Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°69

Sommet Otan 2018: Actions et propositions pour démanteler la machine de guerre

Les F-35 israéliens sont déjà en guerre
Manlio Dinucci

USA et Ue se disputent mais sont unis contre Russie et Chine
Manlio Dinucci

La Colombie, marionnette de l'Otan et des pays impérialistes
Patricia Villalon

Les Américains ont débarqué à Anvers pour renforcer l’Otan
Claudine Pôlet

Commémoration du 73ème Anniversaire
de la Tragédie de Hiroshima et de Nagasaki


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018
n°69 : juillet 2018

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La Colombie, marionnette de l'Otan et des pays impérialistes

"Colombia is NATO's newest partner. And our first partner from Latin America" (J. Stoltenberg, 31.5.18))
Le 31 mai 2018  restera une date noire dans l'histoire de l’Amérique Latine. 

Le rêve de la Colombie, alliée inconditionnelle des Etats Unis, d'appartenir à cette organisation date déjà de 2007, à l’époque où Santos était Ministre de la Défense sous  la présidence de Alvaro Uribe. Mais le caractère servile de la Colombie n'a jamais été un secret. 

Pour le journaliste vénézuélien Carlos E. Lippo," L'histoire de la Colombie nous apprend que ce pays a déjà participé du côté des Etats-Unis à la Deuxième Guerre mondiale (1940 - 1945 ), puis à la guerre de Corée  (1950 - 1953 ), et jusqu'à ces dernières années, elle l'a fait aussi en envoyant des troupes régulières en Afghanistan, des mercenaires en Irak, Libye et  Syrie. (il s’agissait d'ex-combattants de leur armée régulière recrutés comme mercenaires)"

Il nous paraît clair que cette alliance n'a pas été préparée non plus pour participer à de "tranquilles" missions de paix sous l'égide de l'O.N.U, comme le prétend Santos, ( voir ses déclarations dans un récente interview accordée à l'ex président d'Equateur Rafael Correa, dans son émission TV "Conversando con Correa).Carlos E. Lippo nous explique que, "de toute évidence, le but des Etats-Unis est d'utiliser ce pays, (la Colombie) comme fer de lance dans ses agressions contre le Venezuela, et que cette organisation se joigne à ses futures agressions envers tous les pays de la région, comme elle l'a fait en Afrique et Moyen Orient. En tenant compte que les E.E.U.U  n'aiment pas envahir en solitaire". C'est la raison pour laquelle il pense que "L'OTAN  se propose de mettre la main sur l’Amérique Latine puisque son accompagnement de l'Empire dans ses interventions militaires imminentes dans la région accorderait une juteuse part à tous les spoliateurs associés." 

Malheureusement pour Santos, ce nouvel accord va à l'encontre, et viole tacitement, le traité de Tlatelolco, signé en 1969, un traité international signé par tous les Etats  américains, à l'exception des Etats-Unis et du Canada, qui établit la dénucléarisation du territoire de l’Amérique Latine et des Caraïbes. En outre, cette adhésion est contraire à la "Déclaration de La Havane" créée en 1979 et réaffirmée par la CELAC et par l'UNASUR, qui proclame L’Amérique Latine et les Caraïbes Zone de Paix

Le journaliste uruguayen Raúl Zibechi, explique:  "Cet accord, d'un point de vue géopolitique, est une porte d'entrée des Etats-Unis en Amérique du sud, pour déstabiliser le Venezuela mais aussi pour discipliner les mouvements populaires". "D'un point de vue géographique, la Colombie occupe une situation privilégiée, car c'est le seul pays sud-américain qui est bordé à la fois par l’Océan Pacifique et  la Mer des Caraïbes. Elle a des frontières perméables avec le Venezuela, elle est limitrophe de l'Equateur et du Brésil."

Selon ce journaliste : "Une deuxième raison serait le caractère militaire de la Colombie. D’après le classement 2013 - 2014, de la Military Power Review, l'armée colombienne s'est hissée du 5ème au 2ème rang sud-américain, derrière le Brésil - grâce à l'importante aide militaire donnée par les Etats-Unis dans le combat contre le trafic des stupéfiants."  De plus, la Colombie consacre une très importante part de son budget aux dépenses militaires (3.4 % de son PIB pour la défense, contre un 1.3 % pour le Brésil, et 1% pour l'Argentine. (chiffres de 2016)

Selon Zibechi, un troisième point serait, "la longue expérience de la Colombie dans le contrôle des mouvements populaires", parce qu'il ne faut pas oublier que "le pays a été un laboratoire en ce qui concerne la neutralisation des mobilisations sociales, qui ont été contenues grâce à une habile combinaison de répression, d'infiltration et de cooptation. La Colombie est, de fait, le seul pays de l’Amérique Latine où la vieille oligarchie de la terre et de la croix a conservé sa position dominante depuis l'indépendance, il y a déjà deux cents ans."

Apres ces mauvaises nouvelles, on entend seulement des déclarations contraires à cet accord de la part du Venezuela et de la Bolivie, mais aucune condamnation de la part du Chili, l'Argentine, l'Equateur ni des autres pays qui composent l’Amérique Latine.  

Patricia Villalon
Autres textes de Patricia Villalon sur le site du CSO