Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L'exceptionnalisme américain fait de nouveaux bonds. Parviendra-il à voler?

M K Bhadrakumar
27 février 2021
source : INDIAN PUNCHLINE
https://www.indianpunchline.com/us-exceptionalism-surges-again-will-it-fly/

Dans une déclaration marquant le «retour» des États-Unis au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies mercredi (24/02), le secrétaire d'État Antony Blinken a révélé que l'administration Biden plaçait la démocratie et les droits de l'homme au centre de la politique étrangère américaine. [Voir également sur ce sujet ‘Blinken blinks on human rights’, comment Blinken cligne des yeux sur les ‘droits de l’homme’ en Israël et en Arabie Saoudite https://www.indianpunchline.com/blinken-blinks-on-human-rights/]

Le chat est sorti du sac. Les États-Unis sont en déclin relatif et il y a une pénurie de ressources. Il y a une absence de vision positive pour l'humanité, alors que le pays se bat avec ses propres démons. Les événements dramatiques de la société et de la politique américaines dans un passé récent, ont vilainement exposé le pays comme une démocratie fictive, avec un bilan abominable en terme de racisme et d'inégalités, avec les 0,1% de la population les plus riches détenant à peu près la même part de la richesse du pays que les 90 derniers pour cent.

Mais la résurrection de l'exceptionnalisme américain ne trouvera aucun preneur, et les États-Unis, manquant de la capacité et de l'autorité morale pour faire avancer un programme unificateur sur la scène internationale, sont en train d’assembler une ‘boîte à outils’ pour sa diplomatie, avec des objectifs géopolitiques.

Le potentiel du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (CDH) devrait être orienté vers la pandémie de coronavirus qui fait rage, qui a sapé les fondements sociaux et économiques des États. Le droit de l'homme le plus fondamental - le droit à la vie - a été menacé, la récession économique mondiale provoquant une forte augmentation du chômage et aggravant l'insécurité sociale. L'écart de développement entre nations et régions s’élargit

Pourtant, les États-Unis sont dans une catégorie à part, même parmi les pays riches. Les décès dûs au Covid-19 ont explosé aux États-Unis par rapport à ses propres alliés - il s'élève à 1541,7 par million. La réalité effroyable est qu'aux États-Unis, le nombre de morts attribuables à l'épidémie de COVID-19 a dépassé les 500 000. Ironiquement, le nombre de décès de Covid-19 par habitant dans certains des pays que Blinken admoneste pour déficit de démocratie et de droits de l'homme, font honte aux États-Unis - Syrie 59,4; Venezuela 46,78; Cuba 27. 53; Sri Lanka 21.05.

Mais pour Blinken, un tel niveau horrible de décès parmi ses compatriotes n’est pas une question de droits de l’homme. Pas un seul fonctionnaire d’État en Amérique n’a été tenu pour responsable d’une telle tragédie aux proportions indescriptibles.

Les États-Unis sèment le discrédit et la honte dans tout le monde occidental en les entraînant dans un jeu aussi cynique se pavanant en tant que champions des droits de l'homme alors que, selon une estimation récente, plus de la moitié de tous les vaccins contre le COVID-19 ont été réservé à un septième de la population mondiale. Ça ce n’est pas une question de droits de l’homme?

Le seul Royaume-Uni se seraient garanti de suffisamment de vaccins pour administrer à chacun de ses citoyens cinq doses. Si les commandes sont respectées, l'UE et les États-Unis pourraient piquer leur population trois fois, et le Canada aurait assez pour le faire neuf fois. C'est obscène, Mr Blinken.

Dans le même temps, la compétition pour réduire les approvisionnements en vaccins pourrait entraîner des flambées de prix et de nouvelles frictions. De l'acrimonie a éclaté entre l'UE, le Royaume-Uni et AstraZeneca sur un déficit de production de vaccins. Pendant ce temps, dans une situation où les approvisionnements sont rares et la demande augmente, ce sont les pays les plus pauvres qui en souffriront le plus.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, était sur place lors de la réunion du CDH de mercredi lorsqu'il a déclaré: «La pandémie a exacerbé des problèmes anciens tels que le racisme et la xénophobie, ainsi que la discrimination contre les minorités nationales et religieuses. Les manifestations de masse aux États-Unis et en Europe ont révélé les inégalités systémiques persistantes de ces pays, tout en soulignant les risques de fermer les yeux sur les idéologies extrémistes. »

C'est une faillite morale absolue, le fait que les États-Unis et leurs riches alliés dans le monde occidental - le soi-disant «milliard d'or» sur la planète Terre - entrent dans le CDH et commencent à pontifier sur les droits de l'homme et à poursuivre des approches coercitives et des méthodes illégales d'intimidation et de pression avec des objectifs géopolitiques étroits et intéressés.

A nouveau, les politiques non transparentes des plates-formes de réseaux sociaux ne sont-elles pas aussi une question de droits de l’homme? Les États-Unis, en particulier, se sont engagés à garantir la liberté d'accès à l'information pour tous les citoyens, mais se cachent désormais derrière des politiques d'entreprise pour éviter de tenir ces engagements. Quant aux plateformes de réseaux sociaux, elles ont commencé à manipuler effrontément l'opinion publique des pays en développement en interdisant ou en censurant le contenu des utilisateurs à leur propre discrétion. Maintenant, sous la protection des États-Unis, ne sont-ils pas entrain de fouler au pied les droits humains des citoyens du monde ?

