étaient habitués à vivre dans un pays ayant une solide réputation de respect pour les droits de l’homme et se trouvent avec un ministre des Affaires étrangers, Mme Alexandra Freeland qui ne se limite pas à féliciter Guaidó, simple larbin de la CIA, dans sa ridicule audace, mais n’hésite pas à salir son propre pays en reconnaissant ce traître. L’ancien expert indépendant des Nations Unies, Alfred de Zayas,  a résumé ainsi l’attitude de la ministre en question : « Le Canada a perdu toute sa crédibilité en tant que pays qui défend la démocratie et les droits de la personne » 

La deuxième partie de cette tragédie latino-américaine annoncée  va se dérouler dans le Bassin des Caraïbes et on ne sait pas encore comment cela va finir.  Ils commencent à acheminer des armes, à rémunérer des combattants qui vont organiser des manifestations et les faire dégénérer. La destruction des symboles, le sabotage électrique, les attentats sanglants sont organisés partout dans le pays et tout cela pour créer la terreur et l’angoisse de la population qui se polarisera de plus en plus. Le pays sera alors bien préparé pour que les Etats-Unis puissent lancer avec force l’offensive militaire,  en invoquant « l’intervention humanitaire » (cela ne vous rappelle rien ?)  

Finalement, on ne s’habitue pas encore à constater que les valeurs progressistes ne priment pas dans notre monde. Il est chaque jour plus facile pour nous tous de comprendre assez vite, que c’est l’argent que fait tourner le monde. Comment est-il possible qu’avec l’aide des réseaux sociaux, de l’éducation à la portée de masses plus grandes, on ne puisse pas tous comprendre que dans ce monde la meilleure des solutions est le respect des droits de l’homme, le respect des choix électoraux des peuples, le respect de la souveraineté des pays et le partage plus équitable des richesses ? Ces valeurs sont indispensables  pour notre paix.

De toute façon il faut garder l’espoir. Si le peuple syrien a pu faire échouer la haine qui s’était abattue sur son pays,  pourquoi pas le peuple vénézuélien ? Le peuple est fier, éduqué et parfaitement conscient des vastes possibilités qu’il a gagnées par la révolution bolivarienne. Il ne renoncera pas à ces avantages acquis sans se battre. Souhaitons encore une fois de la chance à ce pauvre pays riche.

Patricia Granado
Autres textes de Patricia Granado sur le site du CSO