Alerte Otan n° 83 - Juillet 2022
Brèves: Transcarpatie,Corée du Sud, Japon

À propos de la Transcarpatie et de l'OTAN

Résolution de la Communauté Hongroise pour la Paix - 28 mai 2022

De plus en plus de Hongrois de Transcarpathie sont victimes dans la guerre en Ukraine. Kiev utilise nos compatriotes transfrontaliers comme chair à canon contre les Russes. Le sang hongrois coule à nouveau pour des intérêts étrangers. Nous sommes étonnés que le gouvernement hongrois ne fasse rien à ce sujet. Cependant, il avait précédemment opposé son veto à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN précisément en raison de la violation des droits de la minorité hongroise. Pourquoi ce revers face à Kiev ? Pas de droits, pas de vie ? Nous exigeons une action forte du gouvernement hongrois ! Les Hongrois de Transcarpatie doivent être protégés du régime de Kiev, capable de tous les actes honteux !
Ils envoient également leur propre peuple dans un abattoir pour défendre leur pouvoir. Utilisons tous les moyens possibles pour protéger la vie hongroise ! Il est inacceptable que nos alliés de l'OTAN envoient des armes aux forces armées ukrainiennes via la Transcarpatie, mettant en danger la vie des civils de Transcarpatie et la sécurité de notre pays. Nous ne voulons pas que nos alliés impliquent la Hongrie et les Hongrois de l'étranger dans la guerre pour quelque raison ou excuse que ce soit !

Nous estimons également qu'il est contraire à nos intérêts de sécurité nationale d'élargir l'OTAN à la Finlande et à la Suède. Il est juste que le gouvernement ait reconnu le danger que cela représente et, avec la Turquie, freine le processus d'adhésion scandinave. Nous voulons non seulement ralentir, mais aussi opposer notre veto à leur adhésion. Cela rendrait de grands services non seulement aux Finlandais et aux Suédois qui souhaitent maintenir la neutralité, mais aussi à tous ceux qui veulent la paix en Europe.

La Corée du sud invitée par l'OTAN

La Corée du Sud envisage de mettre en place une mission au siège de l’OTAN en Europe, a révélé mercredi le conseiller à la sécurité nationale du pays, Kim Sung-han. Séoul, un proche allié de longue date de Washington, cherche à renforcer sa coopération avec le bloc dirigé par les États-Unis face à une situation internationale « imprévisible », a expliqué le responsable.

Le président Coréen, Yoon Suk-yeol, devrait aussi assister au prochain sommet de l’OTAN à Madrid, prévu les 29 et 30 juin. Il s’agira de la première grande visite internationale de ce responsable, qui a pris ses fonctions le 10 mai. C’est également la toute première fois qu’un président sud-coréen assiste à un sommet de l’OTAN.

Source: RT

Le Japon renoue avec la tradition militaire à l’ombre de l’Otan

Profitant de l’aubaine à l’instar de son ancien allié allemand, le Japon cherche à renouer avec son glorieux passé militaire : le premier ministre de l’Empire du Soleil Levant Fumio Kishida annonce que son pays va doubler son budget militaire (qui atteint pourtant déjà 45 milliards d’Euros) et il envisage d’autoriser des frappes préventives, brisant le carcan de la constitution pacifiste de l’immédiate après-guerre. Feu Shinzo Abe a été jusqu’à réclamer que le Pentagone entrepose des armes nucléaires dans ses bases militaires au Japon. « Militairement,  plus aucune option n’est à exclure », dit Kishida, qui multiplie les déclarations incendiaires à propos des îles cédées à l’URSS après la défaite de 45

C’est dans cet état d’esprit martial qu’il a rejoint le dernier sommet de l’Otan à Madrid. L’Otan et le Japon annoncent « renforcer leur coopération et leur partenariat ». Deux navires militaires japonais participent actuellement à des exercices de l’Otan en Méditerranée. Le ministre nippon de la défense « se félicite de l’implication plus large de l’Otan dans la région Indo-Pacifique ». La « sécurité de l’Europe et de l’Asie sont étroitement liées, surtout maintenant, avec les sérieux défis auxquels est confrontée la communauté internationale », dit-il.