Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 8
f�vrier 2003

Non a la guerre de solidarité avec les États Unis

Accord Général sur le Commerce des Services et politique de guerres
Marcel Poznanski


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Non a la guerre de solidarité avec les États Unis

Le président Bush a trois raisons pour faire la guerre à l'Iraq : terminer celle de son père, le pétrole et la relance de la bourse et finalement l'approche des élections. La machine de guerre ne peut pratiquement plus s'arrêter, tant les préparatifs criminels sont avancés. Les F-16 américains et les Tornados de la Royal Air Force, sans l'aval du Conseil de Sécurité, déversent hebdomadairement et illégalement des dizaines de tonnes de bombes sur des cibles théoriquement militaires avec tous les effets collatéraux que l'on peut imaginer depuis les crimes de guerre commis par l'OTAN en Yougoslavie.

Les gesticulations de Chirac n'y feront rien, au contraire elles confortent l'administration Bush qui prend son temps pour faire pression non seulement sur les 10 membres non permanents du Conseil de Sécurité mais aussi sur la Russie et la Chine soumises aux directives néo-libérales des mondialistes.

La résolution 1441 du 8 novembre 2002 impose à l'Iraq la destruction des installations nucléaires, chimiques et bactériologiques dont les éléments lui avaient été fournis par plusieurs pays occidentaux. Ces destructions ont déjà été réalisées par les Israéliens en juin 1981 (Centre nucléaire de Towaitha) et après la guerre du Golfe par les inspecteurs de l'ONU.

Il est quasi certain que le Conseil de Sécurité, après avoir accepté les « preuves » de l"existence d'armes de destruction massive donnera le feu vert pour une intervention armée contre un pays épuisé et exsangue. La décision de fond pour déclencher cette guerre requiert 9 oui sur 15. Une abstention de la France, de la Russie ou de la Chine et le non de l'Allemagne et peut-être du Mexique n'arrêteront pas le processus infernal car les États Unis, la Grande Bretagne, l'Angola, le Chili, l'Espagne, le Pakistan, la Syrie, la Bulgarie, le Cameroun et la Guinée apporteront leur accord soit 10 oui sur 15 !!!

Un tel scénario signifie la disparition de toute crédibilité du Conseil de Sécurité et donc des Nations Unies et de sa Charte. L'effondrement des N.U. rappellerait celle de la S.D.N. qui a précédé la deuxième guerre mondiale. La présidence du Conseil de Sécurité ne pourra probablement pas éviter le vote et si la guerre devait se prolonger, une nouvelle catastrophe irakienne se profile à l'horizon avec toutes les conséquences d'une déstabilisation dans la région qui, nécessairement, va exacerber le terrorisme. Que faire ? Peu de choses pour la Belgique si ce n'est entrer en résistance non violente. Il faut empêcher par tous les moyens légaux que la Belgique participe à l'aide logistique de ces crimes de guerre ; exiger que la Belgique refuse l'application de l'article 5 de l'OTAN qui ne concerne que les états membres (la Turquie est libre de refuser toute participation) ; manifester en permanence devant les ambassades des pays agresseurs ; faire pression auprès des ministres responsables de l'aide qu'ils apportent à la participation logistique ; manifester auprès des présidents de parti et faire de la question iraquienne un élément essentiel de la campagne électorale.