Comité de Surveillance OTAN
Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Afghanistan
Amérique Latine
Bouclier anti-missile
Chine
ex-URSS
Hiroshima - Nagasaki
Irak
Iran
Israël
Italie
Kosovo & ex-Yougoslavie
Libye
Mali
Mordechai Vanunu
Otan et ONU
Syrie
TPIY & Milosevic

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

Appel de Noël

Pas de nouvelle guerre au Moyen-Orient


Week-end international de protestation, d'actions et conférence

Du 3 au 5 décembre à Bonn (Allemagne)

Appel à la résistance et de protestation contre Petersberg II

Give Peace a Chance - Troupes hors d'Afghanistan!

Pour marquer le 10ème anniversaire de la guerre de l'OTAN contre l'Afghanistan et le 10ème anniversaire de la Conférence de Bonn (ou conférence de Petersberg) au cours de laquelle Karzaï a été désigné comme futur président d'Afghanistan, en 2001, et pour protester contre la seconde édition de cette conférence, le mouvement anti-guerre international appelle à des activités communes et diverses, à Bonn, du 3 au 5 décembre 2011.

Le samedi 3 une grande manifestation sera organisé à Bonn, le dimanche 4 aura lieu une conférence internationale co-organisées avec No to War - No to NATO ; et le lundi 5 des actions de désobéïssance civiles décentralisées auront lieu à travers toute la ville, et près du lieu de la réunion officielle des ministres des affaires étrangères.


Pétition pour un débat contradictoire en Belgique sur la participation de notre pays à la « protection de la population civile libyenne »



Syrte après l'aide de l'Otan

"À MM. les Ministres Leterme, De Crem et Vanackere,

En mars 2011, la Belgique est entrée en guerre contre la Libye au motif de « protéger la population civile libyenne ». Cette guerre, votée par le Parlement, aura coûté au contribuable plus de 35 millions d'euros. Ses objectifs sont passés de la « nécessité de protéger » à un « changement de régime », ce qui, du point de vue de la légalité internationale, est contestable. Par ailleurs, de nombreux rapports – provenant d'organisations reconnues telles qu'Amnesty International, Human Rights Watch ou la Croix Rouge – affirment que la situation sur place est actuellement dramatique. Le bilan des morts – quels qu'en soient les responsables –, n'a fait que s'alourdir depuis le début de l'intervention. Enfin, les circonstances de la mort de Kadhafi posent questions.

Pour toutes ces raisons, nous estimons que, quelle que soit la suite des événements, il serait bon de faire le point et d'organiser un débat contradictoire sur la Libye, auquel l'un d'entre vous participerait. À l'heure de l'austérité budgétaire, il est important que les Belges sachent ce que l'on fait de leur argent."


Samedi 22 octobre à partir de 14h

7 Heures pour la Paix

Organisé par la CNAPD

Le CSO, membre de la Coordination, participe à un atelier-débat : "De l'OTAN au non alignement de l'Union Européenne?" Echange d'idées et confrontation de positions sur le rôle actuel de l'OTAN, les alternatives possibles et les conditions d'une politique de paix pour l'Union Européenne.

Salle Curo Hall,
Rue Ropsy Chaudron 7,
1070 Anderlecht
Métro : Clémenceau


Le 7 octobre 2011, cela fera 10 ans de guerre en Afghanistan. 10 ans de violence qui ont causé la mort de centaines de citoyens. 10 ans qui ont entraîné des dépenses militaires de plusieurs centaines de milliards de dollars. La présence militaire belge y coûte annuellement plus de 100 millions d'euros. Une partie de ce budget devrait pourtant servir à combattre la situation économique et sociale afghane catastrophique. Cette guerre et la présence belge ne font que très peu débat chez nous. Le mouvement de la paix profite donc de ce funeste anniversaire afin d'attirer l'attention nécessaire sur cette situation. A la fin de la conférence, des réfugiés afghans nous régaleront avec un repas appétissant de chez eux.

