Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°75
janvier 2020

Anniversaire de l’Otan = 70 ans de guerres

Sommet de l’OTAN : une alliance militaire encore plus agressive et de plus en plus expansionniste
Communiqué du Mouvement de la Paix (France)

Ni Jens Stoltenberg, ni Emmanuel Macron
Pierre Galand

A propos de la Résolution du Parlement Européen sur « la mémoire européenne »

Un ancien militaire de Kleine Brogel avoue : « Mon boulot ? placer des bombes atomiques sous les avions de chasse »

«Afghanistan Papers»: le Washington Post révèle les mensonges de Bush, d’Obama et de Trump sur la guerre

Malalai Joya : «La paix en Afghanistan se fera sans l’occupation occidentale»
Interview par Martine Buisson, Le Soir


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018
n°69 : juillet 2018
n°70 : octobre 2018
n°71 : janvier 2019
n°72 : avril 2019
n°73 : juillet 2019
n°74 : octobre 2019
n°75 : janvier 2020
n°76 : mai 2020

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Un ancien militaire de Kleine Brogel avoue : « Mon boulot ? placer des bombes atomiques sous les avions de chasse »

Extraits d’un article paru dans « Het Laatste Nieuws, le 5.10.2019 », diffusé intégralement en néerlandais sur la mailing list de Alerte Otan.

« L’hypocrisie doit cesser et le débat (sur la présence des bombes nucléaires à Kleine Brogel) doit enfin se faire. La population a droit à la vérité : ces bombes sont là depuis au moins la deuxième moitié des années 70. Je sais de quoi je parle : c’est moi qui les installais sous les avions de chasse.

Ce job était très recherché parce que c’était un travail léger et on avait beaucoup de jours de congés. J’ai dû signer un contrat de confidentialité, stipulant que je ne devais dire à personne, même pas à ma femme, quel travail j’effectuais précisément à Kleine Brogel. 

La connaissance en armes nucléaires n’était pas nécessaire, pour la simple raison que l’on recevait une formation sur place. On apprenait, entre autres, ce qu’on devait faire en cas d’attaque nucléaire, comment on devait protéger la population et se protéger soi-même.  Je n’avais pas de problème de conscience. Si je ne faisais pas ce travail, un autre l’aurait fait. Et finalement, ce n’est pas moi qui avais décidé d’installer des bombes là-bas !

L’essentiel de mon job ? Veiller à ce que, sur la base militaire de Kleine Brogel, deux avions de chasse F-104 soient prêts à décoller en cas d’attaque nucléaire. Et cela: 24 heures sur 24 et  7 jours sur 7. Pendant toutes mes années de travail, il y avait donc deux avions de chasse chargés de bombes atomiques, prêts au décollage.

Ces avions n’étaient jamais ensemble dans le même hangar. On les changeait continuellement de place. Cela n’était pas seulement pour « tromper les Russes », mais aussi pour des raisons techniques. Les avions ne doivent pas rester trop longtemps au sol, ils doivent voler pendant un certain nombre d’heures et être constamment contrôlés et entretenus.

Dès qu’un avion état prêt, nos hommes – par équipe de quatre, un sous-officier et trois soldats – devaient intervenir pour détacher la bombe sous l’avion et aussi pour placer une bombe sous le 2ème avion. Il y avait donc chaque fois deux avions à charger et décharger.

A l’appel, notre équipe de quatre sortait en vitesse du hangar, on sautait avec tout notre outillage dans une camionnette VW et on courait vers le hangar où la bombe devait être détachée. Ce hangar pouvait se situer à 5 mètres, comme à 2 kilomètres. Le terrain militaire de Kleine Brogel  contenait environ 40 hangars. L’entrée des hangars où se trouvaient les avions chargés des bombes atomiques étaient surveillées 24h sur 24 par deux militaires américains, lourdement armés. Les mesures de sécurité étaient gigantesques.

Nous-mêmes, qui étions des soldats travaillant sur la base, étions sévèrement contrôlés par les Américains quand nous arrivions au hangar pour échanger les bombes. Les Américains savaient d’avance quelle équipe était de garde, et ils contrôlaient si nos noms correspondaient à ceux qu’ils avaient sur leur propre liste. Quand tout cela était ok, ils nous ouvraient la porte et on pouvait faire notre boulot.

On retirait la bombe qui était placée sous l’avion de chasse et on la mettait sur une sorte de remorque et aussitôt, les Américains l’emportaient. C’était « leur » bombe.  C’était eux qui se chargeaient de sa surveillance et de son entretien. Ensuite, l’avion était amené hors du hangar et un pilote de l’armée belge le faisait voler après que l’avion ait été entièrement contrôlé. 

Dès que l’avion était sorti du hangar on en amenait un autre pour le charger d’une bombe atomique. Nous ne savions pas si c’était une autre bombe, ou la même bombe que nous venions de décharger. Car les Américains emmenaient toujours la bombe avec eux pendant que nous étions encore au travail dans le hangar. Ce sont eux et eux seuils qui décidaient  s’ils amenaient la bombe récemment déchargée sur le lieu de stockage dans le bunker souterrain, ou s’ils la gardaient pour la placer sur le 2ème avion. Ainsi les Russes ne pourraient jamais savoir dans quel hangar se trouvait un avion chargé d’une bombe atomique.

Le protocole correspondant  au placement d’une bombe atomique sous un avion suivait un rituel minutieusement chronométré. Pour commencer, les Américains  venaient avec la bombe. C’était un drôle de jeu, car celle-ci devait être déplacée du bunker souterrain, situé en territoire américain, vers le hangar où se trouvait l’avion de chasse. C’est difficile à croire, mais, à cette époque, les Américains devaient traverser une voie publique pour réaliser ce transport : celle-ci était donc entièrement fermée au trafic  routier pendant de longues minutes. Des jeeps chargées de soldats américains armés de mitrailleuses roulaient devant et derrière l’automobile sur laquelle se trouvait la bombe atomique.  

Les Américains amenaient la bombe atomique, avec sa tête nucléaire, à l’intérieur du hangar. Ils remettaient  à notre sous-officier un document avec le numéro de la bombe, que celui-ci devait signer, ensuite ils reprenaient le document et disaient "s’il vous plaît, voici la bombe". Ensuite nous commencions,  toujours sous haute surveillance américaine, à placer cette bombe sous l’avion.

Nous n’avons jamais vu le bunker lui-même. Le terrain sur lequel il se trouvait  appartenait exclusivement aux Américains qui étaient là pour la surveillance et la maintenance de leurs bombes. Aucun simple soldat belge ne pouvait se trouver là. Nous n’avons jamais su à quelle profondeur dans le sol étaient gardées les bombes atomiques, ni combien il y en avait exactement.

On s’entraînait constamment pour appliquer la procédure, en vue du cas où un avion devrait faire face réellement à une attaque nucléaire. Cet entraînement se réalisait deux ou trois fois par mois. En cas d’attaque nucléaire l’avion devait être prêt à voler en cinq minutes…….. »