Comité de Surveillance OTAN

Kosovo & ex-Yougoslavie

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

L'OTAN revendique "l'immunité" contre les poursuites judiciaires serbes sur l'utilisation d'uranium appauvri dans les bombardements de 1999

26 mai 2022
source : Daily Telegraph (Nouvelle-Zélande)
https://dailytelegraph.co.nz/world/nato-claims-immunity-to-serbian-lawsuits-on-use-of-depleted-uranium-in-1999-bombings/

L'Alliance occidentale a passé 78 jours à bombarder la Yougoslavie en 1999, contaminant la nation des Balkans avec au moins 15 tonnes de munitions à l'uranium appauvri (UA) hautement toxiques. Les avocats serbes ont déposé plusieurs poursuites contre l'OTAN, mais n'ont encore reçu aucune admission formelle d'actes répréhensibles de la part de l'Alliance pour ses actions.

« L'OTAN a officiellement répondu aux poursuites intentées par les Serbes auprès de la Haute Cour de Belgrade concernant l'utilisation de munitions à l'UA par l’Alliance lors de la campagne de bombardements de 1999, réclamant l'immunité de poursuites », a déclaré Srdan Aleksic, un avocat représentant les victimes, à Sputnik Serbie.

"Dans sa déclaration au tribunal, le bureau de liaison de l'OTAN en Serbie a indiqué que l'Alliance bénéficiait d'une immunité totale sous la juridiction serbe sur la base de l'accord de 2005 entre l'Alliance et l'Union d'États de Serbie-et-Monténégro ‘sur la participation au transit et au soutien des opérations de maintien de la paix’ et de l'accord de 2006 sous lequel le bureau de liaison à Belgrade a été créé », a déclaré Aleksic.

L'avocat a rejeté les demandes d'« immunité », insistant sur le fait qu'« aucun de ces accords n'accorde l'immunité à l'OTAN en tant qu'organisation, et l'immunité ne peut être appliquée rétroactivement. Par conséquent, l'OTAN ne peut pas bénéficier de l'immunité pour les crimes de guerre contre des civils et pour son agression illégale en vertu de l'accord de 2005. »

« Dans le dossier concernant les bombardements à l'UA qui ont fait des victimes parmi la population civile, les soldats et les policiers, l'OTAN porte la responsabilité de la violation du droit à la vie et des dommages causés », a souligné Aleksic.

L'avocat s'attend à ce que la Haute Cour de Belgrade procède à des audiences sur la question en octobre.

Aleksic et l'avocat italien Angelo Fiore Tartaglia ont déposé une plainte contre l'OTAN pour son utilisation d'uranium appauvri lors de l'attaque de 1999 contre la Yougoslavie en janvier 2021. Deux poursuites supplémentaires ont été déposées plus tôt cette année. Tartaglia avait auparavant représenté avec succès près de 200 soldats italiens morts d'un cancer ou tombés gravement malades après avoir été exposés à l'uranium appauvri alors qu'ils servaient au Kosovo lors de la mission de « maintien de la paix » de l'OTAN dans cette région serbe.

Le tribunal de district de Belgrade a déclaré le général américain Wesley Clark et le secrétaire général de l'OTAN Javier Solana coupables de crimes de guerre en septembre 2000 pour le bombardement de la Yougoslavie en 1999.

Cependant, la révolution de couleur qui a renversé le président yougoslave Slobodan Milosevic en octobre 2000 avait conduit à une révision du verdict et, fin 2001, la Cour suprême de Serbie avait annulé la décision.

La Serbie connaît l'un des taux de cancer les plus élevés d'Europe, avec près de 60 000 patients en oncologie diagnostiqués chaque année, et un taux de cancer chez les enfants jusqu'à 2,5 fois supérieur à la moyenne européenne. Les médecins serbes sont convaincus que le taux élevé de cancer est directement lié à l'utilisation abondante de munitions à l'UA lors des bombardements de l'OTAN. Outre les cancers, les scientifiques ont signalé une augmentation alarmante de l'infertilité, des maladies auto-immunes et des troubles mentaux au cours des deux dernières décennies, notamment le stress post-traumatique et d'autres problèmes psychologiques associés aux bombardements.

Plus tôt cette année, la directrice de l'Institut serbe de radiologie et d'oncologie, le Dr Danica Grujicic, a déclaré à Sputnik que « les bombardements de 1999 avaient eu un impact dévastateur sur l'écologie de la région et que l'utilisation de l'uranium appauvri, combinée à des attaques délibérées contre des usines chimiques et des installations industrielles dangereuses, avait créé une catastrophe environnementale affectant des pays bien au-delà des frontières de l'ex-Yougoslavie ».

Derniers textes publiés :

Commémoration de la guerre de Kosovo en Serbie
Roland Marounek

« Afghanistan, Libye, Serbie… : Aucune intervention militaire occidentale n’a fonctionné »
Interview de Samuel Legros, chargé de recherche et de plaidoyer à la CNAPD.
La Libre

Le président tchèque : Je demande pardon à la nation serbe.

Serbie-Kosovo : Un accord dont le seul gagnant est... Israël
Georges Berghezan

La première Guerre Humanitaire de l’Otan
Georges Berghezan et Roland Marounek

Bombardements à l'uranium appauvri en Serbie en 1999

Comment les guerres yougoslaves ont (provisoirement) sauvé l'Otan
Georges Berghezan

Appel à soutenir le peuple montenegrin

De l’utilité de faire la guerre au Kosovo
Georges Berghezan

Constitution de l'Alliance pour la neutralité du Montenegro

Des milliers de manifestants contre l'Otan à Belgrade
Sputnik

Le Monténégro choisit l’OTAN contre l’avis de sa population
Georges Berghezan