Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 34
juillet 2009

Éditorial

Contre-Sommet de Strasbourg du 2 au 5 avril 2009
Évaluation des participants de Belgique

Après Bush, la paix ?
Roland Marounek

L’Otan développe ses tentacules sur tous les océans du monde
Marcel Poznanski

Lettre à Barack Obama, président des Etats-Unis
Pierre Piérart

L’Otan, gardien militaire de la sécurité d’approvisionnement énergétique des pays membres
Résumé par Francine Verstraeten


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L’Otan développe ses tentacules sur tous les océans du monde

En avril 2006, l’OTAN participait aux manœuvres des USA dans les eaux des Antilles néerlandaises au large des côtes du Venezuela. Manœuvres pour intimider le gouvernement vénézuélien qui pratique une politique de souveraineté et qui soutient politiquement aussi l’indépendance des autres pays d’Amérique Latine. Les raisons officiellement invoquées : un grand plan de lutte anti-drogue tout le long des côtes atlantiques et des Caraïbes. L’Otan était présente, entre autres, par l’intermédiaire de navires militaires hollandais et belges. Le gouvernement hollandais se déclarait vigilant pour défendre ses territoires d’outremer, deux petites îles au large du Venezuela, qui auraient pu être revendiquées par le gouvernement de Chavez.

Ces manœuvres ont mis en évidence une dimension géographique dont on ne se rend pas souvent compte. En fait, l’emprise de l’Otan s’étend sur tous les continents et sur tous les océans du monde.

L’Atlantique Nord est complètement sous le contrôle de l’OTAN avec les USA, le Canada, le Groenland, le Spitzberg (Norvège), la Norvège, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, la France, l’Espagne, le Portugal et les iles des Açores.

La Méditerranée est contrôlée par l’Espagne, la France, l’Italie, la Slovénie, la Croatie, l’Albanie, la Grèce, la Turquie, deux enclaves britanniques à Chypre (Hekelin et Akrotiri) et par deux enclaves espagnoles au Maroc (Ceuta et Melilla).

La mer des Caraïbes (Amérique Centrale) est sous contrôle de l’organisation par les îles appartenant aux Pays-Bas (Antilles Néerlandaises), à la France (Martinique, Guadeloupe), à la Grande-Bretagne (Iles Vierges, Anguilla, Montserat...) et aux Etats-Unis (Porto-Rico).

L’Atlantique Sud (l’Amérique du Sud et l’Afrique) est couvert par le département français de la Guyane, les Falkland (Grande-Bretagne), les Açores (Portugal), l’Ascension et Sainte-Hélène (Grande-Bretagne).

Dans l’Océan Antarctique, il y a l’île Bouvet (Norv.), les iles Kerguelen (France), les iles Sandwich et Sud-Georgia, l’archipel Tristan da Cunha (Grande-Bretagne).

L’Océan Indien est couvert d’îles françaises et britanniques, dont la Réunion, Mayotte, une série d’archipels ; l’Océan Pacifique, par l’archipel de la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie Française, Hawaii, Samoa Orientales (USA), etc..

Cette liste n'est pas exhaustive

Toutes ces terres sont des dépendances ou partie intégrante d’un pays membre de l’Otan, qui peut y installer des structures et des bases militaires, des appuis logistiques et - même si l’Article 5 et 6 du Traité (voir encadré) n’est pas applicable à chaque cas – demander assistance aux autres membres de l’Alliance s’il s’estime attaqué.

Article 5 du Traité
« Les parties conviennent qu'une attaque armée contre l'une ou plusieurs d'entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d'elles, dans l'exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 5 de la charte des Nations Unie, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d'accord avec les autres parties, telle action qu'elle jugera nécessaire, y compris l'emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l'Atlantique Nord.

Toute attaque armée de cette nature et toute mesure prise en conséquence seront immédiatement portées à la connaissance du Conseil de Sécurité. Ces mesures prendront fin quand le Conseil de Sécurité aura pris les mesures nécessaires pour rétablir et maintenir la paix et la sécurité internationales.

Article 6
Pour l'application de l'article 5, est considérée comme une attaque armée contre une ou plusieurs des parties, une attaque armée : [...] contre le territoire de l'une d'elles en Europe ou en Amérique du Nord, contre les départements français d'Algérie, contre le territoire de la Turquie ou contre les îles placées sous la juridiction de l'une des parties dans la région de l'Atlantique Nord au nord du Tropique du Cancer…… »

Marcel Poznanski
Autres textes de Marcel Poznanski sur le site du CSO