Comité de Surveillance OTAN

Afghanistan

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

L’OTAN pourrait jouer un rôle prédominant en Afghanistan

Roland Marounek
31 mars 2003

L’Allemagne et les Pays-Bas ont pris le 10 février les commandes de l’ISAF, la force internationale de maintien de la paix à Kaboul, signe parmi d’autres que l’OTAN pourrait prendre le commandement de cette force.

Au même moment, deux missiles tombaient près de la base allemande à Kaboul. Ces missiles n’ont causé aucun dégât, a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense allemand, mais ils ont mis en lumière les risques de l’opération de maintien de la paix.

Pour la première fois, les capacités de l’OTAN sont utilisées en Afghanistan – " peut-être une étape initiale pour une responsabilité accrue dans ce pays ", a déclaré Peter Struck, ministre de la Défense allemand, pendant la cérémonie de passation de pouvoir de l’ISAF à Kaboul. L’OTAN aide le commandement allemand dans la planification, les communications et les renseignements. M. Struck a déclaré également que, après l’Allemagne, c’est l’OTAN qui devrait prendre le commandement de la force, position déjà partagée par plusieurs pays. Le Secrétaire général de l’OTAN, George Robertson a semblé soutenir la proposition de M.Struck, en déclarant également que l’OTAN pourrait jouer un plus grand rôle dans le maintien de la paix en Afghanistan.

D’autre part des appels "des civils et de la communauté internationale" - termes consacrés pour désigner les intérêts occidentaux - continuent en vue d’une prolongation de la mission de maintien de la paix au-delà de 2003 et pour son extension au-delà de la capitale. Le major-général turc, Hilmi Akin Zorlu, commandant sortant de l’ISAF, a déclaré la semaine passée que l’ISAF serait nécessaire encore pendant 2 ou 3 ans, jusqu’à ce qu’une armée afghane soit complètement formée. Jusqu’à présent seulement 2000 soldats afghans ont été entraînés alors que la situation dans le pays demeure complètement instable. Les États-Unis continuent désormais dans une certaine discrétion (du moins pour la presse occidentale) des bombardements sporadiques contre des groupes de combattants qui n'ont plus grand-chose à voir avec les Talibans, tels celui de leur ancien allié Gulbuddin Hekmatyar.

Quand même une bonne nouvelle pour l'Afghanistan, libérée, promue future colonie de l'OTAN : le pays a retrouvé son rang de premier producteur mondial d'opium, en assurant à lui seul en 2002 près des trois quarts de la production mondiale, selon un rapport de l'ONU.

Roland Marounek
Autres textes de Roland Marounek sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

A quoi aura donc servi notre investissement dans l’armement ?
Roland Marounek

Afghanistan : l’échec cinglant de 13 ans de guerre
Dorothée Sudan et Samuel Legros
CNAPD

AFGHANISTAN : A quand une solution humaine pour les familles afghanes ?

Afghanistan - La guerre n’est pas finie !
Claudine Pôlet

Entretemps en Afghanistan...
Georges Spriet
VREDE

Le Plan de Petersberg II : Comment faire semblant de partir pour mieux rester après 2014
Claudine Pôlet

Afghanistan : 10 ans de gâchis prémédité
Roland Marounek

De la guerre contre les terroristes à la guerre à leurs côtés

Afghanistan : Bientôt 8 ans de guerre de l’Otan
Claudine Pôlet

Exit Strategy : le scénario en trompe-l'œil de l'Otan en Afghanistan
Roland Marounek

La Gauche francophone belge et l'Otan
Roland Marounek

Communiqué de presse : « Freeze for peace in Afghanistan »
La Plate-forme Afghanistan