Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°76
mai 2020

Heureusement, l'Otan nous protège...

Le Docteur Folamour veille sur votre santé
Manlio Dinucci

La campagne contre l’achat des F-35 et contre les armes nucléaires n’a rien de « populiste » !
Claudine Pôlet

F-35 : d’énormes dépenses militaires au détriment de la santé… et de notre sécurité
Samuel Legros

L’OTAN, un outil encore utile pour Washington, mais loin d’être unique
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

L’insoluble intrication de l’Otan dans l’Union Européenne
Roland Marounek

Il faut démystifier l’OTAN !
Patricia Villalon et Patricia Granado

Defender Europe 2020
Claudine Pôlet

L'OTAN s'unit contre le trafic de drogue au Venezuela...

Hommage à Giulietto Chiesa
Comitato No Guerra No Nato


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018
n°69 : juillet 2018
n°70 : octobre 2018
n°71 : janvier 2019
n°72 : avril 2019
n°73 : juillet 2019
n°74 : octobre 2019
n°75 : janvier 2020
n°76 : mai 2020

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Éditorial :
Heureusement, l'Otan nous protège...

Alors que la pandémie éclatait en Europe, le Secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, s'inquiétait : “J’attends des Alliés qu’ils restent engagés dans leurs investissements pour leur défense”, déclarait-il à la mi-mars. Il avait bien raison de s’alarmer : les populations des pays de l'Otan risqueraient d’avoir l’idée saugrenue de reconsidérer  leur  problème de "sécurité & défense" et ne finissent par se demander si leur réelle sécurité, leur réelle défense, ne serait pas plus assurée par des investissements dans le secteur public, les soins de santé, les matériels médicaux, les hôpitaux, plutôt que par des bombes nucléaires et des bombardiers.

En février 2019, lorsque le gouvernement belge faisait détruire son stock stratégique de masques FFP2 et décidait, pour "faire des économies”, de ne pas le renouveler, il avait déjà avalisé l’achat de 34 chasseurs bombardiers F-35 pour 4 milliards d’euros - et pour un coût estimé actuellement à 15 milliards au final, service après-vente compris. On voit où sont les priorités du gouvernement.
 
L’Otan a également le sens des priorités. Malgré la catastrophe humaine inédite que constitue l’épidémie, avec l’Europe comme épicentre, l’Alliance n’a nullement annulé l’opération Defender 2020, qui mobilise des milliers de troupes à travers l’Europe confinée. Les contraintes liées à la pandémie ont tout juste forcé l’Otan à restreindre ce qui devait être le plus grand exercice de l'armée US en Europe en 25 ans, simulant une agression nucléaire contre l’ “ennemi” russe. 

Alors que l’épidémie commençait à déferler sur un Iran fragilisé par les sanctions occidentales, les Etats-Unis décrétaient de nouvelles sanctions contre le pays ; fin mars les USA mettaient la tête du président élu vénézuélien à prix et envoyaient une flotte militaire contre ce pays, rejointe quelques jours plus tard par des navires de guerre français et britanniques. La « lutte de l’Otan contre le trafic de drogue » dissimule à peine la volonté de durcir le blocus maritime au moment même où le Venezuela pourrait, espèrent-ils, être mis à genou par la pandémie.

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, avait pourtant appelé à « la levée des sanctions qui peuvent saper la capacité des pays à répondre à la pandémie ». Les Alliés eux semblent y voir plutôt une belle opportunité de “changement de régime”.

A un moment où toutes les ressources auraient dû être entièrement mobilisées au service de l’humanité, les pays de l’Otan offrent le spectacle d’une inhumanité impitoyable. L’Otan défend nos valeurs, répètent-ils. Sont-ce vraiment là les valeurs que nous voulons défendre ? Qui et de quoi l’Otan protège-t-elle réellement ? Il y a quelques mois encore, Stoltenberg, comme tant d’autres de nos dirigeants, aimait répéter que “l’Otan est le socle de la sécurité européenne et transatlantique”. Jamais un tel discours n’a sonné aussi creux aux oreilles des populations confinées.