De Markten, Place du Vieux Marché aux Grains, 5 à 1000 Bruxelles • 08 octobre 2011
Conférence de 13h30 à 18h30, participation : 3 euros
Repas Afghan dès 19h00 (réserver avant le 8 octobre), participation : 7 euros
Inscription : info@cnapd.be ou 02/640.52.62
Une initiative de : CDF, CNAPD, CNCD-11.11.11, CSOtan, Intal, Masereelfonds, Oxfam-Solidarité, Pax Christi Vlaanderen, Vrede VZW



Insurgés 'civils' de Misrata

Les armes légères et la guerre de l’Otan contre la Libye

28 septembre 2011 20h
Rue Maurice Liétart, 31/1 1150 Bruxelles

Comment débattre de la question du commerce des armes dites légères en ignorant que la Belgique est en guerre depuis le 21 mars dernier et que les armes de la FN sont effectivement utilisées en Libye, tant par les forces loyalistes au gouvernement Kadhafi que par les rebelles adhérant au Conseil National de Transition ?

Les hommes du CNT ont apparemment pris la ville deTripoli, après que les bombardements intensifs de l’OTAN aient « nettoyé » la route devant eux. En chemin, les « rebelles » se sont emparé d’une grande quantité d’armes de la FN de Herstal qui se trouvaient dans une caserne (selon le journal Libération, 1.9.2011). Entretemps, les mercenaires du CNT ont été rebaptisés « représentants légitimes du peuple libyen » -

Voilà les armes de la FN en plein cœur de la guerre en Libye ! la livraison et l’utilisation des armes belges sera-t-elle lavée de tout soupçon puisque la Belgique a décidé de reconnaître le CNT comme le représentant du peuple libyen ?

La Belgique a offert à l’OTAN une importante contribution , avec ses F-16 qui ont participé aux milliers de bombardements sur les infrastructures de la Libye. Ceux-ci ne visaient pas seulement les infrastructures militaires. Leur but déclaré était de renverser le gouvernement de Kadhafi. Ils ont détruit massivement des routes, des conduites d’eau, des infrastructures portuaires, des hôpitaux, des écoles, des bâtiments publics. Et maintenant, les armes dites légères – dont celles de la FN de Herstal- vont-elles servir à terminer le travail ?

Les armes légères sont des armes de destruction massive. Rappelons-nous l’affaire des armes livrées au Népal . Il ne s’agit pas seulement de mieux réglementer leur commerce, mais de prendre les décisions politiques qui contribuent à la paix. Dans le cas de la Libye, la Belgique a fait tout le contraire, lorsque le parlement a voté, à la quasi unanimité, pour l’intervention militaire de l’Otan et pour une participation active à celle-ci .

Cette conférence est une initiative du Comité Surveillance Otan et du Mouvement Chrétien pour la Paix, dans le cadre de la Semaine de la Paix, organisée par Pax Christi Wallonie-Bruxelles sur le thème du "commerce mondial des armes légères".
Le programme complet se trouve sur le site www.semainedelapaix.org


La sale guerre de l'Otan en Libye


Massacres discrets dans la Libye libérée


Mons, samedi 6 août 2011

Commémoration du 66e anniversaire de la Tragédie de Hiroshima et de Nagasaki

Le Parc Hibakusha de l’Université de Mons, qui a été créé à l’initiative de Pierre Piérart, est un lieu de commémoration de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki. Et aussi un moment de réflexion, d’échanges d’idées, de recherche d’actions pour le désarmement nucléaire mondial et l’abolition des guerres.

Un an après la mort de notre cher Président, son grand travail se poursuit. Une convention a été signée pour confirmer le Parc Hibakusha dans cette fonction, entre l’Université de Mons (Umons), le Centre d’Ecologie Appliquée du Hainaut (CEAH), l’Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire (AMPGN), le Comité de Surveillance de l’Otan (CSO) et la Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD), dont Pierre Piérart était membre et responsable à divers titres. (...)

