Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°76

Heureusement, l'Otan nous protège...

Le Docteur Folamour veille sur votre santé
Manlio Dinucci

La campagne contre l’achat des F-35 et contre les armes nucléaires n’a rien de « populiste » !
Claudine Pôlet

F-35 : d’énormes dépenses militaires au détriment de la santé… et de notre sécurité
Samuel Legros

L’OTAN, un outil encore utile pour Washington, mais loin d’être unique
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

L’insoluble intrication de l’Otan dans l’Union Européenne
Roland Marounek

Il faut démystifier l’OTAN !
Patricia Villalon et Patricia Granado

Defender Europe 2020
Claudine Pôlet

L'OTAN s'unit contre le trafic de drogue au Venezuela...

Hommage à Giulietto Chiesa
Comitato No Guerra No Nato


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018
n°69 : juillet 2018
n°70 : octobre 2018
n°71 : janvier 2019
n°72 : avril 2019
n°73 : juillet 2019
n°74 : octobre 2019
n°75 : janvier 2020
n°76 : mai 2020

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L'OTAN s'unit contre le trafic de drogue au Venezuela...

La Grande-Bretagne et la France envoient des navires de guerre rejoindre la flotte de navires de guerre des Etats-Unis. Ce déploiement militaire de trois plus puissants Etats membres de l’Otan a pris comme prétexte la lutte contre un soi-disant trafic de drogues dont le Venezuela serait la plaque tournante. Un 2ème prétexte a été invoqué, celui de l’aide humanitaire aux pays des Caraibes touchés par la pandémie du corona virus. Le gouvernement vénézuélien, cité aujourd’hui comme exemple dans la lutte contre la pandémie par la représentation de l’ONU à Caracas, a clairement répondu, en s’adressant au peuple des Etats-Unis d’Amérique. Nous publions cette déclaration ci-dessous.

Lettre du Président Nicolas Maduro au peuple des Etats-Unis d’Amérique 
Caracas, 3 avril 2020

Au peuple des Etats-Unis d’Amérique :

Depuis quelques semaines, le monde est paralysé, il cherche à contrôler une pandémie qui est sans doute le défi le pus important que nous ayons affronté ensemble en tant que société et en tant que communauté internationale. Comme pour le peuple des Etats-Unis, l’affronter est notre priorité.

Heureusement, au Venezuela, nous avons certains avantages. Nous prenons des mesures très tôt d’isolement et de dépistage élargi en nous appuyant sur notre système de santé public et gratuit qui possède des médecins de famille dans tout le pays. Nous avons aussi une inestimable organisation communautaire pour aider à élever la conscience sociale et apporter son soutien aux plus vulnérables. La solidarité de Cuba, de la Chine et de la Russie et le soutien de l’Organisation Mondiale de la Santé nous ont également permis d’obtenir le matériel médical dont nous avons besoin malgré les sanctions illégales de Donald Trump.

En vous exprimant ma solidarité face à cet important défi historique et notre consternation et notre douleur pour les conséquences de a pandémie aux Etats-Unis, je me vois également obligé de vous alerter sur le fait que, pendant que le monde se focalise sur l’urgence du COVID-19, le Gouvernement de Trump, en instrumentalisant encore une fois les institutions pour atteindre ses objectifs électoraux et en se basant sur des infamies sous prétexte de lutte contre la drogue, a ordonné le déploiement militaire le plus important des Etats-Unis dans notre région en 30 ans dans le but de menacer le Venezuela et de conduire notre région vers un conflit coûteux, sanglant et de durée indéfinie.

Avant cette manœuvre fallacieuse, le 26 mars dernier, William Barr, un Procureur Général dont l’indépendance est discutable (il a recommandé l’invasion de 1989 au Panamá contre Noriega et aidé à couvrir les illégalités du scandale Iran-Contra), a présenté, sans en montrer aucune preuve, des accusations de trafic de drogue vers les Etats-Unis contre de hauts fonctionnaires de l’Etat vénézuélien et contre moi-même bien que les informations du Département de la Défense lui-même démontrent que le Venezuela n’est pas un pays de transit primaire des drogues vers les Etats-Unis comme le sont des pays alliés de Washington comme la Colombie ou le Honduras.

Il est évident que le Gouvernement de Trump crée un rideau de fumée pour occulter sa gestion improvisée et erratique de la pandémie aux Etats-Unis. Depuis le début, Donald Trump l’a minimisée et l’a niée comme il l’a fait pour le changement climatique. Aujourd’hui, la crise s’aggrave simplement parce que, bien qu’il possède les ressources, il n’est pas disposé à transformer le système de santé en un système qui donne la priorité aux soins complets de la population et non aux profits de la médecine privée, des compagnies d’assurance et des entreprises pharmaceutiques.

Nous, au Venezuela, nous ne voulons pas d’un conflit armé dans notre région. Nous voulons des relations fraternelles, de coopération, d’échange et de respect.

Nous ne pouvons pas accepter les menaces belliqueuses, les blocus, nous ne pouvons pas accepter non plus l’intention d’installer une tutelle internationale qui viole notre souveraineté et ignore les avancées de cette dernière année dans le dialogue politique sincère entre le Gouvernement et une grande partie de l’opposition vénézuélienne qui souhaite des solutions politiques, pas des guerres pour le pétrole.

Pour tout ce qui précède, je lance un appel au peuple des Etats-Unis pour qu’il mette un frein à cette folie, pour qu’il rende ses gouvernants responsables et les oblige à fixer leur attention et à destiner leurs ressources à l’attention urgente que réclame cette pandémie. Je demande, avec l’arrêt des menaces militaires, la levée des sanctions illégales et du blocus qui restreint notre accès à du matériel humanitaire si nécessaire aujourd’hui dans le pays. Je vous demande, le cœur sur la main, de ne pas permettre que votre pays soit entraîné, une fois de plus, dans un autre conflit interminable, un autre Vietnam ou un autre Irak mais cette fois, plus près de chez vous.

Nous ne sommes pas aussi différents qu’ils voudraient nous le faire croire grâce à des infamies. Nous sommes des peuples qui cherchent une société plus juste, libre et compatissante. Ne laissons pas les intérêts particuliers de minorités aveuglées par l’ambition nous séparer. Nous, comme l’a dit un jour notre dirigeant Hugo Chávez, nous partageons le même rêve. Le rêve de Martin Luther King est aussi le rêve du Venezuela et de son Gouvernement révolutionnaire. Je vous invite à lutter ensemble pour faire de ce rêve une réalité.

Non à la guerre des Etats-Unis contre le Venezuela

Stop aux sanctions criminelles

Nous voulons la Paix

Source en espagnol :
https://albaciudad.org/2020/04/carta-del-presidente-maduro-al-pueblo-de-ee-uu-queremos-paz-hay-que-ponerle-freno-a-la-locura-de-trump/
Traduction : Françoise Lopez pour Bolivar Infos