Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 58
octobre 2015

Éditorial

STOP A LA GUERRE EN SYRIE!
Organisations pacifistes belges

CAMPAGNE DE LA PLATE-FORME CONTRE LE RENOUVELLEMENT DES AVIONS DE CHASSE

Démocratie Otan en Ukraine
Manlio Dinucci

La nécessité d'un 'Helsinski 2'
Ludo De Brabander (VREDE)

Les cadeaux du Père Noël belge au Père Fouettard saoudien
Carte Blanche de la Cnapd

Monténégro: Prière de ne pas gêner la propagande de l'Otan !

Tokyo, 120 000 manifestants pacifistes contre les lois de défense

COMMEMORATION DES 70 ANS DES BOMBARDEMENTS US SUR HIROSHIMA ET NAGASAKI

Déclaration du Comité Surveillance de l'Otan

Déclaration du GRAPPE (Groupe de Réflexion et d'Action Pour une Politique Écologique)

Déclaration de la CNAPD (Coordination Nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie)

Déclaration du MCP (Mouvement Chrétien pour la Paix)

Déclaration de l'AMPGN (Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire)

Déclaration de la Coalition pour l'Interdiction des Armes à l'Uranium

Définir un programme pour la décroissance dans le domaine de la militarisation
Ben Cramer

Hommage à Pierre Piérart, fondateur du parc Hibakusha
Ben Cramer


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Déclaration de l'AMPGN (Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire)

La majorité des personnes présentes à cette commémoration connaissent notre association médicale pour la prévention de la guerre nucléaire et dont l'acronyme est en Belgique est AMPGN et sur le plan international IPPNW. Fondée en 1980 par deux cardiologues en pleine guerre froide, elle a œuvré pour une réduction drastique de l'arsenal nucléaire qui avait à l'époque atteint des proportions démentielles.

Notre association qui a été couronnée par le prix Nobel de la paix en 1987 tient à sa spécificité médicale et c'est en cette qualité qu'elle est la mieux placée pour dénoncer les effets particulièrement néfastes sur la santé des gens qui ont survécu aux effets de l'explosion et de la chaleur.

Il faut rappeler que les Etats-Unis ont nié l'existence des effets mortels des radiations et des anomalies génétiques frappant la descendance des femmes enceintes pendant l'explosion. Toute publication sur ce sujet a été sciemment censurée pendant les années qui ont suivi l'explosion de crainte que la thèse du "mal nécessaire" ou de "la bombe pacificatrice permettant la survie des 500.000 à 1.000.000 de combattants américains" ne soit remise en question par l'opinion publique .

La mission de notre mouvement est l'information sous toutes ses formes et par toutes les voies médiatiques à notre disposition, des citoyens de notre planète, à propos du danger mortel qu'ils courent en restant passifs. Réveiller et stimuler les consciences afin de se prémunir d'un fléau que la médecine ne pourra guérir. C'est un principe de la médecine préventive.

Pour rappel, 90% des médecins et 97 % des infirmiers d'Hiroshima sont décédés et toutes les infrastructures hospitalières ont été détruites le jour de l'explosion.

Les preuves d'un impact humanitaire catastrophique ont été apportées récemment en dénonçant qu'une famine nucléaire sans précédent atteignant plus d'un milliard de personne se produirait à l'occasion d'un conflit nucléaire de moyenne importance. Ces preuves ont redynamisé la lutte pour l'abolition complète et mobilisent les gouvernements de nombreuses nations en vue de bannir l'arme nucléaire sur le plan légal.

Je citerai pour terminer une phrase du président Eisenhower dans son discours "Atom for peace" du 8 décembre 1953 aux Nations Unies à New York . Il exprimait le désir que:
"Ce n'est pas suffisant que cette arme soit retirée de mains de soldats. Il faut qu'elles soit mise dans les mains de ceux qui sauront comment éliminer leur enveloppe militaire afin de l'adapter à l'art de la paix".

La commémorions d'Hiroshima est un moment de réflexion tout aussi nécessaire que les moments d'action pour s'associer à la douleur des ceux qui ont souffert, de ceux qui souffrent encore et se promettre que nous ferons tout ce que nous pouvons pour ne plus revivre demain un pareil cauchemar.

Philippe de Salle, AMPGN