La commémoration a rassemblé une cinquantaine de personnes, la plupart représentant une association de paix et/ou anti-nucléaire, tant flamandes que francophones.La cérémonie s’est terminée par un dépôt de fleurs et une minute de silence devant la stèle à la mémoire des victimes des bombardements nucléaires de Hiroshima et Nagasaki et des essais nucléaires.

L’après-midi était consacrée à une conférence-débat sur le thème « le désarmement nucléaire ce n’est pas pour demain – dangers du nucléaire militaire et civil – propositions d’actions ». Les exposés et le débat qui a suivi ont abordé ces différents aspects de la question nucléaire. Philippe de Salle (AMPGN) a parlé des « aspects médicaux observés lors du dysfonctionnement nuclaire, civil et militaire ». Henri Firket (AMPGN) est intervenu sur le thème « Dépenses militaires et Incidence économique ». Georges Spriet (VREDE) a analysé la stratégie nucléaire de l’OTAN. Michel Wautelet (professeur de l’Umons) a intitulé son exposé « cours de terrorisme nucléaire ».

Les participants de cette journée se sont engagés à maintenir la vigilance face aux dangers de guerre nucléaire, et le combat pour le désarmement nucléaire mondial, pour le retrait des bombes atomiques de Kleine Brogel, pour la réalisation d’une zone libre d’armes nucléaires en Europe. Ils se sont proposé également d’analyser en profondeur les liens entre nucléaire civil et nucléaire militaire.

Les associations suivantes ont soutenu la commémoration au Parc Hibakusha : AMPGN, CEAH, CSO, CNAPD, COLUPA, EuropeForPeace, LEF, MCP, MIR-IRG, Pax Christi, Sortir du Nucléaire, Vrede, Vredesactie, Brabant Ecologie, Action Pour la Paix, Intal…. Toutes celles qui souhaitent s’y joindre à l’avenir sont invitées à prendre contact avec nous (info@csotan.org)


Rassemblement devant le Ministère de la Défense
Mercredi 8 juin à 16h

Dénonçons l’intervention militaire en Libye !

Depuis plus de deux mois maintenant, la coalition chargée de « protéger les civils » en Libye mène une véritable campagne de soutien à un groupe armé, appuyée par des bombardements massifs opérés par l’OTAN.
Loin de protéger les civils, ces bombardements entraînent une succession de victimes humaines et visent des objectifs politiques de changement de régime en contradiction flagrante avec la teneur de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies.
L'intervention de L'Otan s'inscrit dans la logique de guerre, augmente le nombre de victimes civiles et est un obstacle à toute solution politique, pourtant demandée dans le premier point de la résolution 1973.

Le gouvernement belge s’emploie à suivre et à soutenir les déviances illégales de l’intervention ; au lieu de tirer les leçons de l’évolution guerrière qu’elle prend – qui était à prévoir –, de faire son mea culpa et de se retirer. La Belgique n’a rien à gagner à se positionner de la sorte ; et surtout pas en faisant preuve d’un zèle va-t-en-guerre, comme nous l’observons depuis le début de l’opération.

Les trois premiers mois de l’intervention arrivent bientôt à échéance. Nous demandons que nos parlementaires en profitent pour faire écho aux revendications que nous porterons. Soyons vêtus du noir de deuil pour toutes les victimes civiles de cette guerre, ce mercredi 08 juin à 16h devant le ministère de la guerre (coin du boulevard du Régent et de la rue Lambermont):

  • Arrêt immédiat des bombardements de l’OTAN
  • Retrait de la Belgique de l'intervention de l'OTAN
  • Respect du droit international humanitaire par toutes les parties
  • Soutien à la résolution politique du conflit

Cette intervention en Libye est un exemple de plus de la militarisation et de la violence des options prises par notre société. Il nous faut répéter que l’option militaire n’en est pas une et que les conflits ne se règlent pas à la force du canon.

La Plateforme Anti-Guerre
Action pour la Paix, Comité Surveillance OTAN, CNAPD, Femmes pour la paix, Intal, MIR-IRG, Mouvement Chrétien pour la Paix, Radio Almanar, Vrede VZW, Vredesactie …