Réponse au communiqué de la CNAPD annonçant son retrait de la conférence sur l’Iran
Comité Surveillance Otan
16 décembre 2010

Le Comité Surveillance Otan désapprouve totalement ce communiqué de la CNAPD et invite toutes les personnes et associations intéressées à comprendre tous les enjeux d’une possible guerre contre l’Iran à participer à cette conférence-table ronde. Le CSO a soutenu et continue à soutenir sa réalisation. Nous invitons également la CNAPD à revoir sa position, qui a d’ailleurs été prise sans consultation des associations membres.

Les réactions virulentes et extérieures pour forcer la CNAPD à se retirer de ce débat sont inadmissibles! Céder aux pressions par peur de ne paraître pas suffisamment anti-"régime iranien", est un bien triste signal qu'envoie le mouvement de la paix.

Le CSO insiste sur le thème de cette conférence, qui était considérée comme un atelier pour préparer d’autres débats autour de la question de l’Iran :

1. La question nucléaire et le droit international. Le droit de l'Iran de développer l'énergie nucléaire. Les sanctions (des USA et de l'UE) et leur impact.
2. Les menaces militaires contre l'Iran. Les intérêts géostratégiques derrière ces menaces. Les coalitions qui se forment.
3. La place de l'Iran dans le monde d'aujourd'hui.

Nous sommes peut-être à la veille d'une agression majeure contre l’Iran. Le dernier sommet de l’Otan à Lisbonne, a stigmatisé l’Iran comme la principale menace à la sécurité des pays membres et qui pourrait nécessiter le recours à l’Article 5 du Traité. Et le mouvement de la paix devrait refuser d'écouter l'autre partie ?

Si on constate l' évolution accélérée de l'Otan vers de nouvelles guerres et ce rôle de gendarme du monde, ce ne serait donc pas le même rôle que l'Otan joue vis-à-vis de l'Iran? Les menaces d'Israel et des Etats-Unis de bombarder l'Iran, inclus avec des armes nucléaires, sont-elles une invention?

La Belgique, qui est membre de l’OTAN a signé la Déclaration finale du récent Sommet de Lisbonne. Entre autres, elle a signé l’adoption du “bouclier anti-missile nucléaire” sur tout le territoire européen. Ce bouclier serait censé nous défendre contre l’Iran! Cette menace iranienne est-elle réelle? Ou la guerre psychologique qui se développe actuellement est-elle destinée à nous le faire croire?

Voilà beaucoup de raisons pour s'informer objectivement et pour essayer de comprendre et de bien mesurer les positions à prendre pour le mouvement de la paix. Cette table ronde est utile justement pour créer le débat, elle devra être suivie d'autres conférences. C'est d'ailleurs l'intention des associations qui ont soutenu l'initiative.

Bruxelles, le 16 décembre 2010
Comité Surveillance Otan