Comité de Surveillance OTAN

ex-URSS

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

L’Union européenne porte le regard vers de nouveaux horizons

M K Bhadrakumar
2 mars 2022
source : INDIAN PUNCHLINE
https://www.indianpunchline.com/the-eu-eyes-new-horizons/

Trois événements survenus la semaine dernière annoncent un profond changement dans la politique européenne. Il est tentant, mais en fait vain, de placer ce changement comme une réaction à la décision russe de lancer des opérations militaires en Ukraine. Le prétexte ne fournit que l'alibi, alors que le virage est ancré sur le jeu de pouvoir et a une dynamique qui lui est propre.

Sans aucun doute, les trois événements - la décision de l'Allemagne d'intensifier sa militarisation, la décision de l'Union européenne (UE) de financer la livraison d'armes à l'Ukraine et la décision historique de l'Allemagne de revenir sur sa politique de non-livraison d'armes aux zones de conflit - marquent une rupture radicale politique depuis la Seconde Guerre mondiale.

Dans un discours prononcé dimanche lors d'une session extraordinaire du Parlement à Berlin sur la réponse de l'Allemagne à la situation autour de l'Ukraine, le chancelier Olaf Scholz a annoncé un plan visant à renforcer l'armée allemande, affectant aux forces armées 100 milliards d'euros supplémentaires (112,7 milliards de dollars) sur le budget 2022 en tant qu'allocation unique et soulignant sa promesse d'atteindre les 2% des dépenses du produit intérieur brut pour la défense. Il a déclaré que les dépenses supplémentaires comprendraient des investissements et des projets d'armement pour l'armée allemande.

Quant à la justification de la décision, Scholz a déclaré : "Il est clair que nous devons investir beaucoup plus dans la sécurité de notre pays afin de protéger notre liberté et notre démocratie". Dans l'état actuel des choses, l'Allemagne dispose d'un budget de défense record (53 milliards d'euros) pour l'année en cours, soit une augmentation de 3,2 % par rapport à l'année précédente. L'investissement financier supplémentaire proposé de 100 milliards d'euros stimulera l'acquisition de drones, de nouveaux avions de chasse, etc., et financera des investissements dans le renforcement de la défense à moyen et long terme. Scholz s'est également engagé à ce que la hausse des dépenses de défense de 2 % du PIB devienne une norme permanente.

L'Allemagne se conforme tardivement à la demande continuelle de l'ancien président américain Donald Trump ! Nul doute que la décision plaira énormément à Washington. Il traduit l'engagement allemand envers l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord et aide à faire taire les critiques aux États-Unis selon lesquelles l'Allemagne été devenue dernièrement un allié déloyal.

Concernant la décision du gouvernement allemand de fournir directement des armes aux troupes ukrainiennes, Scholz a affirmé : « Nous devons soutenir l'Ukraine en cette période de besoin désespéré. » Il a carrément fait porter à la Russie la responsabilité de cet important revirement de politique. En outre, Berlin a également signalé que des pays tiers pouvaient transférer des armes de fabrication allemande à l'Ukraine, alors qu'auparavant cette autorisation avait été refusée.

L'argument selon lequel l'Allemagne a l'intention d'assurer la paix en Europe par ce renversement de politique est fallacieux, mais Scholz s'en tire à bon compte. En réalité, Scholz a renversé une politique allemande depuis longtemps inscrite dans l'histoire de l'Allemagne en tant qu'agresseur pendant la Seconde Guerre mondiale, et pour laquelle il existe toujours un soutien public important en Allemagne. Il est certain que cette décision contribuera à stimuler les performances de l'Allemagne en tant qu'exportateur d'armes sur le marché mondial et constitue une aubaine pour l'industrie des entreprises.

L'Allemagne figure déjà comme le quatrième exportateur d'armes au monde, devant la Chine. Les exportations d'armes de l'Allemagne ont atteint des niveaux record en 2021, après d'importantes ventes d'armes de défense maritime et aérienne à l'Égypte l'année dernière. L'Allemagne a exporté des armes pour une valeur de 9,35 milliards d'euros (10,65 milliards de dollars) l'année dernière, soit une augmentation de 61 % par rapport à 2020. Cela a dépassé le précédent record de 8 milliards d'euros en 2019.

Le renforcement militaire de l'Allemagne est une question très sensible dans la politique européenne, et seul le temps pourra dire la trajectoire que ce renforcement prendra une fois la poussière retombée en Ukraine. Bien entendu, il n'est pas question de revenir en arrière. Mais avec les États-Unis en déclin, et la France et la Grande-Bretagne devenant des acteurs très amoindris ces dernières années, la montée en puissance de l'Allemagne en tant que superpuissance modifiera la dynamique du pouvoir. Ainsi, il n'est plus possible de tenir pour acquise la latence nucléaire de l'Allemagne – elle est un État « paranucléaire » avec des prouesses techniques complètes pour développer rapidement une arme nucléaire.