La boîte à outils des droits de l’homme est universellement applicable et il n’y a pas un seul pays au monde, y compris les États-Unis, qui n’a pas de problème avec la démocratie et les droits de l’homme. N'est-ce pas une honte absolue qu'un Noir américain vive six ans de moins en moyenne que ses compatriotes blancs? Que les Noirs américains soient enfermés dans des prisons en bien plus grande proportion que les Blancs ? Mais les normes américaines en matière de droits de l’homme sont extrêmement sélectives - c’est le «fardeau de l’homme blanc».

De toute évidence, la boîte à outils devient une arme puissante pour stigmatiser les adversaires des USA, la Russie et la Chine; pour faire pression sur les petits pays qui ne se conforment pas aux politiques régionales US (tels que le Sri Lanka, Cuba ou le Venezuela); ou pour extraire des concessions de pays en les faisant chanter (comme l'Arabie saoudite).

La boîte à outils a aussi été utilisée pour provoquer des changements de régime, - c'est-à-dire renverser les gouvernements établis et les remplacer par des régimes clients. Les exemples les plus connus sont l'Ukraine et la Géorgie. Une tentative récente en Biélorussie a échoué. Un projet d'essai en Russie au cours des dernières semaines a tout simplement été écrasé par le Kremlin. Mais c'est une histoire en développement. Les pays de la périphérie de la Russie sont systématiquement déstabilisés et transformés en théâtres de contestation géopolitique afin que le grand adversaire des USA soit pris au piège dans un bourbier.

L’administration Biden utilise cette boîte à outils pour tenter de rétablir le leadership transatlantique des États-Unis, avec lequel l’Europe n’est plus à l’aise. L'Europe est en train de découvrir les charmes cachés de «l'autonomie stratégique».  Mais les États-Unis ne peuvent pas non plus espérer exercer une hégémonie mondiale sans le soutien du système d'alliance occidentale. Dans ce théatre d’ombre, Biden estime que la carte des droits de l’homme a la meilleure chance de rallier les alliés occidentaux des USA sous son leadership.

Le retour des États-Unis au CDH ne découle pas de nobles intentions. Il est en premier lieu dû à l’inquiétude suscitée par l’influence croissante de la Chine dans l’organe de l’ONU pendant l’absence des USA ces dernières années. Plus précisément, la Chine a devancé les USA en maîtrisant la pandémie, et elle est devenue une horreur. De même, la position de la Chine sur les droits de l’homme a une résonance croissante parmi les pays en développement - les droits de l’homme doit être relatifs à la situation des pays en développement; le concept des droits de l’homme doit être diversifié car il n’existe pas d’approche universelle pour le développement des droits de l’homme; et les pays ne devraient pas exporter leur propre modèle ou utiliser les questions de droits de l’homme pour s’ingérer dans les affaires intérieures d’autres pays.

Et de fait, le concept occidental des droits de l'homme, étroitement axé sur la liberté d'expression, la liberté religieuse et les élections démocratiques, a tendance à ignorer que le droit fondamental de la majeure partie de l'humanité concerne la vie et le développement. Les pays occidentaux refusent d'accepter le fait qu'il existe de nombreuses voies de développement et de prospérité pour les pays en développement, et que leur voie n'est qu'une d'entre elles et, peut-être, pas même la meilleure ou la plus appropriée.

En clair, les droits de l'homme sont utilisés comme un outil pour imposer et perpétuer l'ordre mondial actuel conformément aux intérêts occidentaux. Mais c'est une bataille perdue. Un nouvel ordre mondial est en train de prendre forme, avec un programme humanitaire mondial très différent, qui deviendra inévitablement le courant dominant de la société humaine.

Selon un plan publié conjointement cette semaine en Chine par le Comité central du Parti communiste et le Conseil d'État , sur l'aménagement complet du réseau de transport chinois, le pays a l’objectif de construire dans le monde entier 200 000 kilomètres de voies ferrées, 460 000 kilomètres d’autoroutes, et 25 000 kilomètres de couloir de navigation maritime de haut niveau, comprenant 27 grands ports côtiers, 400 aéroports de transport civil et 80 hubs express d'ici 2035, ce qui fera du pays non seulement un centre de production mondial mais également «un centre logistique, un centre commercial, un centre de triage et un centre financier, posant une base solide pour devenir le centre économique du monde », comme l'a exprimé un expert.

Comment l'administration Biden pourrait-elle jamais contrer ce dernier défi chinois? Sans surprise, les États-Unis sont à bout de souffle pour faire face à la poussée de la Chine. En 2020, la Chine représentait plus de 70% de la taille du PIB des États-Unis. Selon les prévisions actuelles, il dépassera les États-Unis pour devenir la plus grande économie du monde d’ici 2028. Les États-Unis se rendent compte que la course économique est déjà pratiquement perdue.

M K Bhadrakumar
Autres textes de M K Bhadrakumar sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

Le sommet Biden-Poutine est un moment de suspense
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Aux armes, l’ennemi est à nos portes
Manlio Dinucci
il manifesto

L’Ukraine et la Biélorussie dans l’œil du cyclone
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Les nouvelles armes financières de l’Occident
Manlio Dinucci
il manifesto

Ils défendent le climat pendant qu’ils préparent la fin du monde
Manlio Dinucci
il manifesto

Directive Guerini : Italie de plus en plus armée
Manlio Dinucci
il manifesto

Joe Biden apprenti-sorcier nucléaire
Manlio Dinucci
il manifesto

La loi qui donne au président USA licence de tuer
Manlio Dinucci
il manifesto

La guerre mondiale au terrorisme
Manlio Dinucci
il manifesto

Vent de tempête Atlantique en Mer Noire
Manlio Dinucci
il manifesto

Ashraf Ghani fait ses adieux à Biden
M K Bhadrakumar

Joseph Biden paladin des droits humains
Manlio Dinucci
il manifesto