L'idée d'un renforcement militaire, la nécessité pour l'Allemagne d'être un participant "puissant" dans la politique mondiale, l'abandon de son complexe de culpabilité  - tout cela est de loin antérieur à la situation actuelle autour de l'Ukraine. Ce qui s'est passé, c'est qu'une nouvelle génération est apparue à la tête de la politique allemande, remplaçant la vieille garde. Parallèlement, les « grandes coalitions » qui dirigent le pays ont réduit le clivage idéologique entre la CDU et le SPD.

Aujourd'hui, le SPD n'est que théoriquement « de gauche » et est en fait un promoteur enthousiaste du réarmement de l'Allemagne, autant que la CDU. Quant au complexe de culpabilité, il a disparu de l'écosystème politique allemand. Curieusement, l'ancienne ministre allemande de la Défense de la CDU, Ursula von der Leyen, a une ascendance nazie à revendiquer à la fois de son côté et de celui de son mari. Mais cela n'avait guère d'importance lorsque Angela Merkel lui avait confié la tâche de diriger la Bundeswehr pendant sept ans.

Le grand-père de von der Leyen était un nazi qui s'est porté volontaire pour combattre en 1940, est devenu sergent d'état-major dans la Wehrmacht et a dirigé une unité dite «anti-partisan» sur le front soviétique oriental pour traquer les groupes de résistance ; il a participé à la prise de la capitale ukrainienne Kiev et a participé au massacre barbare de Babi Yar en septembre 1941, au cours duquel plus de 33 000 habitants juifs de Kiev ont été abattus de sang-froid. On raconte que « jusqu'à sa mort, il fulminait contre les Juifs, les Français et la perfide Albion. Il n'a plus jamais quitté le pays et il était presque paniqué en s'approchant d'une frontière. »

Pourtant, von der Leyen cohabitait confortablement dans la grande coalition CDU-SPD sous Merkel avec le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Frank-Walter Steinmeier, qui était du SPD - le parti de Willy Brandt, connu comme réformiste et modéré ! En fait, Steinmeier lui-même entretenait – et continue d'entretenir en tant que président de l'Allemagne – de bonnes ententes personnelles avec la direction de Svoboda, la faction néonazie en Ukraine.

C'est pourquoi la stature croissante de l'Allemagne en tant que force motrice de l'UE refaçonnera la politique européenne. Le mandat actuel de von der Leyen en tant que présidente de la Commission européenne, à la tête de la bureaucratie à Bruxelles, lui confère un rôle central et ce mandat court jusqu'en décembre 2024. Le langage corporel de ses annonces de la semaine dernière concernant l'Ukraine et sa performance lors de la récente conférence de Munich sur la sécurité trahi qu'elle prend un plaisir indirect à insulter la Russie et ses dirigeants, comme s'il s'agissait d'une croisade privée pour elle afin de régler des comptes pour la défaite de l'Allemagne nazie aux mains de l'Armée rouge. Sans surprise, elle est devenue la coqueluche de Washington en Europe, plus importante que la ministre allemande des affaires étrangères Annalena Baerbock ou que Scholz lui-même.

Cependant, la grande question est : comment la fierté nationale croissante de l'Allemagne – Deutscher Nationalismus – fonctionnera-t-elle avec la politique consensuelle de l'UE ? Il reste à voir dans quelle mesure l'UE pourra accepter les ambitions allemandes, une fois que le génie sera sorti de la bouteille. Clairement, une alternative sera de détourner l'énergie explosive vers des activités extérieures. C'est là que la décision de l'UE de financer l'approvisionnement en armes des zones de conflit, etc., ouvre une nouvelle perspective.

La réaction de l'UE à la situation ukrainienne est sans aucun doute disproportionnée, et de loin. L'Allemagne a profité de la crise actuelle pour surgir. L'UE, à son tour, a été bercée par la (fausse) croyance qu'elle brandit désormais le gros bâton de Bruxelles – bien qu'un consensus européen sur la politique étrangère reste encore insaisissable. En temps normal, de tels mouvements radicaux de l'UE ou la militarisation allemande elle-même auraient pu susciter un certain malaise ou des discussions. Mais la France est prise dans un cycle électoral. Et l'Allemagne a brusquement franchi le Rubicon au moment où la météo était devenue favorable.

M K Bhadrakumar
Autres textes de M K Bhadrakumar sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

Les glorieux alliés fascistes de l'OTAN
Roland Marounek

La guerre contre la Russie était préparée depuis longtemps
Roland Marounek

La Russie coupe l’herbe sous les pieds de la propagande occidentale dans la « guerre du blé »
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Les failles asiatiques de la guerre de Biden contre la Russie
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’Ukraine en feu, documentaire de Oliver Stone

Le Partenariat privilégié Ukraine-Otan
nato.int

La « guerre asymétrique » de la Russie
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’ombre de la Russie dans la région du Sahel
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Le Nord Stream 2 est une arme géopolitique à double tranchant
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Une alliance militaire sino-russe est superflue (pour le moment)
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’Europe otanienne menacée par la «guerre hybride de la Biélorussie»
Roland Marounek

La Lituanie s’en va-t-en guerre contre la Chine